Pollution : la situation en Île-de-France reste "problématique"

 |   |  340  mots
1,4 million de Francilien a été exposé en 2016 à des niveaux de dioxyde d'azote ne respectant pas la réglementation, regrette  l'organisme de suivi de la qualité de l'air.
1,4 million de Francilien a été exposé en 2016 à des niveaux de dioxyde d'azote ne respectant pas la réglementation, regrette l'organisme de suivi de la qualité de l'air. (Crédits : © Anindito Mukherjee / Reuters)
Malgré une légère baisse, en 2016 les niveaux de pollution chronique ont souvent dépassé les valeurs limites, regrette Airparif.

En Île-de France on respire un peu mieux. En 2016, les "niveaux de pollution chronique" ont légèrement baissé en région parisienne, conclut Airparif dans son bilan de l'année écoulée, publié jeudi 29 juin. Le renouvellement du parc automobile et les restrictions de circulation ont notamment permis une réduction du dioxyde d'azote (NO2) et des particules (PM10, poussières inférieures à 10 microns), observe l'organisme de suivi de la qualité de l'air.

Il n'empêche que ces polluants continuent de produire "des dépassements importants des valeurs limites", ce qui fait que la situation reste "problématique", regrette Airparif.

Un parisien sur deux exposé

Ainsi, en 2016, le nombre de Franciliens exposés, à l'année, à des niveaux de dioxyde d'azote ne respectant pas la réglementation, a été de 1,4 million : très légèrement inférieur à celui de 2015, de 1,5 million. Un Parisien sur deux a été concerné.

L'ozone (O3),  produit par la réaction de polluants en période de chaleur, a même plus souvent dépassé la norme qu'en 2015, particulièrement en zones périurbaines et rurales, malgré un été 2016 sans phénomène de canicule. Les particules fines (PM2,5), et le benzène dépassent aussi toujours l'objectif de qualité.

> Lire : Pollution : cinq millions de véhicules équipés de vignettes

 Crit'Air bientôt en vigueur

La mairie de Paris a engagé une lutte contre la pollution. Depuis juillet 2016, Paris est interdit en semaine aux véhicules immatriculés avant 1997, qui représentent 2% du parc automobile. A partir de samedi 1er juillet, l'interdiction de rouler dans la capitale en semaine, entre 8h et 20h, concernera tous les véhicules munis de vignettes Crit'Air 5 (incluant les voitures diesel immatriculée avant 2001), en plus des véhicules non classés: 3% du parc roulant. Airparif attend de cette mesure une baisse des émissions d'oxydes d'azote de 15%, de PM10 de -8% et de PM2,5 de -11%. Anne Hidalgo a aussi récemment fermé au trafic les voies sur berge.

> Lire : Voies sur berges : la guerre des chiffres

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2017 à 12:53 :
que nos dirigeants politique assume leur responsabilite
a vouloir tout centraliser a paris
meme apres saturation ils invente le grand paris
de reims au havre de Beauvais a orleans
tout ceci pour ne pas donner
au region une plus grande autonomie
et surtout pour eviter d'evoquer l'etat federale
a écrit le 29/06/2017 à 18:13 :
Continuez donc à prendre votre Suv vertueux ! Vous attendez quoi? Qu ils soit trop tard?
Perso, je prends le vélo/train tous les jours, donc je pollue pas!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :