En Europe, le grand écart des réponses budgétaires risque de plomber la reprise

 |   |  878  mots
(Crédits : Reuters)
Les engagements budgétaires déjà annoncés par l'Allemagne dépassent les 25 points de produit intérieur brut. L'Italie et la France arrivent loin derrière avec des engagements inférieurs à 15% du PIB.

Le rebond de l'économie s'annonce lent et laborieux. Après près de deux mois de confinement, les Etats européens ont levé une grande partie des mesures de restriction à l'intérieur de leurs frontières. La plupart des activités économiques ont pu redémarrer, parfois dans des conditions difficiles sur le plan sanitaire. En revanche, les frontières extérieures restent soumises à des mesures de contrôle drastiques, limitant la circulation des personnes et des biens et de nombreux secteurs comme l'hôtellerie et la restauration restent encore bien paralysé dans certaines zones géographiques.

Face à la chute brutale de l'économie pendant cette mise sous cloche et ses répercussions sur le marché du travail, les gouvernements ont adopté un arsenal de mesures pour amortir les effets de cette maladie infectieuse sur l'activité. Dans une note très détaillée publiée vendredi 5 juin dernier, les économistes de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) ont passé au scalpel les différents mécanismes mis en oeuvre dans quelques Etats...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2020 à 10:45 :
C'est le moment de s'écarter jusqu'à enfin se détacher !
a écrit le 10/06/2020 à 9:17 :
L'Allemagne investi massivement car c'est le seul pays qui a les moyens d'être aujourd'hui la locomotive économique de l'Europe. Un redémarrage économique rapide de l'Allemagne sera bénéfique pour tous ses partenaires européens.
a écrit le 09/06/2020 à 17:24 :
Le programme d’urgence PEPP, visant à limiter les effets de la crise sanitaire, et doté à la mi-mars de 750 milliards d’euros, a été gonflé de 600 milliards d’euros supplémentaires. Pour rappel, ce plan est en trompe-l’œil.

Il ne s’agit pas d’une mutualisation des dettes, mais de financer un énième fonds à partir de l’argent du contribuable français. La France contribuant à environ 20 % du budget de l’UE, ce sont 120 milliards d’euros d’engagements supplémentaires que nous devrons supporter, qui s’ajoutent aux précédents 150 milliards d’euros de base. Pendant ce temps, on ferme des lits d’hôpitaux et on laisse les routes sans entretien en attendant le ..nième pont qui sombre faute d’argent. Heureux anglais, UPR, Frexit, vite ..
a écrit le 09/06/2020 à 16:02 :
L'allemagne peut aligner des centaines de milliards d'euros sans trop s'endetter ce qui n'est pas le cas des autres du Sud: France Italie, Espagne, Grèce entre autres.
On a vu pendant tout le temps de cette pandémie que pas plus que sur d'autres sujets (l'immigration et les frontières) l'U.E. n'existe pas en tant qu'entité capable d'avoir ne serait-ce qu'un embryon de politique commune.
Réponse de le 09/06/2020 à 17:26 :
Grâce à l’euro, dont la valeur est proche de ce que serait celle du Deutsche Mark, l’Allemagne enregistre des excédents commerciaux géants alors que la France enregistre des déficits commerciaux à cause de l’euro dont la valeur est trop éloignée de ce que serait celle du franc. Ainsi, l’Allemagne a les moyens de soutenir efficacement son économie en cas de crise, contrairement à la France..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :