Etats-Unis : les remboursements des prêts étudiants reprennent après trois années de gel post-Covid

En mars 2020, Donald Trump avait décrété un moratoire sur le remboursement des prêts étudiants, mesure reconduite par son successeur. Reprenant une promesse de campagne, Biden a annoncé à l'été 2022 vouloir effacer une partie de l'ardoise pour certains, au moins 10.000 dollars, selon des critères de revenus. Fin juin, la très conservatrice Cour suprême a invalidé cette mesure. Résultat, en octobre, des millions d'Américains vont devoir recommencer à rembourser leur prêt étudiant.
La dette est de près de 36.000 dollars en moyenne par souscripteur de prêt étudiant, selon une analyse par l'AFP des données du ministère de l'Education.
La dette est de près de 36.000 dollars en moyenne par souscripteur de prêt étudiant, selon une analyse par l'AFP des données du ministère de l'Education. (Crédits : Rick Wilking)

De nombreux Américains vont grincer des dents le mois prochain. Après une pause d'un peu plus de trois ans liée à la pandémie, des millions de personnes doivent en effet recommencer à rembourser leur prêt étudiant en octobre, un dur retour à la réalité au prix parfois de plusieurs centaines de dollars par mois. Aux Etats-Unis, plus de 46 millions de personnes ont un prêt étudiant, et l'encours total dépasse 1.600 milliards de dollars, selon les données du ministère de l'Education.

Lire aussiJackson Hole : la Fed se dit prête à relever (encore) ses taux, avertit Jerome Powell

Pour rappel, un moratoire sur le remboursement des prêts étudiants avait été mis en place en mars 2020, face à la pandémie de Covid-19, par le président américain de l'époque, Donald Trump. Une mesure bienvenue dans ce pays où les droits de scolarité dans les universités peuvent atteindre facilement des dizaines de milliers de dollars par année.

La conséquence d'une décision de la Cour suprême

Cette bouffée d'oxygène avait ensuite été prolongée par le successeur de Trump à la Maison Blanche, Joe Biden, qui voulait même aller plus loin. Reprenant une promesse de campagne, le démocrate a annoncé à l'été 2022 vouloir effacer une partie de l'ardoise pour certains, au moins 10.000 dollars, selon des critères de revenus. Coût total de la mesure : plus de 400 milliards de dollars.

Fin juin, la très conservatrice Cour suprême a toutefois annulé cette mesure, estimant que le gouvernement avait outrepassé ses pouvoirs en adoptant ce programme coûteux sans autorisation du Congrès. De facto, les remboursements doivent reprendre en octobre.

Lire aussiL'inflation américaine repart à la hausse

Ce retour à la réalité pourrait s'avérer difficile pour des Américains qui ont, depuis, contracté de nouvelles obligations financières, explique à l'AFP Tisa Silver Canady, fondatrice du Maryland Center for Collegiate Wellness, un organisme spécialisé dans l'éducation financière aux étudiants.

« Les gens qui disposaient de ce revenu disponible ont pu l'utiliser pour, par exemple, acheter une maison ou une voiture », relève-t-elle. « Maintenant, je crains simplement que pour certaines personnes, ce soit trop (...) Nous constatons que les gens commencent à s'inquiéter ».

36.000 dollars de dette en moyenne

La décision de la Cour Suprême va contraindre nombre de ces ménages à revoir leur budget. Certains ont pu restructurer leur prêt, et, en fonction de leurs revenus, parvenir à réduire temporairement - parfois jusqu'à zéro - leurs mensualités. La dette n'est néanmoins pas effacée. Souvent même, elle s'accroît, à mesure que les intérêts s'accumulent. Si leurs revenus augmentent, les remboursements reprendront, ou le montant de leur mensualité sera relevé.

La dette est de près de 36.000 dollars en moyenne par souscripteur de prêt étudiant, selon une analyse par l'AFP des données du ministère de l'Education.

Depuis la décision de la Cour suprême, Joe Biden a présenté une nouvelle mesure, le plan « Saving on a Valuable Education », visant selon la Maison Blanche à « soulager le plus d'emprunteurs possible aussi rapidement que possible ». Selon leur revenu, certains emprunteurs pourraient voir la facture réduite de moitié. Quant aux prêts de 12.000 dollars ou moins, le solde restant serait annulé au bout de dix ans.

Ce nouveau plan devrait permettre de réduire considérablement le coût du remboursement pour les 20 millions de personnes qui, selon la Maison Blanche, pourraient en bénéficier. Certaines mesures existent déjà, pour alléger, voire annuler, la dette de certains étudiants qui embrassent une carrière dans le service public ou dans le secteur associatif. Mais les critères sont restrictifs et peuvent varier au gré des présidents.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 01/09/2023 à 12:05
Signaler
Ce sont les États Unis capables bien souvent du pire comme ici mais souvent du meilleur aussi dont par contre on ne nous parle pas, ben oui ils se gardent leurs bonnes idées pour eux exposant aux mondes leurs pires, pas folle la guêpe. Contempler l’A...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.