La reconstruction de l’Ukraine aura un coût astronomique : 750 milliards de dollars

Depuis ce lundi et pour deux jours, des représentants de l'Ukraine, dont le Premier ministre, des institutions internationales et du secteur privé sont réunis pour réfléchir ensemble à la reconstruction du pays en guerre avec la Russie depuis plus de quatre mois. Un projet qui pourrait prendre les traits d'un « plan Marshall » à l'image de celui déployé en 1948 par les Etats-Unis à destination d'une Europe détruite par la Seconde Guerre mondiale.
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est exprimé par visioconférence ce lundi lors de la conférence qui se tient actuellement à Lugano en Suisse au sujet de la reconstruction du pays.
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est exprimé par visioconférence ce lundi lors de la conférence qui se tient actuellement à Lugano en Suisse au sujet de la reconstruction du pays. (Crédits : Reuters)

Comment reconstruire l'Ukraine ? Vaste question à laquelle les participants réunis à la conférence, qui se tient depuis ce lundi à Lugano en Suisse pour deux jours, vont tenter de répondre. On y retrouve pour représenter l'Ukraine, son Premier ministre, Denys Chmygal, le président du parlement, Rouslan Stefantchouk, et une délégation forte d'une centaine de personnes. Le président, Volodymyr Zelensky est, lui, resté au pays. Il a pour autant marqué ce premier jour par ses propos. S'exprimant par visioconférence en ouverture de la conférence, il a déclaré que « la reconstruction de l'Ukraine est la tâche commune de tout le monde démocratique » et « la contribution la plus importante à la paix dans le monde ».

La « tâche est vraiment colossale » ne serait-ce que dans les territoires libérés, avait-il souligné, la veille, à propos de cette conférence qui réunit également le secteur privé ainsi que des institutions internationales dont celles de l'Union européenne avec la présence de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Le Premier ministre tchèque y assiste également, son pays venant de prendre la présidence tournante de l'UE, après la France ainsi que son homologue Mateusz Morawiecki, de Pologne, pays qui accueille de loin le plus de réfugiés ukrainiens.

Initialement, tous devaient échanger sur les réformes nécessaires en Ukraine notamment celles concernant la lutte contre la corruption endémique qu'elle connaît. Mais l'invasion russe le 24 février et ses conséquences dramatiques pour le pays se sont imposées comme thème principal et essentiel, bien que le sujet de la corruption soit susceptible d'être abordé au vu des sommes en jeu et des risques de détournements.

Une reconstruction à 750 milliards de dollars

Mais c'est bel et bien le processus de reconstruction qui sont désormais la priorité. Un objectif d'autant plus difficile que l'issue de la guerre qui secoue l'Ukraine est encore très incertaine malgré une aide militaire et financière conséquente des alliés et une avance russe bien moins rapide que prévu. Le coût de la reconstruction a d'ailleurs été estimée ce lundi à au moins 750 milliards de dollars par le Premier ministre ukrainien, s'interrogeant sur « qui doit payer » avant de répondre qu'une « source clé » de financement devrait être la saisie des avoirs de la Russie et des oligarques russes gelés dans le cadre des sanctions internationales contre Moscou. De son côté, la Kyiv School of Economics (KSE) avait estimé les dommages causés jusqu'à présent aux bâtiments et aux infrastructures à près de 104 milliards de dollars. En outre, l'économie du pays aurait déjà perdu 600 milliards de dollars d'après certaines estimations.

Très impliqué, le Royaume-Uni, qui est l'un des alliés les plus actifs de l'Ukraine, soutiendra notamment la reconstruction de la ville et de la région de Kiev, à la demande du président Zelensky, a indiqué le Foreign Office dimanche. Londres compte également travailler avec Kiev et ses alliés pour accueillir la conférence sur la relance de l'Ukraine en 2023 et établir un bureau dans la capitale du Royaume-Uni pour aider à coordonner ces efforts de reconstruction.

Lire aussi 13 mnLes inquiétantes leçons de la guerre d'Ukraine pour l'avenir de Taïwan

Vers un « plan Marshall » pour l'Ukraine

Mais c'est surtout la perspective d'un « plan Marshall » qui est au centre des discussions. Les participants doivent, en effet, dessiner l'ébauche d'un plan similaire au programme économique américain qui avait permis de relever l'Europe occidentale des ruines de la deuxième guerre mondiale, cette fois à destination de l'Ukraine. Dans cette optique, la Banque européenne d'investissement (BEI) doit d'ailleurs proposer la création d'un nouveau fonds pour l'Ukraine, qui pourrait atteindre 100 milliards d'euros, selon des sources au fait du plan.

L'expression « plan Marshall » a été employée à plusieurs reprises au sujet de l'Ukraine par le chancelier allemand Olaf Scholz ou encore le président du Conseil européen Charles Michel. Celui adopté aux Etats-Unis en avril 1948 et intitulé « programme de reconstruction européenne » (European Recovery Programm, ERP) offrait à tous les pays d'Europe, y compris l'URSS et les autres pays communistes, de bénéficier de l'assistance américaine à la reconstruction matérielle et au redressement financier pour une durée de quatre ans. Au total, ce sont pas moins de 13,35 milliards de dollars de l'époque (soit l'équivalent actuel d'environ 160 milliards de dollars) qui ont été injectés dans l'économie des pays aidés, à des conditions particulièrement avantageuses: 85% à titre gratuit et 15% en prêts à long terme.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 05/07/2022 à 22:19
Signaler
C'est donc en contant les milliards qui vont dans les poches des uns et des autres ?

à écrit le 05/07/2022 à 11:38
Signaler
Pourrait on objectivement évaluer le coût catastrophique pour la France de son appartenance à L'Europe ? Je me souviens qu'il n'y a pas si longtemps l'électricité française était la moins chère d'Europe grâce au nucléaire et la désormais elle est 2 f...

le 05/07/2022 à 16:43
Signaler
La désinstrualisation a commencé bien avant l'euro et avant l'euro il y avait le sme de giscard et la reconstruction de l'ukraine rapportera des milliards à des milliers d'entreprises du btp !!! y avez vous pensé ?

le 05/07/2022 à 21:41
Signaler
@ldx : même là encore au vu des résultats désastreux des 40 dernières années en France et en Europe il y a encore des personnes qui n'ont pas ouvert les yeux. La France va dès cette année passer un cap c'est à dire devenir débitrice nette (en mettant...

à écrit le 05/07/2022 à 9:11
Signaler
les oligarques ukrainiens derriere zelensky doivent baver en baver d'envie, c'est l'eldorado annoncé ! kolomoisky, l'oligarque le plus puissant et parrain de zelensky doit etre au nirvana !

à écrit le 05/07/2022 à 9:11
Signaler
les oligarques ukrainiens derriere zelensky doivent baver en baver d'envie, c'est l'eldorado annoncé ! kolomoisky, l'oligarque le plus puissant et parrain de zelensky doit etre au nirvana !

le 05/07/2022 à 20:26
Signaler
Et sinon, il fait beau à Moscou ?

le 05/07/2022 à 20:26
Signaler
Et sinon, il fait beau à Moscou ?

à écrit le 05/07/2022 à 8:26
Signaler
Faire pousser des arbres coûte il si cher?

à écrit le 05/07/2022 à 2:17
Signaler
Amusant, vous semblez avoir un lien particulier avec le pétrole russe, il faudra exposer vos idées aux indiens et aux chinois

à écrit le 04/07/2022 à 22:57
Signaler
La guerre n'est pas encore terminé, je me demande ce qu'ils veulent reconstruire, le Dombass et Mariopol et l'armée ukrainienne?

à écrit le 04/07/2022 à 20:53
Signaler
Une seule solution pour le financer : taxer le pétrole russe de 10% pendant 50 ans. Pas question que les Européens financent avec le sourire !

à écrit le 04/07/2022 à 20:46
Signaler
Bonjour, Avant toute chose, nous n'en sommes pas là .... Avant de reconstruire, ils vas falloir voir le coups humaines de cette triste histoire....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.