L'Union européenne et la Chine concluent un accord "de principe" sur les investissements

 |  | 328 mots
Lecture 2 min.
Cet accord vise à protéger les investissements de l'Union européenne et de la Chine
Cet accord vise à protéger les investissements de l'Union européenne et de la Chine (Crédits : Reuters)
L'Union européenne et la Chine ont "conclu en principe" un accord de "protection réciproque des investissements", ont annoncé sur Twitter la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et son homologue du Conseil Charles Michel après une visioconférence ce mercredi avec le président chinois Xi Jinping. Ce traité vise à garantir les conditions d'activité des entrepreneurs.

Les dirigeants de l'Union européenne viennent, ce mercredi 30 décembre, de conclure lors d'une visioconférence avec le président chinois Xi Jinping un accord de principe controversé entre Bruxelles et Pékin sur les investissements, dont la signature n'interviendra que dans plusieurs mois.

Cet "accord politique" sur les négociations, ouvrira la voie à "un rééquilibrage des opportunités commerciales et d'affaires", a assuré la cheffe de l'exécutif européen. L'agence étatique de presse Chine nouvelle a annoncé simultanément que les négociations pour cet accord avaient été "conclues comme prévu".

Lire aussi : Accord sur l'investissement: la Chine négociera "à son rythme" avec l'UE

Sept ans de discussion

Conclu après sept années de discussions entre l'UE et la Chine ce traité vise à garantir les conditions d'activité des entrepreneurs.

Il est censé garantir le respect de la propriété intellectuelle des entreprises européennes lorsqu'elles investissent en Chine, interdire les transferts de technologie forcés, et imposer la transparence sur les subventions aux entreprises publiques chinoises.

Les accusations de travail forcé à l'encontre du régime communiste ont toutefois compliqué les pourparlers dans la dernière ligne droite.

Des experts et ONG accusent Pékin d'avoir interné au Xinjiang (est de la Chine) au moins un million de membres de la minorité musulmane ouïghoure dans des "camps de rééducation", les soumettant au travail forcé. Selon une récente étude américaine, au moins 570.000 Ouïghours ont été enrôlés dans un programme coercitif de ramassage du coton.

La Commission européenne, chargée des négociations au nom des 27, a cependant assuré lundi que Pékin était prêt à donner des gages sur le sujet, ouvrant la voie à un feu vert des Etats membres de l'UE, selon deux sources diplomatiques.

La Chine s'engagera ainsi "à faire des efforts continus et soutenus vers la ratification des deux conventions de l'Organisation internationale du travail (OIT)" interdisant le travail forcé, selon des sources concordantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2021 à 10:38 :
La commission européenne sous l'influence de Mme Merkel , a envoyée un mauvais signal à la dictature chinoise qui en a profité pour arrêter les opposants de Hong Kong . On ne comprend plus la position allemande , qui doit être la seule nation au monde a croire dans les promesses chinoises . On doit demander la réciprocité totale dans les échanges , la chine doit être affaiblie par tous les moyens on ne peut pas engraisser le monstre qui projette de nous vassaliser , la droite allemande ne joue pas le jeu européen , elle joue un jeu dangereux
a écrit le 04/01/2021 à 13:08 :
A chaque fois que les occidentaux signent quelque chose avec la Chine, il faut exiger des avancés dans les droits de l'homme. Aujourd'hui et au vue des faiblesses de l'Europe notamment, la Chine profite pour faire ce qu'elle veut avec les droits de l'homme. La semaine de la signature de cet accord, une journaliste a été condamné à la prison ferme, car elle a dit la vérité sur Wuhan.
Un certain Jack Ma a aussi "disparu" depuis octobre 2020 car il a critiqué le gouvernement. Et il y en a beaucoup d'autres. Personne, sauf Trump a le courage de dire quelque chose.
a écrit le 03/01/2021 à 0:15 :
La Chine est en voie de dominer le monde. En devenant l'usine du monde elle a capté le savoir faire de l'occident et l'a appauvri par le chômage suivant la délocalisation de l'industrie. La phase suivante consiste à s'approprier tous les moyens de production en investissement massivement et à établir un contrôle social rigoureux. L'attaque virale terrifiante et la tele-surveillance des masses paraissent plus efficaces que la "révolution culturelle". Au fond, le petit livre rouge de Mao Tsé Tong est toujours d'actualité.
Réponse de le 03/01/2021 à 20:46 :
Les esprits sont déjà contaminés par la propagande en faveur du libéralisme. Les journalistes et les économistes liés au pouvoir y ont semé les graines de la compétition, de la lutte, du cynisme, du mépris à l'égard des faibles, de l'appropriation, de la cupidité, du darwinisme, du rejet du collectif, ,.de la liberté de faire du shopping, ...c'est trop tard. Il n'y a plus d'espoir. Le petit livre rouge finira dans le caniveau.
Réponse de le 03/01/2021 à 22:45 :
Ces changements de plateformes financiers en Asie sont à la distance et aux non maitrise des système par la majorité.
Voyez ça comme une délocalisation mondiale.
a écrit le 02/01/2021 à 21:19 :
Un accord, comme celui de Munich ?
Réponse de le 03/01/2021 à 22:41 :
Je reconnais votre plume matins calmes, ça doit le top de vivre en Asie en ce moment ?
a écrit le 02/01/2021 à 17:28 :
En étant un peu visionnaire :
La Chine va être en concurrence avec tous les pays du continent Asiatique .
Quels sont les termes exacts de cet accord ?
Le sentiment sur l’Europe est son ralentissement pour laisser émerger d’autres pays qui était en guerre civile dans les années 1980.
Le populisme est plutôt inquiétant en Europe, sachant que la Chine ne brille pas aussi sur ce sujet.
a écrit le 02/01/2021 à 9:57 :
L'exemple du traité chine pacifique exclu le social et l’environnemental de l'accord... en outre les représentants des pays de l'union ont ils lu ce traité ?
a écrit le 31/12/2020 à 19:34 :
Ça fait des années qu'on échange, commerce, contracte avec cette dictature et personne ne s'y oppose ! Le dumping social est devenue la priorité pour nos élites mondialistes.
a écrit le 31/12/2020 à 14:05 :
Je trouve incroyable que le président turc ne critique pas ce que fait la Chine vis à vis de sa minorité ouighours de descendance turque.
Il est vrai qu'il ne va pas chercher à mordre la main chinoise qui pourrait faire très mal au grand vizir turc...
a écrit le 31/12/2020 à 9:17 :
Que disent nos représentants, ont-ils été consultés sur ces divers accords y compris celui du Brexit. Lorsque j’aperçois entre deux articles que l'accord Asie/Pacifique récemment signé néglige les aspects du social et de l'environnemental pourtant centraux en 2020. Certes, avec la montagne de dettes la souveraineté européenne et singulièrement française reste au niveau du veux et de l'élément de langage en période électorale.
a écrit le 31/12/2020 à 8:43 :
Non l'UE ne négocie rien du tout, l'UE capitule ce qui génère des contrats par la suite.
a écrit le 31/12/2020 à 1:14 :
Certes , le plus important est l’affichage obligatoire des origines de tous les produits en vente en ligne ou dans le commerce sur les étiquettes avant une vente conclue.
En tant que consommateurs nous avons ke droit de choisir ce que nous achetons.
a écrit le 30/12/2020 à 17:01 :
La Chine donc, celle qui a déclenché la troisième guerre mondiale et mis la totalité de la planète à genoux ... Décidément, il arrange vraiment tout le monde, ce virus.
a écrit le 30/12/2020 à 15:45 :
J'aime le langage fleuri des traités. "Je m'engage à faire des efforts continus... " En clair, les multinationales européennes pourront délocaliser encore plus facilement, transférer nos technologies et nos savoir faire, et le Parti Communiste Chinois pourra continuer sa politique de répression envers ses opposants.
a écrit le 30/12/2020 à 15:42 :
"La Chine s'engagera ainsi à faire des efforts"
Quand, comment, combien ?
Tout ça parce que la Chine vient de signer le RECP en novembre :
10 ASEAN + 4 Asie + Chine – Inde = RCEP.
C'est l'Inde qui va apprécier !
C'est l'Allemagne qui pilote, pourtant elle nous avait affirmé cette année que son histoire d'amour avec la Chine était finie
J'avais cru entendre que viser l'Inde +l’ASEAN, pour équilibrer face à la Chine, était pertinent.
En septembre :
Quotidien Handelsblatt :
« Une trop grande dépendance économique met en danger la souveraineté politique. Ce constat est à l’origine de la nouvelle stratégie »
« Ce changement de cap est remarquable. Alors que les responsables politiques (allemands) étaient convaincus que le commerce entraînerait un changement social, Berlin s’éloigne désormais de ce credo - bien qu’aucune autre économie ne soit aussi étroitement liée à la Chine que celle de l’Allemagne »
Heiko Maas :
« L’Himalaya et le détroit de Malacca peuvent sembler lointains. Mais notre prospérité et notre influence géopolitique dans les décennies à venir seront également basées sur la manière dont nous travaillons avec les États de la région Indopacifique », a fait valoir Heiko Maas.
« En tant que nation commerçante, notre prospérité dépend directement de la liberté du commerce et des routes maritimes, qui dans une large mesure traversent l’Indopacifique »
« L’objectif principal est de travailler avec des partenaires démocratiques désireux de coopérer pour faire appliquer les règles internationales contre la ‘loi du plus fort »
blablabla.....
Réponse de le 01/01/2021 à 21:34 :
L' UE est allemande mon excellent ami et seulement d' intérêts allemands, vous feignez de le découvrir là, tout de suite, maintenant et vos déclarations enflammées pro UE accompagnant vos contradictions ne vous gênent pas aux entournures ..?
Réponse de le 02/01/2021 à 8:49 :
@Gédéon
Je ne suis pas votre ami, et c'est irrévocable !
Je constate juste que l'Allemagne (sous Trump), viens de nous faire un grand cinoche (il y a quelques mois).
Exactement le 02/09/20, pour la région Indopacifique, rapport "Leitlinien zum Indo-Pazifik" publié à la fin d'une tournée diplomatique chinoise plutôt houleuse au sein de l’UE.
L'Allemagne avouait qu’avoir tout miser sur la Chine était une erreur, mais elle lui reste pourtant entièrement dévouée, et s’enfonce dans l’erreur.
Le 1er septembre l'Allemagne, contrainte et forcée par la pression citoyenne, attaquait la Chine sur les droits de l'homme, et le jour suivant, Steinmeier cirait avec amour les pompes de Wang Yi (Affaires Étrangères).
Faites ce que je dis, mais surtout pas ce que je fais.
Évidement que l'Allemagne n'est pas la seule européenne à avoir le popotin entre 2 chaises, mais dans ce cas là mieux vaudrait éviter ce fourbe grand cinoche.
---
Et non, y'a pas de contradictions, mon constat est assez souvent sévère sur l'UE, et certain de mes commentaires le démontrent.
Mais l’UE a aussi permise de grandes avancées économiques e sociales et une paix durable.
Donc, comme a mon avis y'a pas de plan B, face à la Chine, aux États-Unis et à la Russie, le Royaume-Uni étant en train d'en faire la démonstration, et l'affaire Brexit est loin d'être terminée.
Comme beaucoup, je souhaite une Europe meilleure, plus efficace, plus proactive, plus souveraine, etc.
Inutile de ressasser sur les erreurs passées, notamment sur l'intégration trop rapide des nations qui avaient un trop grand différentiel avec le noyau des riches. Le fait que les nations se sont faites une concurrence économique acharnée à l’extérieur de l’UE, investissements et délocalisations hors UE, plutôt que de consolider avant tout l’UE, ce qui a profité à la Chine et aux États-Unis, au détriment de l’UE. Sur ce point l’Allemagne a une grande responsabilité sur les biens, et le Royaume-Uni sur la thatchérisation de la finance, et la France d’avoir laisser faire.
Il faut arrêter de tout mettre sur le dos de l’UE, alors que certains responsables européens, n’ont rien fait avec les outils dont ils disposaient au niveau national pour booster leurs économies, tout comme pour mettre la pression sur les choix de l’UE.
La lutte tardive contre les paradis fiscaux, notamment européens, les GAFA et Cie, et contre les blanchiments qui y sont liés, est relativement récente, et a mis du temps à monter en puissance, et on est encore loin du compte.
Etc.
Contrairement à vous, j’ai mes propres opinions, je ne roule pour personne, et je ne pratique pas les fake news, sauf exceptionnellement.
Dommage que je n’ai pas le temps (ni l’envie), d’aller chercher dans vos anciens commentaires d’avant Brexit, quelques contre-vérités grossières.
Vous très aigri par le deal R-U_EU qui vient d’être passé, c’est normal !
Une signature qui plante d’un coup tous vos commentaires agressifs et anti-européens.
Enfin maintenant de le Royaume-Uni a rompu le cordon ombilical, mais sera toujours biberonné par l’UE-27, faut passer autre chose !
Réponse de le 02/01/2021 à 13:28 :
@Alain d 8.49 C 'est bien ce que je pensais, vous êtes d' une exécrable humeur car tout empêtré dans vos contradictions. Psitt, pourquoi faire compliqué, produire des ..stères quand on peut faire simple cad se contenter d ' observer des faits plutôt que produire des spéculations à venir foireuses qui ont, par le passé, toutes avorté en particulier sur le Brexit ? Tant aujourd 'hui le monde politique et éco se résume a, a t-on le pouvoir ou pas et alors que la liberté de faire, d' influencer son destin demeure le seul arbitre de sa capacité à faire, ou pas, or l' UE est en nain politique sous tutelle us et nos politiques sous tutelle d' une impuissance "unionesque". Aujourd' hui donc les Brits ont retrouvé à travers la sortie, la souveraineté et l' indépendance soit LA capacité à faire, point. Excellente journée et ..bonne année quand même ..!
a écrit le 30/12/2020 à 15:21 :
Pourquoi un haut fonctionnaire n est pas un bon politicien ,,peu être par intérêt personnel au détriment du sens commun

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :