Hausse disparate des revenus dans les pays de l'OCDE

 |   |  700  mots
La croissance du revenu réel des ménages par habitant a également ralenti en France, s’établissant à 0,1% (contre 0,4% au trimestre précédent), tandis que la croissance du PIB réel par habitant a accéléré à 0,6% au quatrième trimestre.
La croissance du revenu réel des ménages par habitant a également ralenti en France, s’établissant à 0,1% (contre 0,4% au trimestre précédent), tandis que la croissance du PIB réel par habitant a accéléré à 0,6% au quatrième trimestre. (Crédits : Reuters Ruben Sprich)
Les revenus des ménages ont clairement ralenti au Royaume-Uni dans le contexte du Brexit au cours du quatrième trimestre. À l'inverse, les revenus des Italiens ont connu une forte croissance sur la même période.

La croissance ne profite pas de la même façon à tout le monde. Selon un communiqué de l'OCDE publié ce lundi 7 mai, la hausse du revenu réel des ménages par habitant (*)  dans les pays développés s'établit à 0,3% au quatrième trimestre 2017 contre 0,2% au troisième trimestre. Sur l'ensemble de l'année 2017, la croissance du revenu des ménages dans la zone OCDE a légèrement ralenti à 0,7% en 2017 contre 0,8% en 2016. Si l'activité a clairement repris dans toutes les économies développées, les revenus des habitants n'ont pas évolué de la même façon.

Lire aussi : Le FMI améliore ses prévisions pour 2018

Des variations de revenus contrastées

Sur l'ensemble des sept grandes économies (**), la croissance du revenu réel des ménages par habitant a ralenti au dernier trimestre 2017 par rapport au troisième trimestre dans tous les pays, sauf l'Italie. Ce coup de frein a été le plus important au Canada où le revenu réel des ménages par habitant a ralenti à 0,3% au dernier trimestre 2017 après deux trimestres de croissance assez forte (autour de 1%). Aux États-Unis, le revenu réel des ménages par habitant est resté stable durant les trois derniers mois de l'année.

Au niveau de l'Union européenne, la croissance du revenu des ménages a accéléré entre le troisième trimestre et quatrième trimestre passant de 0,5% à 0,8%, mais là encore, il existe de réelles divergences. Si l'Italie gagne 0,1 point de pourcentage passant de 0,8% à 0,9%, beaucoup de grandes économies ont connu un ralentissement, voire une contraction. En France, le rythme de progression a sérieusement baissé passant de 0,4% à 0,1%. En Allemagne, les revenus trimestriels des ménages ont baissé, de même qu'au Royaume-Uni.

Lire aussi : Le niveau de vie des Français encore inférieur à celui de 2008

Un quart des salaires sous forme d'impôt et de cotisations

En 2017, les actifs des pays développés ont versé en moyenne plus d'un quart de leurs salaires bruts sous forme d'impôt, selon une récente étude de l'OCDE publiée à la fin du mois d'avril. Mais là encore, des disparités persistent entre les différents pays. Le taux moyen à l'échelle de l'OCDE pour une personne célibataire sans enfant, est resté stable, mais les moyennes par pays varient entre 15% au Chili, en Corée et au Mexique, et plus de 35% en Allemagne, en Belgique et au Danemark. Les taux moyens d'imposition a augmenté dans 20 des 35 pays membres de l'OCDE, principalement en raison de hausses de salaires. Ils ont baissé dans 13 pays et sont restés inchangés dans deux pays (Chili et Hongrie).

Recul de la pression fiscale sur les salaires

Les prélèvements fiscaux et sociaux sur les revenus du travail ont diminué en 2017 de 0,13 point de pourcentage pour représenter 35,9% du salaire brut. En 2017, les impôts sur le revenu et les cotisations de sécurité sociale acquittés par les employeurs et les salariés ont été les plus élevées en Belgique (53,7%), en Allemagne (49,7%), en Italie (47,7%) et en France (47,6%). À l'opposé, les prélèvements fiscaux et sociaux les plus faibles ont été recensés au Chili (7%), en Nouvelle Zélande (18,1%) et au Mexique (20,4%). Entre 2016 et 2017, les prélèvements ont augmenté dans 18 pays sur 35 et ont diminué dans 16 autres tandis qu'ils sont restés inchangés au Chili.

Les prélèvements peuvent changer en fonction de la nature des ménages mais de manière générale, ils sont plus faibles dans tous les pays de l'OCDE pour les ménages avec enfants que pour les célibataires sans enfant, hormis au Mexique et au Chili où les taux sont identiques pour les deux types de ménage.

___

(*) Pour l'OCDE, le revenu des ménages par habitant est un indicateur clé de la situation matérielle des ménages. Il est calculé après déduction des impôts et des cotisations sociales. "Il fournit un meilleur indicateur que le produit intérieur brut (PIB) des ressources dont disposent les ménages pour acheter des biens et services ou épargner pour l'avenir" pour l'organisation internationale.

(**) Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2018 à 8:38 :
En France, seulement 42 % des français sont assujettis à l'IR, un impôt concentré et obsolète qui ne rapporte rien en comparaison de la CSG ou de la TVA , seulement 75 milliards d'euros. Un impôt miné par les niches fiscales, 577, qui représentent un manque à gagner pour l'état de 100 milliards d'euros par an. Des niches dont certaines n'ont aucun intérêt économique. Nous vivons sous morphine avec un état qui redistribue par la dette
des prestations sociales qui empêchent le pays de retrouver croissance et dynamisme.
a écrit le 07/05/2018 à 18:58 :
inégalités = baisse de la consommation = baisse de la croissance = inégalités.

Un sale cercle vicieux s'est installé.
Réponse de le 08/05/2018 à 7:25 :
Quelle démonstration ! Keynes doit etre satisfait
Sinon vous pouvez développer hein, car là on comprend pas.
En quoi l'égalité donnerai de la croissance? Et l égalité dz quoi ? De revenus ? Lesquelles?
Réponse de le 08/05/2018 à 14:56 :
Et bientôt avec l'impôt à la source le peuple français verra à la fin du mois qu'il HABITE DANS UN PAYS SOUS-DEVELOPPE en ne pouvant qu'à peine se nourrir et s'abriter.
Bientôt les réfugiés africains seront des français qui s'expatrient vers ce continent ... BRAVO MACRON ET CONSORTS.
Réponse de le 08/05/2018 à 19:35 :
"En quoi l'égalité donnerai de la croissance?"

Donnez un revenu de 10000 euros par mois à tout le monde et vous faite exploser la croissance de 30%.

Quand vous avez assez d'argent vous pouvez consommer ce que les industriels vendent, et le cercle vertueux est lancé.

Mais enfin c'est si dur que ça à comprendre ?
Réponse de le 09/05/2018 à 8:59 :
@ ti pano, qui n'a pas besoin de changer de pseudo pour me harceler, assumez mon vieux hein... -_-

Vous avez démontré quoi là ? Rien comme d'habitude, vous me harcelez seulement.

Signalé
Réponse de le 11/05/2018 à 8:21 :
Je vous rassure, je ne change pas de pseudo. J assume parfaitement.
Cela etant dit, je cherche souvent z vous comprendre car sur le fonds vous avez de bonne réflexions mais les.démonstrations sont souvent pauvres. La c est la cas. Économiquement vous avez beaucoup de lacunes.
Réponse de le 11/05/2018 à 13:14 :
"Je vous rassure, je ne change pas de pseudo. J assume parfaitement."

ET je vous rassure je n'ai absolument rien à faire de votre vie.

Votre trollage est bien entendu encore signalé...

ET à part démontrer aux modérateurs que vous me harcelez c'est quoi votre compétence ?
a écrit le 07/05/2018 à 18:39 :
Concernant le Royaume uni:, ce n'est pas un ralentissement des revenus, c'est une baisse (d'après le lien donné par l'article) et c'est la plus mauvaise performance des pays étudiés. Encore un effet miraculeux du Brexit ou plutôt de l'approche du Brexit...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :