La lettre de la Silicon Valley contre Donald Trump

 |   |  232  mots
(Crédits : © Lucas Jackson / Reuters)
Plusieurs grands noms du secteur technologique ont estimé jeudi dans une lettre ouverte que l'entrée du candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump serait "un désastre pour l'innovation".

 "Nous avons écouté Donald Trump sur l'année écoulée et nous avons conclu : Trump serait un désastre pour l'innovation"... Selon une lettre publiée jeudi sur le site internet du Huffington Post et comptant près de 150 signataires, tout le secteur technologique américain et toute la Silicon Valley se ligue contre le candidat républicain à la Maison Blanche, pesant de tout son poids en faveur d'Hillary Clinton.

Figurent notamment parmi les signataires Steve Wozniak, co-fondateur d'Apple, Ev Williams, co-fondateur de Twitter, Dustin Moskovitz, co-fondateur de Facebook, Pierre Omidyar, fondateur d'eBay, Alexis Ohanian, co-fondateur de Reddit, Jimmy Wales, fondateur de Wikipedia, Vinton Cerf, considéré comme l'un des pères fondateurs d'internet, ou encore le milliardaire Barry Diller, président des conseils de surveillance d'Expedia et de IAC.

Les signataires de la lettre se décrivent comme des inventeurs, des entrepreneurs, des ingénieurs, des investisseurs, des chercheurs et des dirigeants travaillant dans le secteur technologique. Ils disent toutefois exprimer des opinions personnelles et ne pas parler au nom de leurs entreprises ou institutions.

Plutôt que la candidature "créant des divisions" de Donald Trump, ils disent vouloir "un candidat qui embrasse les idéaux ayant construit le secteur technologique américain: la liberté d'expression, l'ouverture aux nouveaux venus, l'égalité des chances, les investissements publics dans la recherche et les infrastructures, et le respect du droit".

Avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2016 à 12:19 :
Il y a des jours où, (même si je ne suis pas dupe...) une certaine Amérique me plaît...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :