La vaccination ouverte à tous les Américains, quelques Européens retrouvent des libertés cette semaine

 |  | 941 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Reuters)
La perspective du déconfinement, rendu possible par les campagne de vaccination, commence à se concrétiser dans plusieurs pays. Tandis qu'elle s'est reconfinée plus tard et que la vaccination traîne, la France fait partie des pays les plus prudents sur les réouvertures et la levée des interdictions.

La vaccination, qui a déjà bénéficié à plus de la moitié des adultes aux Etats-Unis, sera ouverte à tous dès lundi, tandis que plusieurs pays d'Europe s'apprêtent à alléger leurs restrictions sanitaires.

L'immense campagne de vaccination en cours aux Etats-Unis se poursuit à vive allure en dépit de la suspension mardi du vaccin Johnson & Johnson suite à la découverte de six cas de femmes ayant développé des cas graves de caillots sanguins, dont un mortel.

Lire aussi : Les prémices d'un boom économique aux États-Unis après une campagne de vaccination éclair

Quelque 50,4% des Américains de plus de 18 ans ont pu bénéficier d'au moins une dose de vaccin, et 32,5% sont entièrement vaccinés, notamment les seniors de 65 ans et plus, a indiqué dimanche la principale agence fédérale de santé publique du pays.

Au total, plus de 131,2 millions de personnes ont reçu au moins une injection et les autorités prévoient d'autoriser dès lundi tous les citoyens à se faire vacciner.

La suspension de Johnson & Johnson n'aura pas d'impact sur le rythme de la campagne car il ne représente qu'une petite partie des vaccins utilisés. "Il y a suffisamment de vaccins pour chaque Américain, c'est tout à fait indiscutable", avait assuré mardi le président Joe Biden.

Cette question, alors que la France a autorisé quatre vaccins, s'est aussi posée à l'Hexagone qui compte désormais beaucoup sur les livraisons du vaccin Pfizer.

Lire aussi : Les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson représentent près d'un tiers des doses attendues en France, Pfizer pourra-t-il compenser?

La France parmi les pays prudents

La situation demeure plus précaire en Europe, même si certains pays, pressés par des opinions publiques exaspérées, s'apprêtent à relâcher quelque peu les restrictions sanitaires.

Ce sera notamment le cas cette semaine à divers degrés en Suisse, Belgique, Slovénie, Slovaquie, à Monaco, au Portugal et au Danemark.

Les Pays-Bas et la France envisagent pour leur part de rouvrir les terrasses des cafés un peu plus tard, respectivement fin avril et à la mi-mai.

Au Vatican, le pape François est réapparu à sa fenêtre place Saint-Pierre pour sa prière hebdomadaire après plusieurs semaines de retransmission virtuelle.

Mais en Allemagne, où un solennel hommage national a été rendu dimanche aux 80.000 morts du Covid, la réponse à la crise est source de vives tensions politiques.

"Le virus ne pardonne pas les demi-mesures, elles ne font que l'aggraver", a prévenu la chancelière Angela Merkel, qui campe sur une ligne de fermeté, au grand dam des élus régionaux, y compris de son propre parti.

Faisant fi des appels à l'unité, plusieurs milliers d'"anti-masques" ont en outre manifesté dimanche dans plusieurs ville du pays au cours du weekend et la police a procédé à des interpellations.

La bulle entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande

C'est également lundi qu'est entrée en vigueur la "bulle" permettant aux ressortissants d'Australie et de Nouvelle-Zélande de voyager sans quarantaine entre les deux pays, qui affichent tous deux un bon bilan face à la pandémie.

Des familles séparées depuis des mois trépignaient d'impatience avant d'embarquer retrouver leurs proches: "Je vais hurler, pleurer, embrasser, être heureuse, toutes ces émotions à la fois", a témoigné Denise O'Donoghue, avant son vol à l'aéroport de Sydney.

Cela faisait plus d'un an que les deux pays discutaient de cette "bulle". Mais son lancement a été plusieurs fois reporté au gré de l'apparition de nouveaux foyers de contamination dans un pays ou l'autre.

La Nouvelle-Zélande notamment compte aussi beaucoup sur cette initiative pour sauver sa saison de sports d'hiver, qui est sur le point de commencer. La compagnie Air New Zealand prévoit d'augmenter son nombre de vols à destination de l'Australie de quatre par semaine à une vingtaine.

Plusieurs pays d'Asie-Pacifique travaillent sur des projets similaires de "bulle".

Taïwan et l'archipel des Palaos, dans le Pacifique, en ont inauguré une au début du mois, avec là aussi l'espoir de soutenir leur industrie touristique durement éprouvée par la pandémie.

La réouverture au Brésil malgré le variant

De son côté et malgré des chiffres de mortalité toujours très élevés et un variant "brésilien" très contagieux, Rio de Janeiro a rouvert début avril ses bars et restaurants et s'apprête à faire de même avec ses plages lundi.

L'épidémie a fait plus de 373.000 morts en un peu plus d'un an au total au Brésil, qui compte 212 millions d'habitants, un bilan largement sous-évalué selon les experts.

Au Canada, le gouvernement va déployer des renforts en Ontario, sa province la plus peuplée, pour l'aider à faire face à une virulente troisième vague de Covid.

En Israël, où près de cinq millions de personnes (53% de la population) ont reçu deux doses de vaccin, les habitants sont depuis dimanche autorisés à tomber le masque dans la rue, signe d'une première "victoire" contre le coronavirus dans le pays.

Lire aussi : Champion de la vaccination anti-Covid, Israël partage les recettes de sa stratégie

"Nous n'en avons pas encore fini avec le coronavirus car il peut revenir", a toutefois mis en garde le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La pandémie a fait plus de 3 millions de morts dans le monde (au moins 3.011.975 décès), selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 10H00 GMT.

Lire aussi : Résistance aux antibiotiques: face à cette autre pandémie qui guette, l'OMS exhorte le monde à tirer les leçons du Covid

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2021 à 13:14 :
Aux US, ils devraient plutôt développer un vaccin contre l'obésité qui fait des ravages bien au delà des méfaits du Covid.
Il y a aussi de la place pour des vaccins contre la "beaufitude"... Beaufivax le bien nommé. Pour la connerie, c'est perdu d'avance, rien pour lutter contre cette maladie.
a écrit le 19/04/2021 à 10:31 :
Pas facile de trouver les chiffres des décés du à la faim dans le monde mais donc, 7.5 millions de victimes chaque année dont 3.1 millions d'enfants de moins de 5 ans.
a écrit le 19/04/2021 à 9:25 :
La campagne de vaccination de l'EU est un échec complet. Il suffit de regarder autour de nous pour constater que non seulement les USA n'ont pas confiné no fermé leurs frontières inter Etats mais en plus ils sortent plus rapidement de la pandémie que les européens sauf le RU. Seuls 12.5 millions de français ont eu la première injection, donc si on pense que mi mai les choses iront mieux....il faudra atteindre les 35 millions de vaccinés en France et plus de 200 millions au niveau de l'EU pour espérer un été plus normal... pour le moment, ils continuent de prendre les mauvaises mesures car malgré le couvre feu, le confinement de 19h à 6h, il y a toujours plus de 35000 cas / jour... donc c'est bel est bien un échec cuisant. Les élèves et les profs ,on vaccinés vont reprendre le chemin de l'école. C'est bien mais nous n'aurons rien gagné car que cela soit Israël ou les USA, ils ont fermés les sources de contamination sans états d'âme... nous on applique des mesurettes qui n'ont aucun impact. Les écoles devraient être en demi jauge afin de ne pas avoir 30 élèves dans 35m2 mais seulement la moitié...hélas Blanquer n'arrive pas à comprendre!
Réponse de le 19/04/2021 à 10:01 :
Cette gestion du covid en France a été totalement ratée depuis le tout début. Pas de masques pour les soignants, car Salomon avait trouvé très intelligent de ne pas renouveler les stocks mis en place par Bachelot, et Buzyn estimait que ce n'était pas à elle de le faire (attitude assez répandue en France ceci dit). Ensuite le déconfinement trop rapide et pas assez strict, ensuite les tests qui prenaient jusqu'à 8 jours pour un résultat, ensuite la vaccination ''en bon père de famille'' comme le disait Véran, qui à la base ne voulait pas des vaccinodromes car ''cela donnait l'impression de contraindre les français''. Gestion sans aucun sens commun et inepte du début jusqu'à la fin, voilà l'héritage LREM. J'arrive pas à comprendre que Macron soit encore présent au second tour d'après les prévisions, après un bilan aussi calamiteux...clairement, il n'est pas fait pour le job. Cette crise impose des mesures rapides et radicales, pas de caresser les oreilles des électeurs comme l'on fait Trump et Bolsonaro. Ce qu'a finit par faire Macron en refusant de reconfiner en février dernier, parce que ''ma ré-élection avant toute chose''.
Réponse de le 19/04/2021 à 13:03 :
Vous avez été très gentil..

On n'oublie pas le fait que le masque n' a été rendu " obligatoire " que 7 mois après le début de cette pandémie et encore pas partout et encore non verbalisé..
On n'oublie pas qu'aucune quarantaine n' est obligatoire pour quiconque vient ou revient de l' étranger ( juste depuis ce jour une " recommandation " )..
On n'oublie pas que les autorités ( Macron en tête ) n' ont de cesse de parler du retour aux jours heureux, en fixant des timings totalement dément..
etc.. etc..

Bref on revient sur ce qu'indique les pasteurs, haute autorité scientifique etc.. le variant brésilien sera majoritaire cet été en France ( et ailleurs ).. comme on va lâcher les inconscients en Mai ici, inutile de faire un dessin.
a écrit le 19/04/2021 à 9:22 :
Il est plus que temps, en France et en Europe, de nous donner les chiffres des entrées en réa spécifiquement "covid". Nul ne peut douter qu'avec le décalage de nombres d'interventions chirurgicales, il va y a voir arrivée de patients en réa. dès lors, des chiffres globaux n'ont plus aucuns sens et ne nous permettent pas d'avoir une vue idoine de la situation Covid. Perso, je crois que la crise pandémique est derrière nous, que les fragiles sont vaccinés, et que l'enclume sur nos sociétés, économies, et nos esprits, n'est plus justifiée. Bien sûr, le nombre de contaminations reste fort, mais elles touchent des non-fragiles, et surtout participent à l'immunité collective (vaccinations + contaminations doivent représenter plus de 50% en France). Sous d'autres cieux, USA en tête, la vaccination a bien avancé (notre fils, 28 ans, sans problème de santé, se fera vacciner cette semaine sans passe droit particulier). Il faut maintenant en finir: l'état nounou, destructeur du bien public, la faillite des finances publiques, et l'heure de gloire du personnel médical, c'est fini!
Réponse de le 19/04/2021 à 13:12 :
Vous n'avez pas très bien compris je le crains..
Ce n' est que le début de l'histoire.

Vous en êtes encore à l'an dernier quand tout les ruminants se sont lâchés en Mai.. pis vous avez vu la suite..
C' est la même chose maintenant sauf que ce sera de plus en plus méchant.
Les vaccins n'y changeront pas grand chose ni ici ni ailleurs.
Au Brésil on est sur plus de 100 variants différents, en Europe et aux Usa combien ? etc...
a écrit le 19/04/2021 à 9:09 :
Pour ceux qui l'ignorent, tout voyage d'europe ou USA a destination de l'Asie dans son ensemble est conditionne a l'arrivee par deux semaines d'isolement total. De quoi degouter les vacanciers dans les deux directions.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :