La Suisse recherche activement quatre suspects "liés au terrorisme"

 |   |  471  mots
Le siège de l'Onu, à Genève, où devait se tenir vendredi une réunion sur la Syrie, en état d'alerte maximale jeudi.
Le siège de l'Onu, à Genève, où devait se tenir vendredi une réunion sur la Syrie, en état d'alerte maximale jeudi. (Crédits : Pierre Albouy/Reuters)
Genève a relevé son niveau de vigilance jeudi, alors que la police est à la recherche de suspects "liés au terrorisme". Une réunion sur la Syrie doit avoir lieu vendredi au siège de l'ONU. Aucun lien n'a été établi avec les attentats de Paris.

"Une menace précise" en lien avec la mouvance djihadiste a poussé Genève à relever son niveau d'alerte, jeudi 10 décembre. La police de la ville suisse a annoncé rechercher activement plusieurs suspects signalés mercredi par les services de renseignements de la confédération dans le cadre des investigations menées après les attentats du 13 novembre à Paris.

"Nous sommes passés d'une menace floue à une menace précise", a déclaré à la radio suisse Emmanuelle Lo Verso, chargée de la communication du département de la sécurité (DPS) à Genève.

Pas de liens directs établis avec les attentats de Paris

Les suspects sont "possiblement liés au terrorisme" mais la police fédérale a dit ne disposer d'aucune information les reliant directement aux attentats du 13 novembre en France.

Le département de la sécurité genevois avait dans un premier temps indiqué dans un communiqué que les suspects étaient recherchés "dans le cadre des investigations menées suite aux attentats de Paris". Une formulation "maladroite", a commenté la police fédérale à Berne, la capitale suisse, précisant avoir seulement averti la police genevoise d'un possible "lien avec le terrorisme".

Quatre suspects

Un garde des Nations unies a par ailleurs indiqué à Reuters que les suspects étaient au nombre de quatre. Un autre garde a dit que le siège de l'Onu dans la ville, (où devait se tenir vendredi une réunion sur la Syrie), était en état d'alerte maximale. Des gardes de sécurité armés de fusils automatiques se sont postés aux accès pour voitures, mesure très inhabituelle.

Le quotidien helvète La Tribune de Genève a diffusé sur Twitter la photo floutée des quatre suspects:

"Les autorités genevoises ont reçu (mercredi) après-midi de la part de la Confédération le signalement d'individus suspects susceptibles de se trouver à Genève ou dans la région genevoise", lit-on dans le communiqué du département de la sécurité genevois, qui affirme coopérer étroitement avec les services nationaux et internationaux pour localiser les suspects.

Les discussions sur la Syrie délocalisées

Toujours selon le site de la Tribune de Genève, le ministère public suisse a ouvert une enquête pour "actes préparatoires délictueux", et les discussions internationales sur la Syrie seront maintenues mais dans un lieu inconnu du public.

Le procureur général de la Confédération a ouvert jusqu'à présent 33 enquêtes pour des liens présumés avec le "terrorisme islamique", dont une dizaine en octobre et novembre, a précisé sa porte-parole.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2015 à 18:32 :
La capitale suisse, c'est Berne, pas encore Genève !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :