Etats-Unis : embellie pour la croissance, au plus haut depuis deux ans

 |   |  538  mots
Une autre statistique a également apporté son soutien à la Bourse. Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 237.000 emplois en août, ce qui est nettement supérieur au consensus, montre l'enquête mensuelle d'ADP.
Une autre statistique a également apporté son soutien à la Bourse. Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 237.000 emplois en août, ce qui est nettement supérieur au consensus, montre l'enquête mensuelle d'ADP. (Crédits : Reuters)
La hausse du produit intérieur brut de l'économie américaine est ressortie à 3% au deuxième trimestre, au plus haut depuis le premier trimestre 2015 et fait suite à une hausse du produit intérieur brut de 1,2% sur les trois premiers mois de l'année. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne à une croissance de 2,7% au deuxième trimestre.

La croissance de l'économie américaine au deuxième trimestre a été relevée à 3,0% en rythme annualisé, au plus haut en plus de deux ans, contre 2,6% en première estimation, selon une deuxième estimation publiée mercredi par le département du Commerce.

Cette révision, supérieure aux attentes des économistes interrogés par Reuters qui étaient en moyenne d'une croissance de 2,7%, s'explique principalement par la consommation des ménages et l'investissement des entreprises.

La croissance sur la période avril-juin ressort ainsi au plus haut depuis le premier trimestre 2015 et fait suite à une hausse du produit intérieur brut de 1,2% au premier trimestre.

"La situation générale de la croissance économique reste inchangée; avec un accroissement des dépenses de consommation et des investissements hors immobilier résidentiel plus importants que le trimestre précédent", a commenté le ministère, soulignant que ces "hausses ont été en partie effacées par une légère baisse des dépenses publiques".

Visant les 3% de croissance via son programme de relance économique, je président américain Donald Trump s'est félicité de cette annonce, estimant que l'administration était sur "la voie".

"Si nous parvenons à une croissance soutenue de 3%, cela signifie 12 millions de nouveaux emplois et 10.000 milliards de dollars d'activité économique supplémentaire pour la prochaine décennie."

Un rebond plus "statistique que réelle

Pas de quoi sabler le champagne pour autant, notent les économistes de Barcays, soulignant "un rebond plus statistique que réel" dû à une comparaison favorable après un premier trimestre morose - la croissance du PIB s'était établie à 1,2%.

 "Les données ne changent pas fondamentalement l'image d'une économie qui continue de croître à un rythme modeste en glissement annuel avec une hausse du PIB de 2,2% au deuxième trimestre."

Pour l'heure, les prévisions de croissance du PIB restent en moyenne sur la même tendance qu'en 2016, à savoir 2,1%. Mais l'ouragan Harvey, qui frappe le sud des États-Unis, devrait avoir un impact fort sur la croissance au troisième trimestre, certains économistes estimant l'impact à 0,2% du PIB.

 La Bourse se réjouit

Le dollar et les marchés d'actions européens ont néanmoins amplifié leur hausse après l'annonce de ces données. Le billet vert, qui a momentanément amplifié son rebond face à un panier de devises de référence, gagne désormais 0,5% et l'euro recule de presque autant, ce qui a eu pour effet d'accélérer la progression du marché actions en Europe. Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à 10 ans a progressé jusqu'à 2,155% en séance.

"J'ai quelques doutes sur la durabilité macroéconomique mais les fondamentaux tels qu'on les perçoit restent bons, ce que le PIB a confirmé", a dit John Velis (State Street Global Markets). "Ce ne sont pas les prétextes qui manquent pour rester investi dans le marché".

Une autre statistique a également apporté son soutien à la Bourse. Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 237.000 emplois en août, ce qui est nettement supérieur au consensus, montre l'enquête mensuelle d'ADP. L'indice Dow Jones a gagné 27,06 points (0,12%) à 21.892,43 points. Le S&P-500 a pris 11,29 points (0,46%) à 2.457,59. Le Nasdaq Composite a avancé de 66,42 points (1,05%) à 6.368,31.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2017 à 18:03 :
le calcul du pib réalisé de la même manière qu'il y a dix ans montrerait une récession
a écrit le 31/08/2017 à 11:21 :
on a plutôt le sentiment que l'économie tourne à 2% et pas 3%, dixit W. Buffet (CNBC).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :