L'Arabie Saoudite lance une offensive militaire au Yémen

 |   |  902  mots
Des civiles cherchent à s'abriter lors d'une attaque dans la base militaire de la ville d'Aden, le 25 mars.
Des civiles cherchent à s'abriter lors d'une attaque dans la base militaire de la ville d'Aden, le 25 mars. (Crédits : Reuters)
Une coalition de pays de la région du Golfe, emmenée par l'Arabie Saoudite, est intervenue dans la nuit de mercredi à jeudi au Yémen. Des frappes aériennes ont été lancées à Aden pour contrer l'offensive de la milice chiite houthiste. Jeudi après-midi, le FMI annonçait la suspension de son plan d'aide au Yémen.

Publié le 26/03/2015 à 10:25. Mis à jour le 26/03/2015 à 18:38.

L'Arabie saoudite a lancé dans la nuit de mercredi à jeudi une campagne de frappes aériennes au Yémen avec ses alliés de la région du Golfe. Le but de cette intervention : faire reculer la milice chiite houthiste qui assiège Aden, la ville du sud du pays où s'est réfugié le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi.

Mercredi, des combattants fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh, allié de la faction houthie, se sont emparés de l'aéroport international d'Aden. L'ambassadeur de l'Arabie Saoudite à Washington a alors annoncé une intervention militaire d'une dizaine de pays du Golfe au Yémen pour "protéger et défendre le gouvernement légitime" du président en poste Hadi.

Des raids aériens

L'intervention a débuté vers 19h. Les raids aériens ont pris pour cible notamment des sites tenus par les rebelles Houthis dans la capitale Sanaa, dont l'aéroport, une base aérienne et le palais présidentiel, selon des sources militaires et des habitants.

Jeudi matin, les forces fidèles à ce dernier, soutenues par les frappes aériennes de la coalition de pays du Golfe, ont finalement repris l'aéroport d'Aden après d'intenses combats, a-t-on appris de responsables locaux.

Une coalition de dix pays

L'Arabie saoudite contribue à hauteur de 100 avions de guerre et de 150.000 soldats à l'opération militaire au Yémen, a rapporté jeudi la chaîne de télévision Al Arabiya. L'offensive réunit aussi des avions de l'Egypte, du Maroc, de Jordanie, du Soudan, du Koweït, des Emirats arabes unis, du Qatar et de Bahreïn, précise la chaîne de télévision.

Quand aux États-Unis, Barack Obama a autorisé une aide en matière logistique et de renseignements pour soutenir l'opération militaire engagée par l'Arabie saoudite, a annoncé la Maison blanche mercredi.

"Bien que les forces américaines n'agissent pas en direct sur le plan militaire au Yémen pour soutenir cet effort, nous sommes en train de mettre sur pied une cellule de planification commune avec l'Arabe saoudite pour coordonner le soutien américain sur les plans militaires et du renseignement", lit-on dans un communiqué de la Maison blanche.

Les Etats-Unis envisageraient de fournir du ravitaillement en vol et d'envoyer des avions radars pour aider la coalition menée par l'Arabie Saoudite, selon des responsables américains.

"C'est sur la table, et c'est en train d'être discuté", a indiqué l'un de ces responsables. La Maison Blanche a déjà indiqué que les Etats-Unis se coordonnaient avec les Saoudiens pour fournir un soutien militaire et de renseignement à l'opération.

La question d'une offensive au sol

Après les frappes aériennes, une offensive au sol pourrait être nécessaire pour restaurer l'ordre au Yémen, a déclaré jeudi à Reuters une source saoudienne proche des affaires militaires. "Nous ne pourrons pas atteindre notre objectif de restaurer le gouvernement légitime en contrôlant le ciel du Yémen (...), une offensive au sol pourrait être nécessaire pour restaurer l'ordre", a dit la source.

L'Égypte, la Jordanie et le Soudan sont également prêts à participer à une offensive au sol, précise Al Arabiya. Au Pakistan, la question de l'envoi de troupes serait "à l'étude", selon Tasnim Aslam, porte-parole du ministère des Affaires étrangères pakistanais.

La réaction de l'Iran

Le ministère iranien des Affaires étrangères a réclamé jeudi la cessation de toutes les "agressions" militaires au Yémen qui risquent d'attiser la crise que traverse le pays, rapporte l'agence de presse semi-officielle Fars.

"L'Iran veut une cessation immédiate de toutes les agressions militaires et frappes aériennes contre le Yémen et son peuple (...). Les actions militaires au Yémen, qui traverse une crise intérieure, vont compliquer la situation (...) et remettre en question les efforts déployés pour résoudre la crise de manière pacifique", a dit la porte-parole du ministère Marzieh Afkham citée par Fars.

L'Iran chiite dément soutenir les combattants houthis, chiites également, qui contrôlent une grande partie du Yémen et qui se sont approchés mercredi d'Aden.

L'Arabie saoudite suspend son trafic aérien dans le sud du pays

Selon un communiqué de l'Autorité de l'aviation civile jeudi, la suspension du trafic aérien, qui s'applique à sept aéroports dont celui de Jazane, province frontalière du Yémen, restera en vigueur "jusqu'à nouvel ordre".

À la suite de l'offensive saoudienne, le cours du pétrole augmente respectivement de 4,59% pour le Brent et 4,75% pour le WTI ce jeudi à 13 heures. Le cours de l'or prend, lui, 0,82%.

Le FMI suspend son plan d'aide au Yémen

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé jeudi la suspension pour une durée indéterminée de son plan d'aide au Yémen en raison des "nombreuses incertitudes" liées à la crise grandissante dans le pays.

En septembre, le FMI avait octroyé au Yémen une ligne de crédit de 552 millions de dollars déboursable par tranches sur une période de trois ans. Le prochain versement était prévu pendant le premier semestre 2015 à l'issue d'un audit.

"Etant donné les nombreuses incertitudes entourant le Yémen actuellement", cet audit est "reporté jusqu'à ce que la situation se clarifie", a déclaré le porte-parole du FMI, William Murray, lors d'une conférence de presse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2015 à 22:46 :
Qui va encore payer la note ? le peuple, les enfants.
Et oui, les monarchies voisin voient d'un très mauvais oeuil que l'un de leur semblable se fasse sortir, comme un malpropre, par un soulèvement populaire.
Il faut tuer la rébellion avant qu'elle donne des idées aux peuples voisin.
a écrit le 26/03/2015 à 19:01 :
C'est très spécial la notion de succès de la politique étrangères de la Maison-Blanche. Il y a à peine deux mois, dans une allocution Barack Obama saluait la réussite de la politique étrangère américaine au Yémen ! aujourd'hui, 60 jours après, les USA envoient un porte-avions dans le golfe d'Aden et se prépare déjà pour évacuer leur personnel de la base de l'armée de l'air américaine dans ce pays. Trop de gaffes, trop de morts, mais en Occident on s'en fiche, finalement ils ne sont pas de chez nous… Désolant.
a écrit le 26/03/2015 à 13:45 :
Le peuple se soulève contre un tyran et son régime, un mouvement de révolte voit le jour, c'est la naissance du printemps arabe au Yemen. Le président s'en va et est remplacé par une marionette du régime. Logiquement le soulèvement se poursuit. Sauf que cette fois-ci le Big Brother n'est pas d'accord et autorise ses satellites à employer les grands moyens militaires pour rétablir le pouvoir. Ils aident le régime de Yemen à assassiner son propre peuple. Comme quoi aux yeux de l'empire et de ses satellites certains peuples peuvent se soulever contre des tyrans d'autres non. Certains régimes sont nos partenaires (L'Arabie saoudite, Quatar), d'autres ne le sont pas (Syrie, Libye), alors il faut les détruire.
a écrit le 26/03/2015 à 13:35 :
Chez nous, quand les gens courrent comme ça, c'est pour être les premiers pour les soldes. On a pas tous les mêmes priorités.
a écrit le 26/03/2015 à 12:17 :
Le croissant allant de l'Algérie en passant par Israêl, la Syrie, l'Irak, l'Ukraine, la Tchétchénie, l'Afghanistan, le Yémen est à feu et à sang, et qui nous racontait que l'Afrique tait un continent d'avenir ?
Réponse de le 26/03/2015 à 13:45 :
Euh ! La dedeans il n'y a que l'Algerie qui est en Afrique !! Je crois qu'il faut repasser l'examen de géographie...
Réponse de le 26/03/2015 à 17:10 :
d'un autre coté, peut on attendre grand chose de quelqu'un qui prend "tomibiker" comme pseudo...?
a écrit le 26/03/2015 à 12:02 :
Un soulèvement au Yemen qui ne plait pas aux emirats, sultanats, â l'Arabie Saoudite, à la Turquie, au total une dizaine de régimes fantoches ou dictatoriaux, tous dans le camp américain. Attaques coordonnées de ces pays, sans aucun mandat de l'ONU. Où est la légalité internationale?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :