La Chine appelle les grandes puissances à « empêcher une nouvelle Guerre froide »

Le Premier ministre chinois, Li Qiang, a déclaré ce mercredi que les grandes puissances devaient s'opposer à la confrontation et « empêcher une nouvelle Guerre froide ». Un appel à l'apaisement alors que le pays n'est pas étranger à l'origine des tensions, sur des sujets comme Taïwan, la mer de Chine méridionale ou encore l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Le pays participe actuellement au sommet des pays de l'Asie du Sud-Est (Asean) avant celui du G20 ce week-end.
Le Premier ministre chinois Li Qiang participe au sommet de l'Asean à la place du président chinois Xi Jinping. Il en sera de même ce week-end lors du sommet du G20.
Le Premier ministre chinois Li Qiang participe au sommet de l'Asean à la place du président chinois Xi Jinping. Il en sera de même ce week-end lors du sommet du G20. (Crédits : POOL)

Jusqu'à jeudi se tient à Jakarta (Indonésie) le sommet de l'Asean, l'association des nations de l'Asie du Sud-est. Après s'être réunis ce mardi, les dirigeants de ces 10 pays rencontrent ce mercredi leurs homologues américains, chinois, sud-coréens et japonais au cours d'une série de réunions de haut niveau. Avec, en toile de fond, les rivalités entre ces grandes puissances sur les questions de Taïwan, de la mer de Chine méridionale et de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Lire aussiLes Etats-Unis défient la Chine en approuvant une livraison d'armes à Taïwan

Comme l'a indiqué l'Indonésie, les pays de l'Asean ne doivent pas servir d'intermédiaire aux grandes puissances lors de ce rendez-vous. Un appel de non-récupération partagé par la Chine. « Nous cherchons les terrains d'entente tout en laissant de côté les divergences. Nous avons en commun le but de rechercher sans relâche la paix », a déclaré le Premier ministre chinois Li Qiang en ouverture du sommet, se félicitant de la solidité des liens économiques.

« Des désaccords et des disputes peuvent surgir entre les pays à cause de malentendus, d'intérêts divergents ou d'interférences externes. Pour maintenir ces différends sous contrôle, ce qui est essentiel à présent est de ne pas choisir un camp, de s'opposer à la confrontation entre blocs, et d'empêcher une nouvelle Guerre froide », a ajouté le dirigeant chinois.

La Chine n'est toutefois pas étrangère à ce climat de tension. Elle a récemment publié une nouvelle carte « standard » sur laquelle les zones maritimes qu'elle revendique en mer de Chine chevauchent celles de plusieurs pays de l'Asean. Ce qui a déclenché une vague de réactions en Asie-Pacifique, de l'Inde, à la Malaisie, en passant par le Vietnam et les Philippines. Un sujet de confrontation que ces pays ne devraient toutefois pas aborder. « Ils ne vont pas menacer leurs relations avec les grandes puissances », estime Aleksius Jemadu, un expert des Affaires internationales à l'Université Pelita Harapan de Jakarta.

Les réunions de ce mercredi devraient s'achever par une série de déclarations communes sur une collaboration dans les domaines diplomatique, économique et alimentaire plus étroite entre les grandes puissances et l'Asean, a indiqué à l'AFP un diplomate présent.

18 pays réunis ce jeudi avant un sommet du G20

Les réunions prévues ensuite jeudi devraient couvrir des enjeux géopolitiques majeurs avec 18 pays présents, dont les États-Unis, la Chine, le Japon, l'Inde et la Russie. Le Premier ministre chinois y participera, tout comme le Premier ministre japonais Fumio Kishida et le président sud-coréen Yoon Suk Yeol. En revanche, le président chinois Xi Jinping sera absent, ainsi que ses homologues américain et russe. Ils seront respectivement remplacés par la vice-présidente-américaine, Kamala Harris, et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Cette table-ronde devrait être la première rencontre de haut niveau entre les États-Unis et la Russie depuis la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Asean à Jakarta en juillet, au cours de laquelle des responsables américains et européens ont condamné à nouveau l'invasion de l'Ukraine.

De nombreux dirigeants se retrouveront ensuite samedi et dimanche, cette fois à New Delhi pour un sommet du G20. Si Joe Biden fera là partie des présents, Vladimir Poutine et Xi Jinping brilleront de nouveau par leur absence, compliquant toute chance d'accord sur les problèmes mondiaux cruciaux tels que l'énergie et le climat.

Lire aussiG20 : l'absence de Vladimir Poutine et Xi Jinping compromet toute chance d'accord

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 06/09/2023 à 14:20
Signaler
"La Chine appelle les Grandes puissances" ....la Chine ne serait donc pas une grande puissance!🥴 En même temps: On s'en doutait, la Chine n'est qu'une puissance de seconde zone comme ne peut l'être qu'un pays Stalino communiste voué à l'effondrement.

à écrit le 06/09/2023 à 12:37
Signaler
Ou je me trompe, mais on est en pleine guerre chaude; mais je ne comprends pas le Mandarin.

à écrit le 06/09/2023 à 12:23
Signaler
La Chine n'est pas en grande forme. Elle ne peut pas être dans le Monde, en profiter et jouer contre. Face à une dictature Stalino communiste, le rideau de fer descend un peu plus tous les jours. Les nouvelles routes de la soie sont des cul de sac e...

à écrit le 06/09/2023 à 12:13
Signaler
C'est très maladroit exposant qu'ils sont dos au mur.

le 06/09/2023 à 16:41
Signaler
Ils ne pourront effectivement pas échapper à l'affrontement. L'occident est déjà responsable de deux guerres mondiales, sans aucun changement de politique offensive pour autant. La troisième est inévitable.

le 07/09/2023 à 8:27
Signaler
Je n'y crois pas mais depuis l'invasion russe je n'en suis pas sûr non plus. Nos oligarchies ne savent plus trop quoi faire en ce moment, enfin ça fait belle lurette qu'à part encaisser le fric elles ne savent plus quoi faire.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.