L'économie chinoise menacée par une grave crise boursière

 |   |  608  mots
Le marché actions chinois avait plus que doublé en un an, malgré les signes multiples de ralentissement de la croissance et la dégradation des résultats des entreprises cotées, une évolution qui a conduit de nombreux observateurs, y compris les autorités boursières, à conclure que l'évolution du marché était exagérée.
Le marché actions chinois avait plus que doublé en un an, malgré les signes multiples de ralentissement de la croissance et la dégradation des résultats des entreprises cotées, une évolution qui a conduit de nombreux observateurs, y compris les autorités boursières, à conclure que l'évolution du marché était exagérée. (Crédits : Reuters)
L'ouverture ce lundi des Bourses de Shanghai et Shenzhen permettra de voir si les mesures prises par les autorités chinoises sont suffisantes pour stopper la chute de quelque 30% des indices. Il s'agit d'éviter la panique des millions de petits porteurs qui ayant emprunté pour acheter des actions se délesteraient en masse de leurs titres.

La semaine à venir pourrait être décisive pour les marchés boursiers chinois après la série de mesures sans précédent adoptées ces derniers jours pour tenter d'endiguer la chute des cours, qui menace de déstabiliser la deuxième économie mondiale.

Le gouvernement attend l'ouverture des Bourses de Shanghai et Shenzhen lundi matin pour voir si ces mesures suffiront à interrompre un mouvement qui les a fait chuter de 30% en trois semaines, ou si les investisseurs individuels qui ont emprunté en masse pour spéculer sur les actions continueront de vendre.

La hausse sera de courte durée

Une enquête réalisée sur internet par le distributeur de fonds eastmoney.com ce week-end, à laquelle ont répondu plus de 100.000 personnes, montre que les investisseurs croient à un rebond de plus de 5% lundi. Mais bon nombre d'entre eux estiment que la hausse sera de courte durée. "Il va falloir que la banque centrale ouvre les vannes en grand pour nous ramener à 4.500 points à Shanghai", a déclaré un gérant de fonds local, interrogé par l'agence Reuters.

L'indice phare de la Bourse de Shanghai, qui évoluait à plus de 4.700 points le 25 juin, a perdu 22% depuis, terminant vendredi à 3.684 points. Le marché actions chinois avait auparavant plus que doublé en un an, malgré les signes multiples de ralentissement de la croissance et la dégradation des résultats des entreprises cotées, une évolution qui a conduit de nombreux observateurs, y compris les autorités boursières, à conclure que l'évolution du marché était exagérée.

Le mouvement de baisse amorcé mi-juin a dans un premier temps été présenté comme une correction "saine" mais il est rapidement apparu qu'il était incontrôlable.

Baisse surprise des taux d'intérêt

Une baisse surprise des taux d'intérêt par la banque centrale dimanche dernier, l'assouplissement des règles en vigueur en matière d'opérations sur marge (c'est-à-dire financées par l'emprunt) et d'autres mesures dites de "stabilisation" n'ont pas suffi à rassurer les investisseurs et à freiner les ventes : sur la semaine écoulée, le marché a encore chuté de 12%.

Mais désormais, les plus hautes autorités du pays semblent perdre patience, comme l'ont montré les annonces successives des deux derniers jours : samedi, les principales sociétés de courtage du pays ont promis d'acheter pour au moins 120 milliards de yuans (17,4 milliards d'euros) d'actions et de ne pas les revendre tandis que l'indice composite de Shanghai ne serait pas remonté à 4.500 points.

Quelques heures plus tard, 28 entreprises ont annoncé simultanément le report de leur projet d'introduction en Bourse, des décisions sans doute prises à l'initiative des autorités.

Dimanche, la Commission de contrôle boursier (CSRC) a annoncé que la banque centrale allait fournir des liquidités à la China Securities Finance Corp, une société publique de financement d'opérations sur marges. De son côté, le groupe public d'investissement Central Huijin a dit avoir commencé à acheter des fonds indiciels (ETF) et promis qu'il continuerait de le faire.

Les montants qui seront injectés trop faibles?

Ce bouquet de mesures vise avant tout à montrer aux millions d'investisseurs individuels, qui assurent environ 85% des transactions sur les marchés actions chinois, que les autorités soutiennent la Bourse. Mais rien ne garantit qu'il suffira à interrompre la baisse de celle-ci. Pour Li Feng, trader de Fortune Securities, les montants que les courtiers et les gérants de fonds ont promis d'injecter dans le marché sont faibles par rapport à celui des positions sur marges qui restent à déboucler. Certains analystes estiment que les prêts sur marges, formels et informels, pourraient représenter environ 4.000 milliards de yuans.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2015 à 11:02 :
Après une grosse inflation une déflation arrive c'est logique ça fonctionne toujours comme ça.
a écrit le 06/07/2015 à 8:49 :
Mais pourquoi toujours vouloir cautionner la spéculation comme ça ? Si le marché baisse c'est qu'il était trop haut.
a écrit le 06/07/2015 à 7:44 :
Emprunter pour acheter des actions? Faut vraiment aimer le risque. Les Chinois sont de grands joueurs. Libre à eux !
a écrit le 06/07/2015 à 7:05 :
Emprunter pour acheter des actions? Acheter des actions avec de l'argent que vous n'avez pas? Faut pas venir se peindre si ça tourne mal. Le marketing vous pousse a consommer même si vous n'en avez pas les moyens ... tant pis pour vous si vous céder au chant des sirènes ... les sirènes ça n'existe pas.
a écrit le 05/07/2015 à 23:47 :
Comment l'économie peut-elle être menacée par une correction normale? Si les valorisations s'envolent de 100% en un an (je suis très loin du compte) sans raison autre que le coût d'opportunité et la disparition relative de l'aléa moral, et qu'elles perdent 30%. Quel est le problème? Surtout, comment ce "problème" peut-il être économique?
a écrit le 05/07/2015 à 22:50 :
La bulle éclate, il était temps !
a écrit le 05/07/2015 à 18:25 :
C'estun phénomène qui n'est pas unique à la Chine. Je dis toujours que tout investissement comprte des risques, dont celui de perdre son argent. Je ne plains donc pas les gogos gourmands qui se laissent attraper au piège du marketing financier. J'aime citer la règle de 72 au Canada, utilisée par les "conseillers" auprès des clients potentiels ou existants. Selon la règle de 72, un intérêt de 12% par an permet de doubler sa mise en 6 ans (72/12). L'appât du gain fait le reste, sans que les gens ne demandent "mais qui au fait va me verser 12% ?" :-)
a écrit le 05/07/2015 à 16:38 :
Eh bien, la Tribune et BFM business avaient prédis vrai. Cela faisait des mois qu'il y avait des comparatifs entre la consommation électrique en baisse, et une cotation boursière en hausse. Sans parler des stats chinoises truquées, grâce aux différeces faite avec l'export à Hong Kong. Bref, le feu de paille est à son début.
a écrit le 05/07/2015 à 16:37 :
Une fois par mois LT publie un article de ce genre. Et ça fait des années…. à quoi bon ?
a écrit le 05/07/2015 à 16:36 :
Pourquoi le marché est-il monté de 150 % (about) en un an ? Il y a donc encore de la marge à la baisse. Certains vont écrire que c'est la faute de la Grèce...
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :