La distorsion de concurrence du plan Biden pour le climat peut « fragmenter l'Occident », prévient Emmanuel Macron

Le président français Emmanuel Macron, en visite d'Etat à Washington, a prévenu mercredi les Etats-Unis que leur programme d'investissements et de subventions de 430 milliards de dollars pour aider leurs entreprises et lutter contre l'inflation risquait de « fragmenter l'Occident ».
Emmanuel Macron a fustigé l'Inflation Reduction Act
Emmanuel Macron a fustigé l'Inflation Reduction Act (Crédits : POOL)

En visite d'Etat aux Etats-Unis, Emmanuel Macron s'est voulu « direct » et a tapé fort sur les subventions prévues dans le grand plan climat de Joe Biden, qui favorisent les produits « made in USA ». Après les avoir qualifiées, de « super agressives » sur le plan commercial (même s'il « partage les objectifs »), le président français a indiqué que l'Inflation réduction Act (IRA), ce programme américain d'investissements et de subventions de 430 milliards de dollars pour aider leurs entreprises et lutter contre l'inflation (dont 370 milliards pour réduire les émissions de CO2 de 40% d'ici à 2030), risquait de « fragmenter l'Occident ».

Lire aussiLa mondialisation fragmentée : ce scénario qui pourrait bouleverser le monde

 Il y a un « risque » que « l'Europe et la France deviennent une sorte de variable d'ajustement » de la rivalité entre les Etats-Unis et la Chine, les deux premières puissances mondiales, a-t-il prévenu devant la communauté française à l'ambassade de France à Washington. Selon lui, l'IRA « crée de telles différences entre les Etats-Unis d'Amérique et l'Europe que ceux qui travaillent dans nombre d'entreprises vont juste se dire "on ne fait plus d'investissements de l'autre côté de l'océan" » Atlantique. S'il ne « croit pas une seconde » à une volte-face américaine, le chef de l'Etat français plaide en revanche pour une meilleure synchronisation entre les Etats-Unis et l'Europe.

Lire aussi« Buy European » : l'impossible réponse européenne face au protectionnisme américain

Renforcer la coordination

Lors d'une conférence de presse quelques heures plus tôt, il avait déclaré :

« Je ne veux pas devenir un marché pour les produits américains parce que j'ai exactement les mêmes produits que vous. J'ai une classe moyenne (qui doit) travailler et des gens qui doivent trouver du boulot. Et la conséquence de l'IRA est que vous allez peut-être régler votre problème mais vous allez aggraver le mien. Je suis navré d'être aussi direct », a déclaré Emmanuel Macron.

Un avis que ne partage pas la Maison Blanche pour qui cet « Inflation Reduction Act » crée "des opportunités significatives pour les entreprises européennes et pour la sécurité énergétique européenne. « Ce n'est pas un jeu à somme nulle », a déclaré la porte-parole de Joe Biden, Karine Jean-Pierre.

Le risque est colossal pour la France

« Compte tenu de la nature des soutiens et de leur caractère très massif, ce plan ne respecte pas les règles de l'OMC », indiquait récemment Elisabeth Borne aux Echos. Il pourrait « faire perdre (à la France) 10 milliards d'euros d'investissements en France et 10.000 créations potentielles d'emplois ». L'Europe ne peut pas être le seul endroit où il n'y a pas de « Buy European Act » (visant à confier des marchés à des entreprises européennes, NDLR).

Le risque des délocalisations énergétiques

Le risque de distorsion de concurrence provoqué par l'IRA s'ajoute à la différence du coût de l'énergie entre les Etats-Unis et l'Europe qui accentue le risque de délocalisations.

En Allemagne, le chimiste BASF n'exclut pas en effet de transférer hors d'Europe ses productions les plus « gourmandes en énergie ». En France, le verrier Duralex a reçu lundi un prêt d'urgence de l'Etat pour passer l'hiver : partout en Europe, l'industrie craint les délocalisations d'usines vers des pays où l'énergie coûte moins cher.

« Le risque de délocalisation énergétique, ou plutôt de "grand déplacement industriel" au profit de zones attractives comme les Etats-Unis ou l'Asie, est actuellement le gros risque structurel » qui pèse sur l'Europe, résumait récemment pour l'AFP Nicolas de Warren, président de l'Uniden qui représente 36 industriels pesant plus de 70% de l'énergie industrielle consommée en France, dans l'agroalimentaire, l'automobile, la chimie, le ciment, l'électronique, les métaux, le papier, le transport ou le verre.

Lire aussiRéindustrialisation : l'énergie dissuasive

Ces délocalisations énergétiques ne prendraient pas la forme de rachats d'entreprises comme dans les années 90, mais de transfert de charge de travail « site par site », dit-il.

C'est déjà le cas dans les engrais et l'ammoniac, qui dépendent à plus de 80% du prix du gaz. Bon nombre d'entreprises ont mis leurs usines sous cocon pour aller produire dans des zones du monde où le gaz est moins cher. En Normandie (nord-ouest de la France), Fabrice Tourres, le président d'Univerre, un fabricant de bouteilles en verre, voit lui « arriver les premières livraisons venant d'Asie », selon le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux. Jusqu'ici le verre, dont l'énergie représente 30% du coût de revient, était produit localement parce que lourd et donc cher à transporter.

Le sidérurgiste ArcelorMittal a pour sa part déjà fermé temporairement plusieurs haut fourneaux cet automne, en Espagne, en Allemagne et en France, sous la pression de la baisse de la demande d'acier sur le vieux continent et de l'énergie.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 11/12/2022 à 19:18
Signaler
Pour mieux connaître la Chine, lisez les trois récits de Jean Tuan : "Un siècle chinois" (chez CLC Éditions) évoque le parcours de son père chinois arrivé en France en 1929, leur voyage en Chine en 1967 lors de la Révolution culturelle et les incroya...

à écrit le 01/12/2022 à 20:32
Signaler
Le petit frenchy piétine la diplomatie européenne puis dénonce la fragmentation de l'occident... pathétique!

à écrit le 01/12/2022 à 18:49
Signaler
Quand le maître dira à son chien "au pied", le chien obéira, et cela sans même gagner un bout de viande.

à écrit le 01/12/2022 à 16:46
Signaler
l'UE n'est pas une Nation mais un simple champs de bataille commerciale avec des règles naïves. La guerre en Ukraine a joué un rôle de révélateur de cette usine à gaz sans avenir. C'est le début de la fin pour l'UE, les français vont beaucoup s'appa...

à écrit le 01/12/2022 à 12:59
Signaler
Une fois la boulette faite, on prend conscience des conséquences énormes sur nos économies. Pour les beaux yeux de Zelensky, fort sympathique certainement, nous avons accepté un hiver énergétique de dix ans! Une folie! PS. je ne suis pas fan de M.Pou...

le 01/12/2022 à 14:23
Signaler
il faut dénoncer ceux qui ont failli pas de juger mais pour responsabilise ceux qui dirige ou dirigerons le pays ont ne peut pas impunément continuer a diriger une nation sans etre responsable des consequences futur l"ecologie a detruits bien plus...

à écrit le 01/12/2022 à 12:03
Signaler
Un protectionnisme economique pour un pays qui ne produit plus rien ou presque ! Votre poudre a vendu le pays depuis longtemps avec votre assentiment. Too late, vous etes morts.

à écrit le 01/12/2022 à 8:45
Signaler
"Fragmenter l'Occident" !! A n'en pas douter, certain vivent encore chez les "bisounours" ! Pas étonnant que le numérique les fassent rêver ! ;-)

le 01/12/2022 à 14:28
Signaler
les usa n'ont jamais destabilise un pays a vous lire meme en europe c'est leur quotidien Seulement eux quand il triche il ne sont jamais exclu ni sanctionne que ce soit pour les affaires ou le sport en tand que nation

à écrit le 01/12/2022 à 8:37
Signaler
Quand Macron va-t-il comprendre que les USA jouent leur jeu et ne se préoccupent ni de la France, ni de l'Europe ? Le monde n'est pas une grande cour de récréation de bisounours et même s'il faut rechercher des coopérations, chaque pays s'occupe (ou ...

à écrit le 01/12/2022 à 8:14
Signaler
Faut arrêter d'écouter les allemands chouiner, pourquoi écoute t'on autant les allemands d'ailleurs !? et il faut imposer un protectionisme économique dont les américains ne se cachent plus pendant que nous on ne fait que réagir et s'agiter pour rie...

le 01/12/2022 à 15:29
Signaler
Quelle lucidité que la vôtre ! La solution, comme vous le laisser entendre, serait une guerre préventive contre l'Allemagne. Elle ne possède pas l'arme atomique. Aussi une salve de missiles depuis nos sous-marins devrait permettre de détruire ses pri...

le 11/12/2022 à 19:20
Signaler
Je suis aussi ultra-riche. Si vous l'étiez vous partageriez nos soucis et comprendriez que nous n'ayons pas envie de sourire...

le 11/12/2022 à 19:20
Signaler
Quelle lucidité que la vôtre ! La solution, comme vous le laisser entendre, serait une guerre préventive contre l'Allemagne. Elle ne possède pas l'arme atomique. Aussi une salve de missiles depuis nos sous-marins devrait permettre de détruire ses pri...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.