L'économie britannique en mauvaise posture

 |   |  592  mots
La chute de la livre sterling va renchérir le prix des importations
La chute de la livre sterling va renchérir le prix des importations (Crédits : LUKE MACGREGOR)
Déjà en phase de ralentissement, l'économie britannique va souffrir du Brexit. La dépréciation de la livre n'est en aucun cas favorable à une économie largement désindustrialisée

Une économie industrielle a toutes les chances de profiter d'une dévalorisation de sa monnaie : les produits deviennent plus compétitifs sur les marchés extérieurs, les volumes vendus augmentent. De leur côté, les prix des importations grimpent, d'où un report de la consommation «domestique » vers les produits nationaux.

Ce scénario positif ne joue pas pour le Royaume Uni. La chute de la livre (-13,3% vis à vis de l'euro, depuis le plus haut de novembre 2015, et cela pourrait continuer)  ne va pas profiter à l'économie britannique. Tout simplement parce que sa base industrielle est de plus en plus faible. La valeur ajoutée dans le secteur manufacturier ne représente plus qu'un peu plus de 8% du PIB. Rien à avoir avec l'Allemagne, où l'industrie pèse pour près d'un quart de l'économie. Que va-t-il alors se passer ? Les prix des importations vont donc augmenter, risquant d'accroître encore le déficit de la balance commerciale, proche de 7% du PIB. Toute la question, posée de longue date, est celle du financement de ce déficit des échanges de biens : il a toujours été rendu possible, pour partie, par la vente de services à travers le monde, mais aussi et surtout par un afflux de capitaux. Problème: avec l'affaiblissement de la livre, ce financement par des capitaux extérieurs ne va-t-il pas être remis en cause ?

Hausse des prix des importations

Côté exportations, il ne faut donc pas s'attendre à ce que les ventes à l'étranger soient dopées par une livre plus faible. « L'industrie britannique, pour ce qu'il en reste, ne peut guère réagir à une telle dévaluation », relève le directeur des études économiques de Natixis, Patrick Artus. « Quant aux services financiers sophistiqués que vendent les Anglais, leur demande n'est guère sensible à une baisse de prix. »

D'un point de vue "domestique", entreprises comme ménages vont souffrir d'une hausse des prix des importations. Mécaniquement, le pouvoir d'achat des britanniques vis-à-vis de l'extérieur va donc diminuer. Et donc leur pouvoir d'achat tout court. Sa chute va entraîner celle de la consommation.

Un recul du PIB de 3,6% ?

Un mois avant le vote, le ministère des Finances britannique avait tenté d'évaluer l'impact économique d'un Brexit. Compte tenu de ces enchaînements - baisse de la livre, hausse des prix des importations, baisse du pouvoir d'achat externe et interne -, le ministère estimait, dans son scénario le plus modéré, qu'à l'horizon de deux ans, la livre baisserait de 12%, entraînant une hausse des prix à la consommation de 2,3% - en plus de la tendance actuelle -. Ainsi, le pouvoir d'achat des salaires chuterait de 2,8% et le PIB reculerait de 3,6%. Il en résulterait une hausse de 520.000 du nombre de chômeurs.

Les pauvres souffriront le plus

Un scénario extrême ? D'autres calculs font état d'une baisse limitée du PIB, autour de -1%. En tous cas, rares sont les économistes à contester cette logique. Et, soulignent-ils, ce sont les plus pauvres des britanniques qui souffriront le plus. Car les produits de base -alimentation, habillement- verront leurs prix déraper nettement. Sans compter que les services publics, dont bénéficient les populations à bas revenus, comme la santé, seront mis à mal par une baisse des recettes publiques. Leurs ressources risquent d'être amputées.

Les économies mises en avant par l'arrêt de la contribution du budget britannique à l'Union européenne sont illusoires, car pour continuer de commercer avec l'Europe, un financement sera toujours exigé de la part de Bruxelles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2016 à 16:33 :
Quand le sage montre la lune le sot regarde le doigt
a écrit le 25/06/2016 à 12:27 :
Le Brexit n'a eu aucun effet sur la Bourse dont le curseur a progressé avant l'élection pour baisser après. Tout juste une opportunité de manipulation ordinaire comme il est d'habitude quelque soit le sujet. Ensuite, je lis des posts vengeurs laissant croire que UK aurait "profité", c'est le contraire : Nous sommes allé cherché les anglais pour l'idéologie europeîste comme pour Airbus, ces derniers ont seulement fait payer leur prestation qui a permis ces constructions, puis s'en retirent car elles ne sont pas les leurs. En effet sans leur participation rien n'aurait été possible. Sur le plan économique la création européïste a déconnecté les devises de l'or, système qui était la grosse affaire de la richesse anglaise. Compensée un temps par la hausse fictive du pétrole, la situation de sa baisse actuelle, qui va se renouveler pour atteindre les 17 dollars le baril, tandis que ce pays gros producteur n'a plus que 7 ans de réserves, coulent encore plus les espoirs anglais. La City qui vivait de spéculation et de paradis fiscaux voit aussi ces deux autres pôles combattus. Dès lors comment s'étonner que UK ait souhaiter explorer d'autres méthodes et principalement se détacher du boulet qui l'entraîne vers les fond ? En s'affranchissant des la réglementation financière européïste UK va retrouver une nouvelle capacité spéculative mais, il le sait, que pour un temps puisque les sytèmes de block-chaîne vont éroder ses possibilité. Cependant c'est toujours un temps de gagné. le pays pourra vendre son armement (BAE) à Airbus comme penser à céder l'Irlande pour faire rentrer du cash et se relancer car en effet cette harmonisation l'a immobilisé comme une gangue, coûtant plus cher à son économie que ce qu'il pouvait négocier comme avantage. Il est faux de dire comme ici dans l'article que UK va baisser du fait du Brexit mais au contraire qu'il va cesser de baisser grâce au Brexit, on avait juste oublié de faire le constat (peut-être par idéologie mal placée) du déclin lorsque le pays était considéré comme européïste. On verra prochainement quels accords particuliers pourront être pris avec quels pays et ce qu'il en sera du traité trans-altantique que les anglais pourraient adopter avant tout le monde.
a écrit le 25/06/2016 à 9:08 :
Écosse, Irlande du Nord, Gibraltar... suite au prochain N° !
a écrit le 25/06/2016 à 9:04 :
L'économie britannique en mauvaise posture.... et celle de l’Europe aussi !
a écrit le 24/06/2016 à 22:11 :
La bonne nouvelle c'est qu'avec le Brexit, d'ici quelques mois, le Fn va rejoindre les scores du parti communiste aux prochaines élections.
a écrit le 24/06/2016 à 18:58 :
Etonnant !Si on regarde les premieres réactions des bourses à chaud ,la bourse de Londres decroche de ....2.7% celle de Paris 8.2 % soit environ 3 fois plus !Attendons de voir il me semble que l'inquietude soit ailleurs qu'à la City ce qui est un peu normal !Quand les gros s’enrhument ,les petits trinquent et la bourse de Paris c'est pas un gros ...
Réponse de le 24/06/2016 à 21:15 :
Vous oubliez l'impact des devises. Londres perd 2.7%, -7% vis a vis de l'euro.
Par ailleurs "Londres" pour vous, c'est le Footsie 100, qui inclut des grosses multinationales bien implantees hors UK. Le Footsie 250 perd lui 7,2%.
Réponse de le 25/06/2016 à 14:21 :
A Caravane.. Rassurez vous ça va remonter!
a écrit le 24/06/2016 à 18:08 :
Il n'y a plus q'a augmenter les impots des plus aisés, Londres est plein de milliardaires !
a écrit le 24/06/2016 à 17:30 :
Oui, à court terme, mais à moyen et long terme c'est le seul moyen d'inverser la vapeur et de se ré industrialiser justement ne serait que par substitution aux importations devenues trop chères ( sans oublier la compétitivité retrouvée face au reste du continent). A raisonner comme si un chemin était inéluctable, ce même chemin de misère pour la majorité, on n'aboutit à rien d'autre qu'à ce que l'on observe partout en UE : de plus en plus de sans emplois ou "bénéficiaires" de sous emplois et une classe moyenne qui disparait et vient rejoindre le petit peuple dans la difficulté.
Réponse de le 25/06/2016 à 0:13 :
La question est comment et quelle réindustrialisation? quand on voit les prix des produits les plus consommés arrivant des pays asiatiques, chine, Corée du sud mais aussi Vietnam, Cambodge, comment les anglais (mais nous aussi) allons refabriquer des téléviseurs, des téléphones portables, des vêtements etc a des prix compétitifs pour le consommateur dans un contexte de baisse des revenus et cette baisse sera certainement encore plus sensible en Grande Bretagne. Il est quand même étonnant que les chantres de l'ultra - libéralisme, du libre échange votent pour le repli de leur pays sur lui même? Ou bien le camp du Brexit a t'il menti aux électeurs et citoyens Britanniques? That is the question?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :