La France franchit un seuil sur les décès du Covid, toujours suspendue à l'accélération de la vaccination

 |  | 806 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Reuters)
Avec 100.000 morts provoqués par la pandémie, la France rejoint les pays où la mortalité est élevée. Au niveau mondial, l'Hexagone est même à date parmi les dix pays où le virus a fait le plus de victimes. La pression de la troisième vague y reste aussi particulièrement forte.

Contrairement à d'autres pays, la France n'est toujours pas sortie de sa « guerre » contre le Covid-19. Elle s'apprête même à dépasser le lourd bilan de 100.000 morts depuis le début de l'épidémie. En cause, une troisième vague qui dure et qui laisse encore en suspens les questions sur une réouverture du pays à partir de la mi-mai.

En franchissant cette barre symbolique, probablement jeudi d'après le décompte quotidien de Santé publique France, le pays rejoint en Europe la Grande-Bretagne (127.000 morts) et l'Italie (115.000 morts), mais d'autres pays (Belgique, Portugal) ont une mortalité plus élevée par habitants.

A date, le pays où la mortalité est la plus élevée est les États-Unis (plus d'un demi million de morts), suivis par le Brésil et le Mexique. Mais la France, juste derrière l'Italie et la Russie, est à la huitième place.

Malgré la violence de la première vague (près de 30.000 morts entre mi-mars et mi-mai 2020), la grande majorité des décès sont survenus depuis fin octobre (environ 65.000), conséquence d'une deuxième vague qui ne s'est jamais échouée, puis d'une nouvelle forte reprise épidémique durant l'hiver, portée par le variant anglais plus contagieux du coronavirus. Et si la vaccination massive dans les Ehpad a porté ses fruits, près de 300 morts s'ajoutent encore chaque jour à l'hôpital en avril.

Le nombre de décès Covid

Le pic des hospitalisations n'est pas encore atteint

Avec plus de 5.900 malades du Covid-19 soignés dans des services de réanimation, au plus haut depuis le printemps 2020, "la troisième vague n'est pas derrière nous", a prévenu Gabriel Attal. "Le pic des hospitalisations n'a pas encore été atteint, cela signifie que nous avons encore devant nous des jours très difficiles", a-t-il ajouté.

Et au moment où les premières 200.000 doses du vaccin Johnson & Johnson viennent juste d'être livrées, l'annonce du fabricant américain de retarder son déploiement en Europe met un point d'interrogation sur les quelque 350.000 autres doses qui devaient être reçues fin avril.

> Dossier : la course à la vaccination

Rare bonne nouvelle, la France va bénéficier d'au moins sept millions de doses de plus du vaccin Pfizer/BioNTech au 2e trimestre, ont annoncé mercredi plusieurs membres du gouvernement, conséquence d'une accélération des livraisons à l'Union européenne.

BioNTech et Pfizer vont en effet augmenter de 50 millions de doses les livraisons de leur vaccin à l'UE au 2e trimestre, pour atteindre 250 millions de doses sur la période, a annoncé la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

La livraison de ces doses, initialement prévue au 4e trimestre, commencera dès avril, a précisé la chef de l'exécutif européen devant la presse.

Dans ce contexte, la France pourra-t-elle suivre à la mi-mai, comme promis par Emmanuel Macron, l'exemple de la Grande Bretagne, qui a rouvert ses terrasses cette semaine, ou de la Belgique, qui a prévu de le faire le 8 mai ?

Lire aussi : COVID-19 en 24h : AstraZeneca, déconfinement à Londres, label « Covid safe »...

Les services de psychiatrie pour enfants débordés

Le chef de l'Etat réunit une partie du gouvernement jeudi à 18H00 sur ce sujet. Au menu également, la réouverture progressive des lieux culturels, sous cloche depuis plus de cinq mois.

Restaurants, bars et salles de sports attendent aussi de savoir quand ils pourront accueillir du public en intérieur, alors que l'ensemble de la population vit de nouvelles vacances confinées, avec couvre-feu à 19h et télétravail obligatoire quand c'est possible.

La situation hospitalière tarde à s'améliorer. Mais les services de psychiatrie pour enfants, en manque d'effectifs en temps normal, sont aussi débordés, a pu constater Emmanuel Macron mercredi lors d'une visite au CHU de Reims.

Le chef de l'Etat a annoncé la mise en place d'un "forfait psy", qui permettra le remboursement à 100% de 10 séances de psychologue en ville pour les 3-17 ans.

Avant l'échéance de la mi-mai, une autre se profile le 26 avril, le retour à l'école des enfants dans le primaire, après trois semaines de fermeture.

Dans une pétition en ligne (27.000 signataires mercredi soir), tous les syndicats d'enseignants demandent notamment le maintien du principe de la classe fermée au premier cas de Covid, l'équipement des locaux en capteurs CO2 pour une meilleure aération et la vaccination de tous les personnels volontaires.

"On demande à ce que le ministère nous propose un échange sur la reprise d'ici le 20 avril, il ne faut surtout pas attendre le 23 ou le 24 avril pour sortir du chapeau le nouveau protocole", a expliqué Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire.

Lire aussi : UE : AstraZeneca et Johnson & Johnson sous pression; BioNTech-Pfizer accélère les livraisons

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2021 à 21:12 :
La grosse différence entre tout ces pays et nous qui sommes tous dans les premier "plus mauvais" c'est le nombre d'habitant total, les autres en ont beaucoup plus que seulement 65 millions... donc oui nous somme le numéro 1 des nul en gestion de cette crise. Mais bon gérer une épidémie en pensant à sa réélection en mai 2022 ne peut pas faire en sorte de sortir de cette crise...
a écrit le 15/04/2021 à 18:30 :
Plus 100 000 mort ...Macron Responsable et coupable de légèreté.Macron démission Macron démission DÉMISSION !!!
a écrit le 15/04/2021 à 17:32 :
J'ai l'impression qu'on a baptisé facilement mort du Covid des personnes décédées de tout autre chose ou déjà en fin de vie comme Giscard d'Estaing qui à 94 ans, s'est éteint à son domicile du Loir-et-Cher des suites du ...Covid-19 !!

Sinon ,en France, où les services de réanimations expliquent parfois avoir besoin de « bras » pour retourner des patients en surpoids, n’échappe pas à ce constat. Dans l’Hexagone, où l’on recensait 96 décès pour 100 000 habitants fin février, 59 % de la population est en surpoids, 21 % en obésité.
a écrit le 15/04/2021 à 15:20 :
C'est tout de la blague ce qui est écrit, puisque Macron veut tout rouvrir à la mi-mai. Il applique le dicton """ En avril ne te découvre pas d'un fil et en Mai, fait ce qu'il te plait'''
Réponse de le 17/04/2021 à 10:44 :
Le seul confinement et déconfinement qu'on a eu est celui de mars 2020, depuis on est fermé tout en allant se contaminer au travail et en le donnant a nos proches en faisant semblant de confiner ou couvre feu. Désolé de vous faire perdre vos espoirs mais en mi mai on nous annoncera une fausse fin de déconfinement qui sera toujours si liberticide et on laissera toujours fermer les plus utile de notre pays que sont les petits commerces au profit des multinationales qui finnanceront la campagne présidentielle de notre président qui leur offre tant...
a écrit le 15/04/2021 à 13:28 :
Il faut raison garder. Ce sont 100 000 morts parmi les 650 000 décès annuels. 100 000 personnes qui sont mortes pour la plupart Avec le Covid, pas nécessairement Du Covid.
La plupart des décès sont des personnes âgées, des gens avec des comorbidites dont l'obésité, est la principale source.
Les vaccins ne sont donc pas la solution de long terme, tant que nous n'aurons pas de produit pour soigner les patients, nous n'en sortirons pas. Dans le contexte actuel, la chloroquine n'est pas la pire solution.
Réponse de le 15/04/2021 à 17:18 :
Effectivement ,hors covid la moyenne est déjà de 120.000 morts par an en Ehpad soit 1 sur 7.
a écrit le 15/04/2021 à 13:14 :
C'est du bidon. Tout le monde le sait, mais fait semblant : les morts à domicile n'entrent pas dans les statistiques françaises. L'Inserm, qui a passé au crible tous les certificats de décès établis depuis le début de la pandémie, affirme que la France a franchi la barre des 100 000 morts depuis plusieurs semaines. Mais il ne faut pas le crier fort pour critiquer les autres pays. Que valent les comparaisons internationales si les chiffres ne sont pas mis en perspective et si les modes de calcul varient selon les pays ?
Les médias moutonniers sont lamentables. La paille et la poutre.
a écrit le 15/04/2021 à 10:09 :
"Achetez plus de vaccins et plus vite !"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :