Devant l'OMC, la Chine promet d'accélérer son nouveau modèle de développement

A l'occasion de l'examen de ses pratiques commerciales devant l'OMC, la Chine a déclaré ce mercredi qu'elle souhaitait accélérer son « nouveau modèle de développement ». Pour y parvenir, elle compte notamment dynamiser davantage la demande intérieure, tout en renforçant l'ouverture du marché chinois à l'international. D'après le rapport transmis par l'OMC, la Chine prône en outre le multilatéralisme économique, qu'elle juge indispensable pour répondre aux défis mondiaux.

4 mn

(Crédits : Denis Balibouse)

Accélérer son « nouveau modèle de développement ». C'est l'une des ambitions que s'est fixée la Chine et qu'elle a dévoilé ce mercredi 20 octobre devant l'OMC, à l'occasion de l'examen de ses pratiques commerciales, un exercice auquel se soumettent à intervalles réguliers tous les membres de l'organisation. Pour rappel, l'ex-Empire du Milieu a rejoint l'OMC en 2001, et son adhésion avait alors fait débat.

Selon le rapport publié à cette occasion, le nouveau modèle de développement de la Chine repose sur une stratégie en deux volets : stimuler davantage la demande intérieure et renforcer l'ouverture du marché chinois à l'international.

Double stratégie : dynamiser la demande intérieure et l'ouverture à l'international

Devant l'OMC ce mercredi, la Chine a défendu un modèle fondé en premier lieu sur la demande intérieure. Précisément, la Chine, qui compte 1,4 milliard d'habitants et dispose donc d'un vaste marché domestique, a l'intention d'« accélérer les efforts déployés pour encourager un nouveau modèle de développement qui a pour élément principal la circulation intérieure [des biens] ».

Au-delà de la demande intérieure, la Chine souhaite également « mettre en œuvre une politique d'importation plus dynamique » et établir « un nouvel environnement propice à l'ouverture en déployant (...) des zones franches expérimentales et des ports francs ».

Dans le rapport publié à cette occasion et transmis par l'OMC, la Chine a d'ailleurs rappelé que les deux éléments sont interdépendants.

« Le nouveau modèle de développement n'est pas une boucle de développement à huis clos. En exploitant pleinement le potentiel de la demande intérieure, il sert à mieux relier les marchés intérieur et international et permet de mieux exploiter les marchés et les ressources au niveau international et national », précise le rapport.

Engagements en matière de développement durable

La Chine a également tenu, au travers du rapport dévoilé par l'AFP et qui se sera consultable en intégralité vendredi, à souligner que son nouveau modèle « assure un développement plus soutenu et plus durable ».

Sur le plan environnemental, le rapport a d'ailleurs réaffirmé les engagements pris par la Chine pour les années à venir, notamment la neutralité carbone « d'ici à 2060 ».

Sur le plan social, la Chine précise qu'elle souhaite « faire du marché chinois un marché pour le monde, partagé par tous et accessible à tous », et indique qu'elle poursuivra sa politique volontariste à l'égard des pays pauvres et en développement. « En tant que pays en développement, la Chine continuera d'approfondir la coopération Sud-Sud et de contribuer à l'éradication de la pauvreté, à l'allègement de la dette et à la croissance économique dans les pays en développement », explique le rapport.

Défense du multilatéralisme

Par ailleurs, la Chine se positionne également en protectrice du multilatéralisme, et assure qu'elle « unira ses forces à celles des autres membres pour relever les défis mondiaux ».

Elle conclut même en précisant: « Il n'y a qu'une seule Terre et un seul avenir commun pour l'humanité. La Chine est prête à s'unir aux autres membres et à avancer avec eux en laissant la flamme du multilatéralisme éclairer la voie vers une communauté partageant une même vision de l'avenir de l'humanité ».

Une affirmation qui contraste fortement avec la politique menée en interne par le premier pollueur mondial. Car si la Chine a pris des engagements lors des sommets internationaux - notamment celui d'atteindre un pic de ses rejets de CO2 avant 2030 -, elle a en revanche annoncé hier qu'elle va augmenter sa capacité de production en charbon d'environ 6% par rapport à l'an dernier, alors qu'elle est déjà le premier producteur mondial de charbon. Selon les données de la Commission nationale du développement et des réformes (NDRC) publiées lundi, la production quotidienne de charbon en Chine a d'ailleurs déjà atteint récemment un record, à 11,5 millions de tonnes.

Lire aussi La Chine va produire plus de charbon pour soutenir son outil productif

Pour rappel, le précédent examen des politiques commerciales chinoises remonte à 2018. À cette date, les Etats-Unis avaient remis en cause la légitimité de la Chine à faire partie de l'OMC, en l'accusant notamment de ne pas ouvrir suffisamment son marché.

(avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 21/10/2021 à 11:07
Signaler
Les promesses de la chine n'engagent que ceux qui y croient. Seules les actions qui leur permettent de dominer les autres pays seront effectivement exécutées.

à écrit le 21/10/2021 à 11:00
Signaler
Que peut on attendre d'autre que des mensonges de la part d'un pays Stalino/Communiste? Des mensonges.

à écrit le 21/10/2021 à 10:18
Signaler
Bref! Tout cela ne change rien pour elle, la Chine est déjà sur cette trajectoire et nous le fera sentir!

à écrit le 21/10/2021 à 8:35
Signaler
Logique qu'elle défende la mondialisation vu que c'est ce qui l'a faite passer de pays pauvre à pays riche maintenant cela manque singulièrement d'ambition concernant leur marché intérieur à savoir cette promesse faite aux citoyens des pays développé...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.