Etats-Unis : Dallas fait entrer la police dans l'ère Robocop

 |   |  734  mots
Micah Xavier Johnson, un réserviste noir de l'armée américaine, a été présenté par les autorités comme celui qui a fait cinq morts et sept blessés dans les rangs de la police, et tué deux civils, jeudi soir à Dallas.
Micah Xavier Johnson, un réserviste noir de l'armée américaine, a été présenté par les autorités comme celui qui a fait cinq morts et sept blessés dans les rangs de la police, et tué deux civils, jeudi soir à Dallas. (Crédits : STRINGER)
La police a eu recours à un robot désamorceur de bombe pour installer une charge d'explosifs et tuer l'homme présenté comme le tueur de cinq policiers et deux civils jeudi soir à Dallas. Une technologie qui pose de nombreuses questions éthiques et rappelle le film Robocop alors que de considérables progrès se font dans les robots militaires.

Une première dans la police. Après avoir été encerclé plusieurs heures, le tireur présumé de Dallas a été tué par un robot télécommandé porteur d'une bombe, une technique encore jamais utilisée par les forces de l'ordre américaines et qui alimente la controverse sur la militarisation des polices locales.

Micah Xavier Johnson, un réserviste noir de l'armée américaine, a été présenté par les autorités comme celui qui a fait cinq morts et sept blessés dans les rangs de la police, et tué deux civils, jeudi soir à Dallas, à la fin d'une manifestation organisée pour dénoncer la mort de deux Noirs tués cette semaine par la police.

Seule option possible ?

Le maire de Dallas, Mike Rawlings, a expliqué que la police avait laissé au suspect la possibilité de se rendre ou de rester retranché, ce dernier a choisi la seconde possibilité.

"Nous n'avons pas eu d'autre choix que d'utiliser notre robot piégé, et de placer un dispositif dans son prolongement afin de le faire exploser là où était le suspect", a dit le chef de la police de Dallas, David Brown, à la presse. "Les autres options auraient exposé les agents à un grave danger", a-t-il ajouté.

Un robot utilisé pour désamorcer des bombes

Lors d'une conférence de presse vendredi, le maire a expliqué que "le même équipement robot automatisé qui est utilisé pour faire exploser des bombes et pour les désamorcer, a été utilisé pour installer du C-4 (un explosif de la famille des plastics, NDLR) et le faire exploser".

Ses services possèdent au moins trois robots-bombe, selon un rapport officiel d'octobre 2015. Ceux-ci sont fournis par Remotec, une filiale de l'entreprise d'armement Northrop Grumman Corp, spécialisée dans la fabrication de véhicules robot télécommandés. Le groupe n'a pas souhaité commenter l'événement.

Au moins 451 robots désamorceurs de bombe ont été distribués par le Pentagone depuis 2005 aux services de police fédéraux et locaux, selon une évaluation faite par Reuters. Selon une estimation du Drone Center, à l'université de Bard College, à New York, plus de 200 services de police locaux, fédéraux ou au niveau des Etats, se sont vus attribuer au moins un robot pour engin explosif dans le cadre du déstockage organisé au Pentagone.

Une pratique plutôt vue dans l'armée

Les experts en technologie militaire estiment que l'utilisation d'un robot pour tuer une personne a des implications considérables, tant technologiques que judiciaires, pour les forces de police du 21e siècle.

Auteur de Wired for War, livre sur l'usage des robots dans les zones de guerre, Peter Singer cite des exemples où l'armée américaine en Irak a pu "bricoler un robot de surveillance pour descendre un rebelle dans une ruelle". Les forces de l'ordre américaines ont déjà fait usage de machines télécommandées pour aider à l'arrestation d'un suspect, mais pas pour tuer qui que ce soit, estiment des experts.

Le transfert d'équipement militaire à des services de police civils dans la cadre de ce programme, dit programme 1033, a été réexaminé à la suite de la mort de Michael Brown en août 2014, tué par un agent de la police de Ferguson, dans le Missouri. Le président Barack Obama avait pris dans la foulée un décret pour réduire de programme. Depuis l'entrée en vigueur du décret, le 1er octobre 2015, les services de police locaux ont rendu 126 véhicules blindés à roues, 138 lance-grenades et 1.623 baïonnettes, énumère la porte-parole de l'agence de logistique de la Défense Michelle McCaskill.

"On ne peut pas ignorer le fait que la situation a un peu dégénéré, il y a eu des dépassements de la part de petits services de police", a dit Ronal Serpas, ex-chef de police à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane et à Nashville, dans le Tennessee.

Pour Jay Stanley, analyste de la American Civil Liberties Union, le choix des armes ne change pas le principe qui interdit l'usage de la force létale par les autorités, sauf si la personne est jugée une menace imminente pour les autres.

"Comme les robots terrestres peuvent permettre une application plus sûre et plus facile de la force mortelle, ils posent le risque d'être trop utilisés", estime-t-il.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2016 à 18:50 :
Ce n'est pas à Notre-Dame des Landes, à Sivens ou contre Nuit Debout qu'on verrait cela. En France, on peut jeter des cocktails molotov et des bouteilles d'acide aux forces de l'ordre, voire incendier leurs véhicules avec les policiers encore dedans : la Justice veille à ce que les policiers ne fassent pas un usage abusif de leurs armes et un ministre peut même féliciter un policier de s'être laissé tabasser à coups de barre de fer devant les caméras sans avoir réagi... D'ailleurs, ce policier n'avait pas le choix, il aurait été viré, sinon, déjà qu'il n'était pas titulaire...
a écrit le 09/07/2016 à 21:59 :
Micah xavier Johnson paix à son âme mes pensées vont pour la famille de ce pauvre homme mort en martyr pour la cause du racisme anti noire par une police qui se croit au dessus des lois.
Il fallait s'y attendre à de tel résultat à force de tirer sur les gens comme des lapins la police a eu son retour du boomerang
Réponse de le 10/07/2016 à 10:23 :
Je crois devoir vous rappeler que cet homme a tué des innocents, ça n'aide jamais à construire un monde meilleur.
Réponse de le 10/07/2016 à 12:30 :
Tirez-sur des gens comme des lapins ? Si Philando Castile avait eu une petite amie intelligente au lieu de filmer sa mort, elle l'aurait dissuadé de faire autre chose que mettre les mains en l'air après avoir expliqué aux flics qu'il portait une arme.
Personnellement si j'avais un flingue dans mon sac à main, lors d'un contrôle routier, je me garderai bien de fouiller devant un flic dans mon sac pour chercher mes papiers... C'est tout de même prendre le risque qu'il pense que j'ai l'intention de prendre mon arme et de l'utiliser contre lui. Surtout si, en plus, je viens de lui dire que je suis armée, même si j'ai les autorisations pour. Le mieux, c'est de mettre les mains en l'air et de lui laisser fouiller dans le sac lui-même pour prendre les papiers.
C'est triste pour cet homme mais s'il n'avait pas été armé, il serait en vie.
a écrit le 09/07/2016 à 15:53 :
Le bon coté des choses c'est que le robot, si il n'est pas piloté par un humain ne fera pas de racisme antinoir a priori : il devrait y avoir moins de bavures... mais on en est pas là : il y aura toujours pour longtemps un type pour l'envoyer, le piloter et le déclencher...
Réponse de le 10/07/2016 à 2:44 :
En effet, on n'en est pas aux robots démineurs autonomes, d'après mes connaissances, du moins. Quoi qu'il en soit, il n'est absolument pas certain qu'un robot soit non biaisé. Il y a des tas de raison pour que des discriminations quelconques se glissent dans le code. Si on parle d'apprentissage automatique, les statistiques défavorables peuvent jouer contre les noirs (ou autres groupes), même si la couleur ne fait pas partie des données, de manière indirecte. Je ne vais pas m'étendre sur le pourquoi du comment dans ce commentaire, mais la question de la discrimination via algorithmes est extrêmement complexe, et rien ne laisse croire que nos amis robots seront plus tolérants que nous.
a écrit le 09/07/2016 à 12:45 :
Le robot en question était, semble-t-il, un robot piloté à distance. C'est donc un humain qui a décidé de poser la charge et de l'actionner. La problèmatique est différente avec un robot doté d'une intelligence artificielle, qui déciderait de lui-même de tuer un humain. D'un côté une machine n'est que le prolongement mécanique d'un humain, de l'autre une machine décide de tuer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :