George Soros prédit l’échec de Trump, "l’apprenti dictateur"

 |   |  488  mots
L'élection de Donald Trump (photo) va provoquer une perte d'« influence positive [des Etats-Unis] dans le monde en faveur d'une société ouverte », a déclaré le milliardaire George Soros, lors de son passage en janvier 2017 au Forum économique mondial de Davos. Le milliardaire ajoutait sombrement que cela « aura des effets profonds en Europe et dans d'autres parties du monde ».
L'élection de Donald Trump (photo) va provoquer une perte d'« influence positive [des Etats-Unis] dans le monde en faveur d'une société ouverte », a déclaré le milliardaire George Soros, lors de son passage en janvier 2017 au Forum économique mondial de Davos. Le milliardaire ajoutait sombrement que cela « aura des effets profonds en Europe et dans d'autres parties du monde ». (Crédits : Reuters)
Le milliardaire George Soros a dressé un portrait critique de Donald Trump le 19 janvier lors du Forum économique mondial de Davos, qualifiant le président américain d’"apprenti dictateur qui échouera". Il s'exprimait également sur le Brexit, voyant l'étoile de Theresa May pâlir rapidement. Un article de notre partenaire Euractiv.

À la veille de l'investiture de Donald Trump à Washington, George Soros a déclaré que Donald Trump « fourbissait ses armes pour une guerre commerciale » qui aura « un impact profond en Europe et ailleurs dans le monde ».

Cet « aspirant dictateur [...] ne s'attendait pas à gagner, il était très surpris », a déclaré le financier d'origine hongroise à un public de chefs d'entreprise et de journalistes réunis à Davos pour le Forum économique mondial.

« Je suis personnellement convaincu qu'il va échouer [...] parce que les idées qui le guident sont éminemment contradictoires », a déclaré George Soros, tout en ajoutant que les membres du cabinet de Donald Trump se battaient eux-mêmes pour des intérêts distincts.

Soros a perdu près de 1 milliard de dollars suite à l'élection de Trump

L'homme d'affaires a prédit pour les États-Unis une perte d'« influence positive dans le monde en faveur d'une société ouverte », ce qui « aura des effets profonds en Europe et dans d'autres parties du monde ».

    > Lire : Les équipes de Trump ne croient pas à la survie de l'UE

George Soros, qui a soutenu la démocrate Hillary Clinton, lors de la campagne, a perdu près de 1 milliard de dollars suite à la victoire surprise de Donald Trump, selon des rapports de presse. Selon le milliardaire, la réaction positive des marchés financiers ne va pas durer longtemps.

« L'incertitude est à son comble, et l'incertitude est l'ennemie de l'investissement sur le long terme, alors je ne pense pas que les marchés vont si bien se porter que cela », a-t-il assuré.

Jeudi 19 novembre, lors de la clôture des marchés, les indices boursiers américains se sont repliés et le dollar a chuté face à d'autres devises, à la veille de l'investiture de Donald Trump.

Brexit : les Britanniques en plein déni de réalité, selon Soros

En ce qui concerne le Brexit et Theresa May, George Soros déclaré que l'heure de gloire de la Première ministre britannique ne durerait pas longtemps et que le peuple britannique « niait » les conséquences économiques d'une sortie de l'UE. « Il est peu probable que Theresa May reste au pouvoir », a-t-il commenté.

« En ce moment, les Britanniques sont dans le déni. La situation économique actuelle n'est pas aussi mauvaise que prévu, alors ils vivent dans l'espoir, mais à mesure que le livre perd de la valeur, l'inflation deviendra la force motrice, ce qui conduira à un déclin des niveaux de vie.

« Cela risque de prendre un certain temps, mais quand ça arrivera, ils se rendront compte qu'ils gagnent moins qu'avant, car les salaires n'augmenteront pas aussi vite que le coût de la vie. »

   > Lire : Un eurodéputé FN rejette la responsabilité de la crise migratoire sur George Soros

___

Par Georgi Gotev, EurActiv.com (traduit par Marion Candau)

(Article publié lundi 23 janvier 2017)

___

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2017 à 15:28 :
La seule raison qui motive M. Soros de dire du mal du président américain élu M. Trump est d'avoir perdu 1 mia en se trompant sur le nom du futur président américain, ce ne fut pas Mme Hillary Clinton mais M. Trump, alors l'humain Soros a décidé de se venger en lui conférant le titre "d'apprenti dictateur". Quant à M. May M.Soros a quitté l'Angleterre à la suite de son coup de mettre contre la banque d'Angleterre, on comprend pourquoi il ne l'aime pas.
a écrit le 31/01/2017 à 15:53 :
Soros le multimilliardaire veut discuter du "coût de la vie" aux britanniques du Brexit... De qui se moque-t-on ?

Les britanniques gagneraient surtout à voir fondre le prix de leur loyer, l'immobilier asphyxie les gens qui bossent. Mais les difficultés liées au coût de la vie, ce n'est pas un concept intellectuellement accessible pour quelqu'un comme Soros.
a écrit le 29/01/2017 à 14:28 :
Pour lutter contre l'immigration vous pouvez faire un mur physique comme Trump le veut ou vous pouvez faire une sorte de mur d'une autre sorte : un vrai développement économique des régions pauvres ! Pour cela il faut dès à présent réfléchir à un véritable plan Marshall pour le continent africain tout entier, qui ne se consacrerait qu'à deux domaines: l'éducation et l'agriculture. Objectif : faire en sorte que chaque enfant africain fille et garçon soit sur les bancs d'une école jusqu'à ses 18 ans, et évidemment plus pour les bons élèves. Avec discipline militaire, internat gratuit et trois bons repas par jour y compris le week end et les vacances si besoin. Pas besoin de matériels sophistiqués mais juste apprendre au même niveau que les meilleurs pays.
Les meilleurs éléments seraient incités à devenir ingénieurs agricoles et il leur serait offert une exploitation agricole moderne et pré équipée.
Le coût serait énorme certes. Mais les bénéfices encore bien plus ! L'Afrique est prévue à 4 milliards d'individus en 2100 ce qui rendra la vie insupportable sur ce continent ce qui va forcément provoquer une catastrophe humanitaire sans précedent. Avec ce plan, les filles choisiront en toute connaissance quand et comment avoir leurs enfants, et la population africaine n'excèderait sans doute pas 1.5 milliard avant de décroitre (comme en Chine et en Inde). Ces jeunes éduqués et formés seraient aussi une aubaine pour l'Europe qui accueillerait des travailleurs ne posant pas de problèmes. C'est que du bénéfice !
a écrit le 29/01/2017 à 10:56 :
MOI J ATTENT LES CONTAC DE L AMERIQUE ET DE POUTINE? C EST CELA QUI VAS REELLEMENT CHANGE LES CARTES DU MONDE? CONFUCIUS AURAIS DIT D UN MAL PEUT FAIRE SURVENIR UN BIEN ET VICE VERCA?/// ///ET ROCARD A DIT LAISON DU TEMPT AU TEMPT///L ISLAME RADICAL ET LE DEVELOPEMENT IRATIONEL DE LA CHINE A DESTABILISE LE MONDE? ET LES ELEXTIONS DES POPULISMES EN SONT LE RESULTAT???
a écrit le 28/01/2017 à 11:56 :
Le néo libéralisme et la mondialisation tout azimut sont le résultat des formidables progrès de l'informatique, des transports et des médias. Le monde était bien plus pauvre il y a 50 ans et pourtant personne en Afrique ou en Asie avait l'idée de migrer vers des continents aussi lointain pour des raisons économiques. Délocaliser a l'autre bout du monde ou faire venir des migrants ici sont la même face de la mondialisation, avec comme argument donner du travail aux pauvres chinois pour les premiers et faire oeuvre de charité, de respect des droits de l'homme pour les seconds, en nous berçant sur le coté gagnant pour tous. L'humanisme est l'arme médiatique qui permet a l'élite mondiale de droite comme de gauche d'asservir les peuples à leur profit par la suppression des frontières, de leurs racines, de leurs cultures, de leurs langues, dans un melting pot source de violence, d'exploitation et d'arriération.
a écrit le 28/01/2017 à 1:06 :
Si l'archétype s'affole à nouveau, c'est bon signe. Pour rappel, afin de protéger ses intérêts, ce soros avait déclaré en 2009 qu'il aurait mieux valu que le système bancaire s'effondre en 2008 afin que les peuples, stupéfaits, ne réagissent pas contre les plus riches, soit, sa caste. Là, maintenant, tout le monde a compris. Néanmoins, cette guerre entre milliardaires devient réellement intéressante. Nous allons souffrir ... pour du mieux.
Réponse de le 30/01/2017 à 13:38 :
pouvez-vous partager la référence de ces propos rapportés ? merci.

Par ailleurs, ce n'est pas tout a fait faux. Les Etats Unis ont un système bancaire réformé et restructuré beaucoup plus sains et plus forts qu'en Europe où pour des raisons de chasse gardées nationales il était inconcevable de laisser des banques tomber en faillite et les restructurer sous d'autres pavillons.... résultat 10 ans après une grande partie du système bancaire européen est moribond et l'activité économique s'en ressent.
a écrit le 27/01/2017 à 22:26 :
Ce monsieur SOROS est un architecte du désordre mondial sur lequel il spécule financièrement. A priori il semble ne pas croire au patriotisme grandissant des peuples. Vu son âge avancé, sa déconnexion avec les générations proches et le nombre toujours plus élevés d'ennemis qu'il se créé, cet homme va tomber rapidement pour être dévoré pas les vautours.
a écrit le 27/01/2017 à 18:18 :
Bah, si Soros a parié (et perdu) sur l'élection de Clinton, ça veut dire qu'il s'est trumpé. Trump et May devrait rester en poste !!! MDR !
a écrit le 27/01/2017 à 17:37 :
Soros et d'autres se plaignent de ce qui n'est à priori pas bon pour eux, ce qui ne veut pas dire que c'est mauvais pour les autres. Au lieu de tirer à vue sur Trump ou Theresa May, il vaudrait mieux attendre avant de se prononcer sur des résultats qui n'existent pas encore. On demande l'avis de 5 "économistes" et on obtient 5 avis différents, n'est-ce pas :-)
Réponse de le 28/01/2017 à 10:58 :
En France, on a bien un President dont on attend des résultats depuis cinq ans sans vraiment les voir se profiler.......
a écrit le 27/01/2017 à 15:43 :
Le dogme néolibéral se fragmente, ses défenseurs se portent à sa rescousse, défenseurs/profiteurs bien évidemment.
Réponse de le 27/01/2017 à 16:38 :
Surtout que des économistes viennent de prouver par calculs informatiques que certaines doctrines néolibérales étaient totalement fausses. Ils ont prouvé les effets bénéfiques pour l'économie des allocations sociales.
Réponse de le 27/01/2017 à 17:17 :
Le néolibéralisme ne repose sur rien, c'est du libéralisme pour les riches et du dirigisme pour les pauvres. Socialisation des pertes et individualisation des gains tous les experts médiatiques à la solde des actionnaires peuvent bien raconter ce qu'ils veulent il est mathématiquement impossible que la recette fonctionne à long terme.

Le néolibéralisme n'est qu'un système économique taillé sur mesure pour les milliardaires et multimillionnaires et seulement eux, la preuve même leurs fidèles serviteurs les politiciens sont en train d'y laisser leur peau dans cette immense magouille.

Bref Soros, qui est un financier doué parce que réfléchissant un minimum dans un milieu particulièrement inculte, ne fait que défendre ses intérêts, comme tout financier. Les ficelles sont quand même grosses, Buffet a été plus malin d'attaquer trump durant la campagne.
Réponse de le 28/01/2017 à 11:07 :
Le "néolibéralisme" vu d'un Pays géré comme une Démocratie Populaire des années 80, n'est qu'une lointaine approche de la réalité de ce genre de politique se focalisant jusqu'à la caricature sur ses côtés négatifs mais jamais sur les côtés positifs... Les Politiques sont ici condamnés à en faire, mais sans le dire. Et cela ne va jamais très loin...
Réponse de le 29/01/2017 à 18:12 :
"Le "néolibéralisme" vu d'un Pays géré comme une Démocratie Populaire des années 80,"

Désolé mais je ne comprends absolument pas votre commentaire et en plus pourquoi mettez vous des majuscules svp ?

Vous pourriez m'expliquer plus clairement je vous prie ? Merci.
Réponse de le 30/01/2017 à 13:42 :
@Dingo

La science économique n'étant pas une science exacte... Prouver qu'une théorie économique est fausse est tout aussi faux.... la science économique n'est qu'une tentative d'extraire des corrélations entre évènements de la vie économique. Pour être validée comme "science" il faudrait que cette corrélation soit valable en tout temps et toute condition. Ce qui n'est absolument pas le cas. Donc arrêtons de prendre l'économie pour une science exacte... ses études et ses contre études également !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :