La pollution à l'origine d'un décès sur six en 2015

 |   |  454  mots
L'eau polluée (comme ici en Inde) serait liée à 1,8 million de morts, via par exemple un mauvais assainissement ou la contamination des sources, causes de maladies gastro-intestinales et d'infections parasitaires.
L'eau polluée (comme ici en Inde) serait liée à 1,8 million de morts, via par exemple un mauvais assainissement ou la contamination des sources, causes de maladies gastro-intestinales et d'infections parasitaires. (Crédits : REUTERS/Rupak De Chowdhuri)
La contamination de l'air, mais aussi de l'eau et des lieux de travail sont principalement mises en cause. Ce bilan représente "trois fois plus de morts que le Sida, la tuberculose et le paludisme réunis, et 15 fois plus que ceux causés par les guerres et toutes les autres formes de violence", affirme la revue britannique The Lancet.

Le a statistique est alarmante. Un décès sur six survenu en 2015 dans le monde était lié à la pollution, estime un rapport publié vendredi dans la revue The Lancet. "On estime que les maladies causées par la pollution ont été responsables de 9 millions de morts prématurées en 2015 - soit 16% de l'ensemble des décès dans le monde", évalue ce rapport, issu de deux ans de travail d'une commission associant la revue médicale britannique, plusieurs organismes internationaux, des ONG et une quarantaine de chercheurs spécialisés dans les questions de santé et d'environnement.

Ce bilan représente "trois fois plus de morts que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis, et 15 fois plus que ceux causés par les guerres et toutes les autres formes de violence", soulignent ses auteurs. La pollution de l'air (extérieur et intérieur) est responsable à elle seule de 6,5 millions de décès chaque année, principalement à travers des maladies non transmissibles comme les maladies cardiaques, les AVC, le cancer du poumon et la broncho-pneumopathie chronique obstructive.

Graphique pollution

Un graphique de notre partenaire Statista

Les populations pauvres principales victimes

L'eau polluée serait liée à 1,8 million de morts, via par exemple un mauvais assainissement ou la contamination des sources, causes de maladies gastro-intestinales et d'infections parasitaires. La pollution sur le lieu de travail en causerait environ 800.000, via l'exposition à des substances toxiques ou cancérigènes. Et cette évaluation est "probablement sous-estimée", ajoute The Lancet, compte tenu "des nombreux polluants chimiques émergents qui restent encore à identifier".

| Lire aussi : Décès liés à la pollution : l'Inde s'apprête à dépasser la Chine

Le phénomène touche en premier lieu "les populations pauvres et vulnérables", note le rapport. Quelque 92% de ces décès surviennent en effet dans des pays à revenu faible ou moyen et, dans chaque pays, ils concernent davantage les minorités et les populations marginalisées. Dans les pays en voie d'industrialisation rapide comme l'Inde, le Pakistan, la Chine, Madagascar ou le Kenya, jusqu'à un décès sur quatre pourrait être lié à la pollution.

Un coût de 4.600 milliards de dollars

Le rapport insiste aussi sur le poids économique de ces vies écourtées pour les pays concernés : plus de 4.600 milliards de dollars chaque année, soit l'équivalent de 6,2% de la richesse économique mondiale.

Or ce fardeau reste "négligé tant par les gouvernements que par les organisations pour le développement", déplore The Lancet dans un éditorial accompagnant le rapport. La revue médicale appelle à "s'attaquer d'urgence à la situation" et à battre en brèche "le mythe selon lequel la pollution serait une conséquence inévitable du développement économique".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2017 à 17:48 :
donc de nouveaux impots verts vont pleuvoir en france..... dans les annees 80 il pleuvait des pluies acides, maintenant il pleut des normes et des impots pour resoudre les problemes qui vont se passer a l'autre bout de la planete
a écrit le 20/10/2017 à 12:53 :
Curieux, on ne parle pas de la pollution du tabac et du sucre dans l’alimentation qui devraient pourtant être au top des priorités de ceux qui veulent lutter contre les morts prématurées....
Réponse de le 21/10/2017 à 12:37 :
+++++
Sucre
En effet, lisez aussi le dossier consacré au sucre dans Le Point de cette semaine et le développement sans précédent du diabète, de l'obésité, des maladies cardio -vasculaire.
Lisez aussi ce dossier en ligne de Sciences & Avenir de janvier 2016 selon lequel les travaux d’une équipe de chercheurs américains confirment que plus une alimentation est riche en sucre, plus les risques de cancers et de métastases sont élevés.

Le bon sucre se trouve dans les fruits , de préférence bio.

Soda, tabac = mort
a écrit le 20/10/2017 à 9:45 :
Merci beaucoup, on aimerait vraiment que nos médias de masse s'emparent un peu des vrais problèmes plutôt que de faire sans arrêt de la publicité pour les destructeurs de la planète et de l'humanité.

"Le rapport insiste aussi sur le poids économique de ces vies écourtées"

Comme nos possédants n'ont absolument rien à faire des vies humaines on leur parle dans leur langue mais hélas tant que ceux ci gagneront 20% par an sur la destruction de notre planète ils investiront comme on le voit sur la destruction de la planète.

Nos politiciens n'étant plus que des serviteurs serviles sont incapables de ne pas suivre les riches dans leur voie nihiliste.

Au secours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :