L'accord sur le nucléaire validé par le Parlement iranien

 |   |  270  mots
L'accord implique une plus grande ouverture de l'Iran aux marchés internationaux et des opportunités économiques. Selon Bank of America, le dégel des actifs à l'étranger pourrait rapatrier près de 100 milliards de dollars dans le pays
L'accord implique une plus grande ouverture de l'Iran aux marchés internationaux et des opportunités économiques. Selon Bank of America, le dégel des actifs à l'étranger pourrait rapatrier près de 100 milliards de dollars dans le pays (Crédits : Reuters)
Les députés iraniens ont dit oui au programme nucléaire de Téhéran négocié avec les grandes puissances mondiales. En échange de l'engagement de l'Iran à ne pas se doter de l'arme atomique, une levée des sanctions internationales est prévue.

Un nouveau grand pas vers la validation définitive et l'application de l'accord historique entre l'Iran et les grandes puissances mondiales. Les députés iraniens ont approuvé mardi 13 octobre l'accord nucléaire conclu avec les grandes puissances par 161 voix pour, 59 contre et 13 abstentions, trois mois après sa conclusion le 14 juillet, a annoncé l'agence de presse Irna (Islamic Republic News Agency), mardi 13 octobre.

A noter que les députés qui étaient contre cet accord ont dû tenir compte du feu vert donné au texte par le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot sur tous les grands dossiers du pays, mais avait souhaité que le Parlement ait son mot à dire.

Le texte doit désormais être examiné par les autorités religieuses qui devront à leur tour le valider pour qu'il prenne effet.

Levée des sanctions économiques

Pour rappel, le texte prévoit une levée des sanctions internationales imposées à l'Iran en échange de son engagement à ne pas se doter de l'arme atomique et à réduire son programme nucléaire civil. Un compromis négocié pendant dix-huit mois et qui met fin à douze ans de contentieux sur ce dossier. Pour rappel, il a été signé par Téhéran et le groupe P5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni, Allemagne).

Il implique une plus grande ouverture de l'Iran aux marchés internationaux et des opportunités économiques. Selon Bank of America, le dégel des actifs à l'étranger pourrait rapatrier près de 100 milliards de dollars dans le pays et les exportations devraient rapidement passer de 80 à 200 milliards de dollars.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :