Guerre Israël Hamas : engagés dans le conflit, des rebelles yéménites attaquent un pétrolier lié à Israël

Un pétrolier appartenant à une société liée à Israël a été arraisonné dimanche au large du Yémen par des Houtis, des rebelles yéménites, selon un responsable militaire américain. L’équipage se trouverait néanmoins « en sécurité ». Les rebelles avaient menacé la semaine dernière de s'en prendre aux navires israéliens et/ou appartenant à des alliés d'Israël naviguant en mer Rouge, en représailles à la guerre menée par l'armée israélienne contre le Hamas palestinien à Gaza.
Selon l'armateur du navire, Zodiac Maritime, parmi les 22 membres d'équipage figurent des ressortissants russes, vietnamiens, bulgares, indiens, géorgiens et philippins, ainsi qu'un capitaine turc (photo d'illustration).
Selon l'armateur du navire, Zodiac Maritime, parmi les 22 membres d'équipage figurent des ressortissants russes, vietnamiens, bulgares, indiens, géorgiens et philippins, ainsi qu'un capitaine turc (photo d'illustration). (Crédits : Reuters)

Un pétrolier appartenant à une société établie au Royaume-Uni et liée à Israël a été arraisonné au large des côtes du Yémen dimanche 26 novembre, selon la société de sécurité maritime Ambrey. Le navire a été « approché par huit personnes, portant des uniformes militaires, à bord de deux embarcations » d'après un navire marchand se trouvant sur zone.

Une information précisée par la suite par un responsable de la Défense américaine auprès de l'AFP. « Il semblerait qu'un nombre indéterminé d'individus armés non identifiés se soient emparés du navire Central Park dans le golfe d'Aden le 26 novembre ». Les États-Unis et les forces de la coalition sont ensuite intervenus et « l'équipage du M/V Central Park est actuellement en sécurité », a par la suite indiqué un autre responsable.

Lire aussiLe Congrès américain divisé sur l'aide à allouer à Israël et à l'Ukraine

Dans l'immédiat, on ignore si les membres d'équipage sont restés à bord du navire. Selon Ambrey citant l'armateur du navire, Zodiac Maritime, parmi les 22 membres d'équipage figurent des ressortissants russes, vietnamiens, bulgares, indiens, géorgiens et philippins, ainsi qu'un capitaine turc.

Selon la société de sécurité, cet « événement est probablement lié à des acteurs étatiques ». Elle a précisé que le navire avait reçu des menaces des rebelles yéménites Houthis. Ces derniers avaient en effet menacé d'attaquer le pétrolier samedi s'il ne se détournait pas vers le port de Hodeida. Un navire de guerre de la coalition américaine aurait intercepté le message des rebelles et demandé à Central Park de ne pas en tenir compte, toujours d'après Ambrey.

Les navires, cibles d'attaques en mer Rouge

Les Houtis font partie de ce qu'ils qualifient d' « axe de la résistance » contre Israël, avec des groupes soutenus par l'Iran, comme le Hamas palestinien ou le Hezbollah libanais. Ils ont menacé mi-novembre de s'en prendre à des navires israéliens et appartenant à des alliés d'Israël naviguant en mer Rouge, par laquelle transite une part importante du trafic maritime mondial. En cause : la guerre menée par l'armée israélienne contre le Hamas palestinien à Gaza.

« Tout navire civil ou militaire (lié à Israël) est considéré comme une cible légitime », avait ainsi déclaré le commandant des forces navales des rebelles, le général Mohammad Fadl Abdelnabi, dans une vidéo publiée par les médias militaires Houthis sur X (ex-Twitter) le 22 novembre.

Trois jours plus tôt, le dimanche 19 novembre, les rebelles yéménites avaient saisi en mer Rouge un navire avec à bord 25 membres d'équipage, affrété par un groupe nippon et battant pavillon des Bahamas. Des drapeaux yéménite et palestinien y avaient été hissés. Deux jours plus tard, un membre du Conseil politique suprême des Houthis, Mohammad Ali al-Houthi, avait fait savoir sur son compte X que le navire et son équipage seraient relâchés « lorsque le siège de Gaza sera complètement levé et que l'agression cessera ».

Lire aussiGuerre Hamas-Israël : l'UE annonce une rallonge d'aide pour Gaza

Des attaques de drones et de missiles

Au cours des dernières semaines, les rebelles Houthis ont lancé plusieurs drones et missiles en direction du territoire israélien. Un navire de guerre américain patrouillant en mer Rouge a ainsi intercepté jeudi dernier des drones explosifs lancés depuis une région du Yémen contrôlée par les rebelles, selon le Commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom).

La veille, c'était Israël qui indiquait avoir intercepté un « missile de croisière » qui s'avançait vers le sud du pays. Un tir revendiqué par les rebelles. « Nos forces ont lancé des missiles sur différentes cibles militaires de l'entité israélienne » dans le sud d'Israël, a écrit sur X (ex-Twitter) le porte-parole de la branche armée des Houthis, Yahia Saree. « Nous continuerons de mener des opérations militaires jusqu'à ce que l'agression israélienne contre le peuple palestinien à Gaza et en Cisjordanie cesse », a-t-il ajouté.

Une trêve entre Israël et le Hamas est actuellement en cours depuis vendredi. Elle doit encore durer jusqu'à ce mardi à 07h00 (05h00 GMT). Des otages jusqu'alors aux mains du Hamas ont déjà été libérés ainsi que des prisonniers palestiniens détenus en Israël. Et de nouvelles libérations sont attendues. Cette trêve a aussi permis l'entrée de centaines de camions chargés d'aide humanitaire dans la bande de Gaza, assiégée et dévastée par sept semaines de bombardements de la part d'Israël en représailles à l'attaque sanglante lancée par le Hamas le 7 octobre dernier.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 27/11/2023 à 11:09
Signaler
Les yéménites dans leur combat contre l'Arabie Saoudite ont été abandonnés par tout le monde car toutes les oligarchies du monde cèdent à la loi du pognon, qu'ils se soient alliés par défaut à la barbarie iranienne ne peut pas leur être reproché tand...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.