Juillet 2023 risque d'être le mois le plus chaud jamais observé dans le monde, avertit la NASA

« Nous observons des changements sans précédent à travers le monde », a déclaré Gavin Schmidt, climatologue en chef de la NASA, qui considèrent que ces épisodes ne peuvent pas être attribuées uniquement au phénomène El Niño mais bien à une dynamique générale de réchauffement.
Les phénomènes actuels risquent de faire de 2023 l'année la plus chaude jamais enregistrée, avec une probabilité de « 50-50 » selon les calculs de Gavin Schmidt.
Les phénomènes actuels risquent de faire de 2023 l'année la plus chaude jamais enregistrée, avec une probabilité de « 50-50 » selon les calculs de Gavin Schmidt. (Crédits : Reuters)

Ce mois de juillet 2023 sera probablement le plus chaud depuis plusieurs « centaines, si ce n'est milliers d'années » dans le monde. Tel est le constat fait par le climatologue en chef de la NASA. Les tendances à la hausse des températures sont frappantes et seront probablement reflétées, a insisté Gavin Schmidt, le climatologue en chef de l'agence lors d'un point avec des journalistes.

Lire aussiTourisme : en plein réchauffement climatique, la Normandie abat ses atouts

« Nous observons des changements sans précédent à travers le monde », a déclaré Gavin Schmidt. « Les vagues de chaleur aux Etats-Unis, en Europe, et en Chine explosent des records », a-t-il ajouté, estimant que ces épisodes ne peuvent pas être attribuées uniquement au phénomène El Niño, « qui vient seulement d'arriver ». Phénomène climatique cyclique qui prend sa source dans l'océan Pacifique et entraîne une augmentation des températures mondiales, El Niño provoque des sécheresses dans certaines parties du monde et de fortes pluies dans d'autres.

Pluie de rapports alarmistes

Ses anticipations font écho à d'autres publications alarmistes d'organismes publics. Certains records de chaleur ont déjà été battus en juillet, d'après deux outils de l'Union européenne et de l'université du Maine aux Etats-Unis, qui utilisent les données au sol et satellitaires. Mercredi, l'observatoire européen Copernicus avait déjà annoncé que le monde s'apprêtait à connaître son mois de juillet le plus chaud depuis le début des mesures, après un mois de juin déjà record.

« Nous avons vu des records de températures à la surface de la mer être battus, même en dehors des tropiques, depuis plusieurs mois maintenant », a prévenu Gavin Schmidt. « Et nous prévoyons que cela continue », a ajouté le climatologue, « parce que nous continuons d'émettre des gaz à effet de serre dans l'atmosphère ».

Lire aussiClimat : en visite à Pékin, John Kerry appelle à « faire pression » sur la Chine

Les phénomènes actuels risquent de faire de 2023 l'année la plus chaude jamais enregistrée, avec une probabilité de « 50-50 » selon les calculs de Gavin Schmidt, quand d'autres scientifiques avancent une probabilité allant jusqu'à 80%. « Nous prévoyons que 2024 soit une année encore plus chaude, car nous la commencerons avec le phénomène El Niño qui s'accumule en ce moment, et qui atteindra un sommet vers la fin de cette année », a conclu Gavin Schmidt.

La Méditerranée, point chaud du réchauffement climatique

La région méditerranéenne, touchée en juillet par des températures proches des records et des incendies de forêt, est depuis longtemps classée comme un « point chaud » (hotspot) du changement climatique par les scientifiques.

Les plages, les fruits de mer et les sites patrimoniaux de cette région qui s'étend sur une partie de l'Europe méridionale, de l'Afrique du Nord et de l'Asie occidentale sont menacés. Parmi les cinq menaces majeures pour la région, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) des Nations unies se préoccupent notamment des canicules meurtrières, des menaces sur le blé et l'agriculture, de la montée des eaux et de l'arrivée d'espèces invasives.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 23/07/2023 à 2:40
Signaler
Ici en Coree du Sud il pleut depuis un bon mois. Saison des pluies normale avec son lot habituel de catastrophes locales. Le jardin est vert, pas besoin d'arroser. Tout baigne.

à écrit le 22/07/2023 à 10:38
Signaler
Ben pour l'instant dans le sud ouest on s'en sort bien et on croise les doigts !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.