Joe Biden signe une victoire en promulguant sa vaste réforme climat et santé

Le plan promulgué par le président des Etats-Unis comporte trois volets dont l'un consacré à la lutte contre le changement climatique avec une enveloppe de 370 milliards de dollars, un deuxième destiné à limiter le prix des médicaments. Un troisième plan vise à instaurer un impôt minimal de 15%. Une victoire pour le président américain qui devra affronter des élections législatives déterminantes dans trois mois.
Le président américain, Joe Biden, devra affronter des élections législatives déterminantes dans trois mois et traditionnellement perdues par le camp au pouvoir.
Le président américain, Joe Biden, devra affronter des élections législatives déterminantes dans trois mois et traditionnellement perdues par le camp au pouvoir. (Crédits : LEAH MILLIS)

C'est une belle victoire pour Joe Biden. Alors que le président américain devra affronter des élections législatives déterminantes dans trois mois et traditionnellement perdues par le camp au pouvoir, il a promulgué, mardi, son vaste plan climat et santé, plus gros investissement jamais adopté aux Etats-Unis dans la lutte contre le changement climatique.

Car c'est bel et bien l'ambition des différentes mesures adoptées avec notamment des incitations financières destinées à faire évoluer l'économie américaine vers les énergies renouvelables avec une enveloppe de 370 milliards de dollars. L'objectif vise, en effet, à encourager par des subventions plutôt que de sanctionner avec des amendes les gros pollueurs pour parvenir à une réduction des émissions de CO2 de 40% d'ici 2030 par rapport à 2005. « Un pays peut être transformé. C'est ce qui se passe aujourd'hui », s'est ainsi félicité Joe Biden depuis la Maison Blanche, dans un discours aux accents électoraux, prononcé avant de signer cette réforme, baptisée « Inflation Reduction Act ». « Il s'agit de l'avenir. Il s'agit d'apporter le progrès et la prospérité aux familles américaines », a dit celui qui plaidait à l'origine pour un plan d'investissement plus vaste encore. « Il s'agit de montrer à l'Amérique et au peuple américain que la démocratie fonctionne encore aux Etats-Unis ». De leur côté, les républicains ont qualifié « d'arnaque » des crédits d'impôt allant jusqu'à 7.500 dollars pour l'achat d'une voiture électrique, mais le groupe de défense de l'environnement Sierra Club a salué cette mesure « audacieuse ». « Les futures générations se souviendront de ce jour comme de celui où la tendance s'est inversée contre le secteur des industries fossiles, en faveur d'un avenir plus sain, plus propre et plus équitable pour tous, dans tout le pays », a commenté le président de l'ONG, Ramon Cruz.

Limitation des prix des médicaments et impôt minimal

Le plan prévoit également de limiter le prix de certains médicaments pour tenter de compenser les immenses inégalités dans l'accès aux soins aux Etats-Unis. Medicare, un système public d'assurance santé destiné entre autres aux plus de 65 ans, pourra, ainsi, pour la première fois négocier directement les prix de certains médicaments avec les laboratoires pharmaceutiques, et obtenir des tarifs plus compétitifs.

Enfin, pour apporter des financements, le plan va instaurer un taux d'imposition minimal de 15% pour toutes les sociétés dont les profits dépassent le milliard de dollars. Ce nouvel impôt vise à empêcher certaines grosses entreprises d'utiliser les niches fiscales qui leur permettaient jusqu'ici de payer beaucoup moins que le taux théorique. Selon les estimations, cette mesure pourrait générer plus de 258 milliards de dollars de recettes pour l'Etat fédéral américain au cours des dix prochaines années.

Lire aussiImpôt mondial sur les sociétés : les Etats-Unis sceptiques sur la rentabilité du premier pilier de l'accord

« Je sais qu'il y en a aujourd'hui qui ont une vision sombre et désespérée de notre pays. Ce n'est pas mon cas », a affirmé, mardi, Joe Biden. La réforme sur le climat et la santé, contre laquelle ont voté tous les républicains sans exception, montre que « les Américains ont gagné et que les groupes de pression ont perdu », a-t-il ajouté. « Voilà le choix qui s'offre à nous: nous pouvons protéger les puissants ou nous pouvons avoir le courage de bâtir un avenir qui offre des opportunités à tous. C'est l'Amérique en laquelle je crois », a encore déclaré le président américain qui avait désespérément besoin d'un succès politique après une année difficile marquée par le retrait chaotique d'Afghanistan l'an dernier, les vagues successives de Covid et une inflation à son plus haut niveau depuis 40 ans.

Une série de victoires pour Joe Biden

En outre, les efforts de Joe Biden ont souvent été entravés par une majorité très étroite aussi bien à la Chambre des représentants qu'au Sénat. Selon les sondages, les républicains devraient remporter une solide majorité à la Chambre des représentants en novembre, voire emporter aussi le Sénat, ce qui pourrait faire de Joe Biden un président potiche jusqu'à la fin de son mandat en 2024.

Toutefois, le vent semble avoir tourné en faveur du président démocrate qui engrange les succès ces dernières semaines quand les républicains sont embourbés dans le scandale des imprudences de Donald Trump vis-à-vis de documents classés « top secret » déplacés vers sa résidence personnelle de Mar-a-Lago, où le FBI a dû aller les chercher cette semaine. Fin juin, Joe Biden a promulgué une loi régulant les armes à feu, la plus importante en près de 30 ans. Et début août, il a débloqué 52 milliards de dollars de subventions pour relancer la production de semi-conducteurs aux Etats-Unis, ainsi que signé une loi visant à améliorer la prise en charge des anciens combattants exposés à des fumées toxiques.

(Avec AFP)

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 17/08/2022 à 18:08
Signaler
Brasser des milliards, ne veut rien dire dans son utilisation! Tout le monde pensent en mettre dans sa poche avant d'en faire un intérêt général!

à écrit le 17/08/2022 à 11:27
Signaler
Derrière le spectacle des mots et des images, derrière le brouhaha incessant et souvent indécent des médias de masse les États Unis suivent une ligne claire depuis le mandat Trump même si Obama avait commencé déjà à préparer le terrain, visiblement l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.