Gaz russe : première baisse des livraisons vers l'Europe via l'Ukraine (forte chute vers l'Allemagne)

Ce mercredi, le volume de gaz russe transitant par l'Ukraine vers l'Europe a diminué, une première depuis le début du conflit. L'Allemagne, très dépendante de l'énergie russe, a ainsi vu le volume acheminé chuter de 25% après que l'Ukraine a décidé de mettre un terme au transit du gaz russe vers les régions de l'est occupées par la Russie. Kiev demande qu'il soit réorienté vers un autre passage.

4 mn

(Crédits : Reuters)

C'est une première depuis l'invasion par la Russie le 24 février dernier : ce mercredi le volume de gaz russe transitant par l'Ukraine vers l'Europe a diminué en raison de l'arrêt d'un gazoduc entre la Russie et l'Ukraine. Résultat : les livraisons de gaz russe à l'Allemagne passant par cette route ont chuté de 25%. Et cela a des conséquences directes sur l'approvisionnement en Europe, l'Ukraine étant une importante voie de transit pour le gaz russe consommé sur le Vieux Continent.

"En raison de la réduction du transit, les volumes de gaz acheminés vers l'Allemagne via l'Ukraine (par le gazoduc Megal) ont diminué de 25% par rapport" à mardi, a indiqué mercredi l'agence allemande gouvernementale chargée de l'énergie. Il s'agit de l'un des principaux gazoducs transitant par l'Ukraine. Pas de risque de pénurie pour autant. L'approvisionnement est "stable". "Ces volumes (sont) actuellement compensés par des flux plus importants, notamment en provenance de Norvège et des Pays-Bas", a ajouté l'agence gouvernementale.

En février dernier, Berlin avait sonné la sonnette d'alarme. Le niveau de réserves nationales de gaz, était descendu à un niveau "inquiétant", s'alarmait le ministère de l'Économie et du Climat. Ce mercredi, le pays «suit (donc) la situation de près», a indiqué le ministère. L'Allemagne est l'un des principaux clients européens du gaz russe. Berlin a toutefois réussi à diminuer sa dépendance énergétique à Moscou qui est passé de 55% à 35% ces dernières semaines.

Kiev exige un réacheminement du gaz russe

C'est en réalité l'Ukraine qui est en partie responsable de cette baisse du transit. "L'Ukraine n'est plus responsable du transport du gaz russe à travers les territoires ukrainiens sous occupation militaire russe", a ainsi déclaré la société publique ukrainienne de gaz Naftogaz cité par le média Politico. En d'autres termes : plus question pour l'opérateur ukrainien des gazoduc, OGTSOU, de faire transiter du gaz russe dans ces territoires où se trouvent les installations de Sokhranivka et Novopskov, dans la région de Lougansk. C'est par ces installations que transite un tiers du gaz russe destiné à l'Europe. L'opérateur ukrainien a dénoncé "des prélèvements illégaux" du "gaz destiné au transit", envoyé selon Kiev vers des territoires occupés par la Russie dans l'est de l'Ukraine, sans toutefois donner de chiffres. Il demande que le gaz russe soit orienté vers un autre point de passage, à Soudja, qui se trouve dans les territoires contrôlés par Kiev. Malgré l'invasion du pays par la Russie, l'Ukraine a, jusqu'à présent, continué de permettre l'acheminement de l'hydrocarbure jusqu'à l'Europe. En revanche, les livraisons sont désormais à l'arrêt dans les régions de Lougansk et de Donetsk. "Les représentants de l'agresseur ont privé l'Ukraine de la possibilité de transporter du gaz aux consommateurs des régions de Lougansk et de Donetsk. Les autorités russes assument l'entière responsabilité des conséquences humanitaires de telles actions", a justifié le PDG de OGTSOU, Sergiy Makogon, dans un message sur Facebook, relève Politico.

"Un jeu politique"

Gazprom a, lui, démenti mardi tout cas de "force majeur" et argué qu'il était impossible de dérouter les volumes pour des "raisons technologiques",  avant de confirmer à l'agence nationale Tass que les volumes baisseraient ce jour à 72 millions de m3, contre 95,8 millions de m3 livrés la veille.

Lire aussi 4 mnAllemagne : accord avec Doha pour importer du GNL du Qatar et tenter de sortir de la dépendance énergétique russe

Des chiffres bien différents de ceux publiés par OGTSOU mercredi matin selon qui les volumes passant par Sokhranivka sont tombés à zéro et ceux de Soudja sont prévus en hausse, mais pas suffisamment pour compenser la baisse -- de 18% mercredi, selon les Ukrainiens. "C'est un jeu politique de leur côté", a estimé la conseillère de Ioury Vitrenko, Svitlana Zalichtchouk: "Ils vont tenter de nous présenter comme irresponsables, mais c'est exactement le contraire. Ils ont occupé nos territoires, nous n'avons plus d'accès à nos infrastructures". Au sujet de la baisse des livraisons, Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a seulement déclaré que "la Russie a toujours honoré ses obligations contractuelles et va continuer de le faire".

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 12/05/2022 à 7:57
Signaler
Hier soir, vers 19 h, la pression du gaz était bien faible : incident ponctuel ou signe de pénurie naissante ?

à écrit le 12/05/2022 à 7:57
Signaler
La capacité des Russes à mentir effrontément est décidément sans limite : "la Russie a toujours honoré ses obligations contractuelles" alors même qu'ils ont violé les termes des contrats signés en Europe en exigeant un paiement en rouble et sont allé...

le 12/05/2022 à 11:16
Signaler
@ Georges Elle est bien bonne celle-la. Ils se prennent des sanctions comme jamais aucun pays n'a pris, alors ils peuvent bien faire ce qu'ils veulent, c'est de bonne guerre comme on dit! One dit rien a l'Arabie Saoudite au Yemen a ce que je sache.

à écrit le 11/05/2022 à 22:05
Signaler
Ou comment l'Europe est redevenu Amish .Bientôt le retour de la calèche .La décroissance de l'Europe .Changeons les lois ,l'État ne pourra plus prétendre à nous prendre des taxes et impôts si nous n'utilisons plus le système et vivons en communauté a...

le 12/05/2022 à 8:02
Signaler
Le retour au Moyen-Age est l'aboutissement logique des politiques écologistes menées depuis 20 ans, avec le sabordage de l'industrie nucléaire. A l'époque on n'utilisait que des énergies renouvelables.

à écrit le 11/05/2022 à 20:01
Signaler
Poutine devrait couper de suite l’approvisionnement à l'Europe , et ne pas attendre un approvisionnement à la carte

le 12/05/2022 à 8:00
Signaler
C'est curieux, les poutinofiles qui se déclarent ouvertement hostiles à leur propre pays ne semblent jamais pressés de déménager pour bénéficier des bienfaits du merveilleux régime néo-soviétique de leur idole.

le 12/05/2022 à 10:00
Signaler
@georges : c'est curieux les zelenskophiles confortablement installés dans leur pays qui ne vont pas combattre sur place, curieux aussi, de ne pas evoquer le vrai patron de l'Ukraine qui est l'oligarque Khomoloisky (qui a ruiné la banque locale Priva...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.