Ebola : les conséquences de l'après-épidémie

 |   |  263  mots
(Crédits : © XXSTRINGERXX xxxxx / Reuters)
C'est la fin de deux ans de cauchemar en Afrique de l'Ouest. L'OMS a annoncé, jeudi 14 janvier, l'épilogue de l'épidémie d'Ebola dans cette région. Il s'agit, avec plus de 11.000 morts, de la plus grave épidémie depuis l'identification du virus il y a 40 ans. Avec le journaliste Carl Gierstorfer, réalisateur du documentaire "Survivre à Ebola", ARTE revient sur le bilan de cette épidémie apparue en automne 2014.

Automne 2014 : depuis plusieurs mois, le virus Ebola se propage dans trois pays d'Afrique de l'Ouest : la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia. Des centaines de nouveaux cas sont diagnostiqués chaque semaine. Au Liberia, la situation est hors de contrôle : l'épidémie ne touche plus seulement la capitale Monrovia mais s'étend aux régions rurales les plus reculées du pays...

Avec des chances de survie de moins de 50% pour les personnes contaminées, la maladie détruit les familles, sème la haine et la méfiance dans les villages, et réveille les vieux démons de la guerre civile. Stanley Juah en est l'une des victimes. Accusé d'avoir apporté la maladie dans son village de Taylor Town et causé le décès de quatorze personnes - dont des membres de sa propre famille -, il est menacé de mort par sa communauté, et doit vivre caché.

Survivre à Ebola

Présents au Liberia durant l'automne et l'hiver 2014, Carl Gierstorfer et son équipe exposent les terribles conséquences humaines et sociales de ce drame sanitaire. Ils ont rencontré des malades, des médecins et des infirmières, mais aussi des convalescents, qui réapprennent difficilement à vivre.

Quelles sont les conséquences à court et à long terme de l'épidémie Ebola ? quel est l'état actuel de la recherche médicale sur le virus ? quelle est l'efficacité des mesures prises pour stopper l'épidémie ? Le documentaire tente d'apporter des réponses à toutes ces questions.

Voir aussi l'interview de Carl Gierstorfer, réalisateur du documentaire.

(Source ARTE)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :