Le chômage américain affiche de bons chiffres

 |   |  259  mots
Jamais les demandes d'allocations au chômage n'ont été aussi faibles depuis 42 ans.
Jamais les demandes d'allocations au chômage n'ont été aussi faibles depuis 42 ans. (Crédits : reuters.com)
Après un mois de septembre plutôt décevant, les chiffres des demandes d'allocation au chômage américain hebdomadaires ont atteint un plus bas de 42 ans, prenant le contre-pied des anticipations qui tablaient sur une hausse.

Les mois passent mais ne se ressemblent dans l'emploi américain. Après les très mauvais chiffres de l'emploi du mois de septembre, les inscriptions hebdomadaires au chômage viennent de publier une statistique étonnamment bonne. Avec 255.000 demandes d'allocations pour la semaine clos le 10 octobre, cette statistique n'a jamais atteint un niveau aussi bas depuis 1973... Les économistes tablaient, eux, sur 269.000 demandes.

Après les chiffre du chômage, la Fed hésite...

Le mois dernier pourtant, les économistes sont tombés des nues après la publication des chiffres du mois de septembre. Alors qu'ils anticipaient 205.000 créations d'emplois, l'économie américaine n'en avait créé que seulement 142.000. Cette annonce avait inquiété les investisseurs qui craignaient que cette nouvelle trouble davantage encore les perspectives de la banque centrale américaine. Celle-ci avait promis de resserrer l'étau monétaire avant la fin de l'année, mais la détérioration de l'économie américaine pourrait la contraindre à revoir ses plans...

Taux d'activité très bas

En tout état de cause, l'économie américaine affiche un taux de chômage très bas puisque celui-ci s'élève à 5,1%, soit le chiffre le plus bas depuis 7 ans. Mais de nombreux économistes relativisent cette statistique. En effet, la population active se réduit pour des raisons démographiques ou par l'abandon de recherche d'emplois pour les chômeurs de longue durée. Ils pointent ainsi le taux d'activité qui poursuit sa baisse pour s'afficher à 62,4% des Américains en âge de travailler, soit le chiffre le bas depuis 38 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2015 à 9:32 :
La Tribune véhicule sans vergogne la doxa américaine, pour ne pas dire la propagande américaine avec un titre à la limite du scandaleux tant la manipulation semble grossière! Charles Sannat redresse le tir comme indiqué ci-après:

ARNAQUE! Etats-Unis: les inscriptions au chômage au plus bas depuis 42 ans

Charles Sannat 15 octobre 2015

Cette dépêche de l’AFP nous apprend qu’officiellement les « inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont reculé à leur plus bas niveau en 42 ans selon les données publiées jeudi par le département du Travail ».

« A la surprise des analystes, le ministère a enregistré le dépôt de 255.000 demandes d’allocations chômage pendant la semaine close le 10 octobre (-3%), en données corrigées des variations saisonnières ».
Voilà une nouvelle excellente n’est-ce pas?

Sauf qu’en réalité tout cela encore une fois repose sur une immense arnaque statistique puisque le système US est très peu généreux avec les demandeurs d’emplois et être inscrit ne sert pas à grand-chose. Du coup l’immense majorité des chômeurs se retrouve hors des demandeurs d’emploi, dans la catégorie « not in labour force » ce qui veut dire non comptabilisé dans la force de travail.

Cette astuce fait donc baisser le chômage de plusieurs millions de personnes.

Cette catégorie des personnes en âge de travailler, mais ne faisant pas partie de la population active, est de plus de 94 millions d’américains. C’est tout juste monumental. A cela on peut ajouter les 7 millions de chômeurs officiels.

Nous obtenons donc le chiffre effarant de presque 102 millions d’américains qui pourraient travailler mais qui ne travaillent pas!

Voilà la réalité de la reprise américaine et plus généralement de l’immense stagnation mondiale pour ne pas parler de récession.

Cette précarisation ne concerne pas uniquement les Etats-Unis. Partout dans notre pays de plus en plus de nos concitoyens perdent leur travail ou ont de plus en plus peur de le perdre. Tout cela est vécu à chaque fois comme un drame personnel alors que nous affrontons une catastrophe collective.


Charles SANNAT
a écrit le 16/10/2015 à 14:08 :
En gros, sur les médias, on arrange la réputation américaine avec ça :

- Economie américaine va toujours mieux
- Chomage américain va toujours mieux
- Actions de gerre américaines sont toujours bonnes et justifiées

Par contre on diminue la réputation chinoise ou russe avec ça :

- Économie de la chine va toujours de plus en plus mal (Alors que c'est faux...)
- Attentats en chine qui se développent (sûrement avec l'aide de la CIA...)
- Les russes frappent bien sûr les mauvaises cibles
- Les russes ont tirés sur le vol MH17 (mais bien sûr...)

On sait que les médias appartiennent aux banques américaines et à travers eux à Rothschild. (Tient bizarre le dictionnaire orthographique reconnaît ce nom alors que si vous faîtes une faute au nom d'une autre personne connue mais non maçonne le dictionnaire ne le connaît pas).
a écrit le 15/10/2015 à 17:09 :
C'est le chômage américain ou l'emploi qui se porte mieux ? Je dirais plutôt à la lecture de l'article que c'est l'emploi qui se porterait mieux (dixit LT).
a écrit le 15/10/2015 à 17:07 :
Aux States, plus de 15% de la population active est concernée par les food-stamps (bons alimentaires). En progression. Cette statistique est rarement affichée, mais elle permet aussi de relativiser certains chiffres.
Réponse de le 15/10/2015 à 18:28 :
Le taux U6 américain est de 10 %. Le peuple voit plus celui-ci que le taux de 5.1% d'après des amis vivant dans ce pays.

Pour approfondir la réflexion. Si la tribune le permet.
http://www.dailyfx.com/actualite_forex_trading/fondamentaux/strategie_forex/2015/10/05/les-nfps-de-septembre-font-reapparaitre-la-faiblesse-sous-jacente-du-marche-du-travail-americain-1109.html
Réponse de le 15/10/2015 à 19:38 :
Très juste, Ducat. Et il ne faut SURTOUT pas oublier qu'il est possible, avec quelques armes et des cannes à pêche, d'être complètement auto-suffisant même pour une famille habitant en forêt. Remarque : cela était encore possible en Ardèche il y a trente ans. QUI peut encore faire semblant de croire les us..???
a écrit le 15/10/2015 à 16:25 :
Si la fin de l'article pondère un peu, l'attaque est franchement mauvaise. On ne peut sérieusement produire de telles inepties sur le suivisme béat de la gente boursière qui voudrait que les US allant bien nous irions bien à la suite. Les USA ont 30% de leur population dans un état de paupérisation avancée bien que le nombre de super milliardaires augmente aussi, de telle sorte que la moyenne ne veut plus rien dire. Le taux de chômage qui est de 5,7% ne correspond pas du tout aux critères français. On ne peut se réjouir du malheur d'une immense partie de la population ni rendre service à qui que ce soit en disant faussement que tout va bien. Ceci qui insulte la vérité insulte aussi les gens pour lesquels on retarde ainsi une solution. D'autant que beaucoup de lecteurs sont maintenant avertis, ce qui remet ainsi en cause l'intégrité générale du journal dont la rédaction accepte ce type de mensonge. L'équation VW existe un peu partout. Evitons de telles pratiques véritablement sans raisons. Merci.
Réponse de le 15/10/2015 à 16:56 :
Le thermometre n'est il pas le meme pour tous ? On parle bien de chomage au sens du "BIT" , n'est ce pas ? Quand au seuil de pauvreté , il est calculé par rapport à la mediane des revenus, ce qui veut dire que plus un pays est riche, plus le seuil de pauvreté est élevé , donc un americain '' pauvre '' moyen est plus riche qu'un Français " pauvre'' moyen .
Qu'entendez vous donc par ''cretères Français '' ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :