En pleines tensions avec l'Arabie Saoudite, Trump signe un méga deal de 4 milliards de dollars avec une compagnie du royaume

Une société immobilière saoudienne s'est associée à l'organisation Trump pour développer un projet de golf et de résidences dans le sultanat d'Oman. Une annonce qui intervient dans un contexte de tensions entre l'administration de Joe Biden et les dirigeants du royaume du Golfe, le président américain refusant de discuter avec le prince héritier qu'il accuse de « prendre le parti de la Russie ».
Le prévoit la construction sur 10 ans de « villas résidentielles Trump, un hôtel et un terrain de golf » sur une superficie de 3,5 millions de mètres carrés.
Le prévoit la construction sur 10 ans de « villas résidentielles Trump, un hôtel et un terrain de golf » sur une superficie de 3,5 millions de mètres carrés. (Crédits : BRIAN SNYDER)

4 milliards de dollars (3,87 milliards d'euros) : tel est le montant estimé du projet entre une filiale de la compagnie Dar Al Arkan Real Estate Development, cotée en Arabie saoudite, et le groupe hôtelier Trump. Selon un communiqué publié ce dimanche par la bourse de Ryad, il prévoit la construction sur 10 ans de « villas résidentielles Trump, un hôtel et un terrain de golf » sur une superficie de 3,5 millions de mètres carrés. Il est précisé que ce projet est développé avec le soutien des autorités du sultanat d'Oman.

Lire aussiTrump 2024 : une candidature vouée à l'échec ?

Tensions entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite

Cette annonce intervient dans un contexte de tensions entre l'administration du président américain Joe Biden et les dirigeants du royaume du Golfe, notamment le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. Les deux dirigeants n'ont d'ailleurs pas échangé ensemble au G20, organisé la semaine dernière en Indonésie.

Les relations entre le royaume saoudien et les États-Unis ont été mises à rude épreuve en octobre. Ce depuis que l'Opep+ - les 13 membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) menés par l'Arabie saoudite et leurs 10 partenaires conduits par la Russie - a décidé de réduire ses quotas de production, afin de soutenir les prix du brut qui étaient en train de baisser. De quoi entraîner une augmentation des cours et renflouer ainsi les caisses de la Russie, qui compte sur ses ventes d'hydrocarbures pour financer sa guerre en Ukraine.

Pour Joe Biden, le prince héritier a ainsi « pris le parti de la Russie ». Cette affaire a en tout cas tourné au fiasco diplomatique pour le président américain qui s'était déplacé en Arabie saoudite en juillet pour rencontrer Mohammed ben Salmane, après avoir pourtant juré, pendant sa campagne, de faire du royaume un "paria" à la suite du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat du royaume à Istanbul.

Lire aussiPétrole : en froid avec l'Arabie Saoudite, Joe Biden ne discutera pas avec le prince héritier au G20

De bonnes relations sous Trump

À l'inverse, les relations entre les États-Unis et l'Arabie Saoudite étaient plus chaleureuses avec Donald Trump. Ce dernier, qui a annoncé mardi briguer un second mandat, avait réservé son premier voyage au royaume après sa prise de fonction en 2017. L'année suivante, le milliardaire républicain avait refusé de condamner le prince héritier après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

D'anciens hauts responsables de l'administration Trump maintiennent d'ailleurs des liens étroits avec les Saoudiens. En octobre, le gendre de l'ancien président, Jared Kushner, et son ancien secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, avaient participé à un forum d'investisseurs dans la capitale saoudienne. La semaine dernière, le rapport d'une commission de la Chambre des représentants a révélé que l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis avaient dépensé des centaines de milliers de dollars dans un hôtel appartenant à Trump, lorsque ce dernier était en fonction.

Lire aussiPourquoi l'Arabie saoudite importe du mazout russe alors qu'elle regorge de pétrole

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 21/11/2022 à 19:26
Signaler
Peut-on rappeler à combien s'élève l'ardoise des dirigeants étrangers notamment issus du Golfe dans les hôtels de luxe français? Trump prend un énorme risque en leur offrant des hôtels de luxe dans le désert...

à écrit le 21/11/2022 à 19:18
Signaler
L'héritier charismatique Trump toujours aussi doué en affaire... Une opportunité de défiscalisation par report de pertes financières? Attendons de voir les deals que nous prépare Biden avec ses camarades écarlates Xi, Maduro et Lula avant de t...

à écrit le 21/11/2022 à 16:47
Signaler
QUand le Vénézuela était aux mains du "pire tyran de tous les temps" à savoir maduro donc et que tous les médias du monde montraient du doigt en l'insultant, j'ai pensé que les américains préparaient une invasion mais bien sûr que non ils ont simplem...

à écrit le 21/11/2022 à 12:47
Signaler
Bonjour, Nous avons la , les petits arrangements d'un lieder politique avec certain pays du monde arabe... Un petit renvoie d'ascenseur comme ons.les aime bien dans ce milieu... malheureusement cela est commun dans tous les pays du monde... Bien s...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.