La possible levée des brevets des vaccins anti-Covid fait reculer les cours des laboratoires en Bourse

Les annonces des Etats-Unis, de l’Union européenne, puis de la Russie, se montrant favorables à la levée des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins contre le Covid-19 ont fait dévisser les cours de BioNTech, Novavax et de Moderna. Les investisseurs craignent un manque à gagner important.

5 mn

Les Etats-Unis ont annoncé le 5 mai qu'ils étaient favorables à la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid.
Les Etats-Unis ont annoncé le 5 mai qu'ils étaient favorables à la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid. (Crédits : LT)

Au lendemain de l'annonce par Washington d'une levée temporaire des brevets sur les vaccins anti-Covid, Emmanuel Macron comme Vladimir Poutine se sont montrés favorables à cette proposition. L'Union européenne s'est, elle, dite « prête à discuter » du sujet et le projet s'invitera au sommet des 27 à Porto ce vendredi.

De quoi secouer les laboratoires - principaux détenteurs de ces brevets - qui craignent d'être privés d'une partie de leur revenus, même si la question d'une compensation est posée. Cette annonce a effectivement fait dévisser la majorité des prix des actions des laboratoires présents dans la course anti-Covid. Tous côtés au Nasdaq, l'action de l'Allemand BioNtech perdait 3,45% dans la journée du 5 mai (terminant à 170,77 dollars l'unité), l'américain Novavax perdait quant à lui près de 5% tandis que l'action Moderna terminait la journée du 5 mai à 162,84 dollars contre 173,59 la veille, selon Boursorama.

Seuls Pfizer et AstraZeneca restaient, pour l'instant, inébranlables face à cette proposition. Le PDG de Pfizer a indiqué à l'AFP qu'il n'était "pas du tout" en faveur de la levée des brevets.

Made with Flourish

Lire aussi : Les Etats-Unis sont favorables à la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid

Une réponse face aux pénuries

Une ouverture du marché des vaccins qui intervient au moment où les pays pauvres manquent cruellement des précieuses doses, notamment en Inde, frappée par un record de 4.000 morts ces dernières 24 heures.

Cela porte le bilan total du pays, que les experts jugent largement sous-évalué, à plus de 230.000 morts et plus de 21 millions de cas. L'Inde recense actuellement plus de 380.000 cas par jour en moyenne (sur une moyenne de 7 jours mobiles), selon les données d'Our World in Data, contre moins de 20.000 il y a deux mois.

La levée temporaire des brevets sur les vaccins est notamment réclamée par l'Inde et l'Afrique du Sud pour pouvoir accélérer la production, mais certains pays y sont opposés.

« Il s'agit d'une crise sanitaire mondiale, et les circonstances extraordinaires de la pandémie du Covid-19 appellent à des mesures extraordinaires », a déclaré mercredi la représentante américaine au Commerce Katherine Tai. « L'administration (américaine) croit fermement aux protections de la propriété intellectuelle, mais pour mettre fin à cette pandémie, elle soutient la levée » des brevets sur les vaccins.

Le patron de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué sur Twitter une « décision historique ».

« L'UE est prête à discuter de toute proposition qui s'attaquerait à la crise de façon efficace et pragmatique » et « de la façon dont la proposition américaine peut permettre d'atteindre cet objectif », a réagi jeudi la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

Jusqu'à présent, l'UE ne se disait pas favorable, arguant que cette solution prendrait du temps, faute de moyens de production immédiatement mobilisables. Mais Bruxelles avait semblé récemment entrouvrir la porte.

L'opposition des laboratoires, le risque de la contrefaçon

Pour l'heure, les brevets sont détenus essentiellement par des laboratoires américains qui sont globalement opposés à leur levée car cela les priverait, selon eux, d'une manne financière pour des innovations coûteuses.

Sollicités par l'AFP, Johnson & Johnson, Pfizer et Moderna n'ont pas directement réagi à l'annonce américaine. Mais la Fédération internationale de l'industrie pharmaceutique (IFPMA) a jugé « décevante » cette annonce.

« Nous sommes totalement en phase avec l'objectif que les vaccins anti-Covid 19 soient rapidement et équitablement partagés dans le monde. Mais comme nous n'avons de cesse de le dire, une suspension est la réponse simple mais fausse à un problème complexe », a-t-elle expliqué.

Stephen Ubl, le président de la fédération américaine (PhRMA), a souligné que cette décision pourrait ainsi « affaiblir davantage les chaînes d'approvisionnement déjà tendues et favoriser la prolifération des vaccins contrefaits ». Selon lui, il faut plutôt s'attaquer au problème de la distribution et de la disponibilité « limitée » des matières premières.

Lire aussi : L'Inde approuve le vaccin russe Spoutnik V mais reste empêtrée dans un gigantesque retard de vaccination

Covax patine faute de financements

Exhortés par l'OMS à la solidarité, les ministres des Affaires étrangères du G7 (Etats-Unis, Japon, Canada, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie), réunis à Londres de lundi à mercredi pour leur première rencontre en personne en deux ans, ont notamment discuté des moyens d'augmenter leur assistance financière ou de partager leurs doses excédentaires pour aider les Etats démunis.

Car Covax, le système de partage avec les pays pauvres, qui se fournit principalement en sérums d'AstraZeneca, patine : il n'a livré que 49 millions de doses dans 121 pays et territoires, contre un objectif de deux milliards en 2021. Dans son communiqué final, le G7 a promis de soutenir financièrement Covax « pour permettre un déploiement rapide et équitable » des doses, sans cependant annoncer d'aide supplémentaire.

(Avec AFP)

5 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 07/05/2021 à 15:53
Signaler
Depuis le début de la crise sanitaire, les business autour des masques se multiplient, et les fraudes aussi. Un homme d'affaires français, recherché par la justice belge pour des soupçons de fraude sur un vaste contrat public d'achat de masques de pr...

à écrit le 07/05/2021 à 10:44
Signaler
Le PDG de Moderna Therapeutics fait son arrivée dans le classement Forbes. En détenant 8,7% du capital de la start-up de biotechnologies, il se hisse directement à la 23e place du Palmarès avec 4 milliards de dollars.

à écrit le 07/05/2021 à 8:47
Signaler
L'imposture du secteur pharmaceutique.

à écrit le 06/05/2021 à 21:34
Signaler
Les Etats pourraient aussi bien supprimer les taxes et impôts sur les vaccins, s'ils veulent dépenser "leur" argent plutôt que celui gagné par les autres. Parce qu'au rythme actuel de leur démagogie, ils vont aussi bientôt demander aux salariés des l...

à écrit le 06/05/2021 à 17:45
Signaler
"Les laboratoires chutent en Bourse" Ce qui confirme que depuis le départ ce n'est qu'une histoire de pognon ce virus ,rien d'autre.C'est surement pour cela qu'ils veulent l'entendre aux enfants maintenant ,une manne de plus.

à écrit le 06/05/2021 à 17:29
Signaler
Que les labos soient rémunérés confortablement est normal. Ce n'est pas pour autant qu'il faille "gaver" les actionnaires ad vitam aeteram. N'oublions pas non plus qu'une partie de la recherche fondamentale est faite dans le public et que les étudian...

à écrit le 06/05/2021 à 16:53
Signaler
Ils ont tué la valeur du travail , il faut le salaire de 3 mois d’un domaine professionnel d’un pays pour être propriétaire d’une maison au centre ville. Maintenant ils veulent tuer la propriété intellectuelle, pas normal du tout . Le big Ph...

à écrit le 06/05/2021 à 16:26
Signaler
Le Zimbabwe attend avec impatience la levée des brevets , ils vont produire des tonnes de vaccins à prix imbattable.

le 06/05/2021 à 16:58
Signaler
@lecteur, dans des labos non certifiés ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.