Le coronavirus va-t-il forcer les États-Unis à agir pour plus d'égalité sociale ?

Le coronavirus a mis en lumière l'extrême inégalité sociale aux Etats-Unis. Mais cette pandémie inédite, qui n'épargne ni les riches ni les pauvres, peut-elle être le catalyseur de réformes en faveur d'une protection sociale pour tous ?
(Crédits : Reuters)

Pour l'heure, de nombreux Américains ne se font pas dépister pour le Covid-19 faute de pouvoir payer les coûts du test qui ne sont pas couverts par leur assurance. De nombreux autres, potentiellement infectés, continuent de travailler car ils ne bénéficient pas de congés maladie payés. D'autres encore s'inquiètent d'une possibilité de 15 jours de quarantaine forcée quand leur employeur ne rémunère que cinq ou sept jours de congés maladie. "Le virus envoie un message clair: tous les Américains sont en danger si les plus pauvres d'entre nous n'ont pas accès aux avantages de base que sont les congés maladie et les soins de santé", résume Edward Alden, professeur à l'Université Western Washington. Depuis des années, les congés maladie payés constituent un clivage politique, les démocrates recommandant principalement de les rendre obligatoires quand les républicains s'y opposent, arguant qu'ils représentent un fardeau pour les employeurs.

Face à la pandémie de nouveau coronavirus, qui gagne du terrain sur le sol américain, le débat resurgit. Et la pression monte sur l'administration Trump. "Nous ne pouvons pas lutter efficacement contre le coronavirus à moins que tous ceux dans notre pays qui doivent être testés sachent qu'ils peuvent passer leur test gratuitement", a ainsi martelé la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi. Elle a déploré l'incapacité à ralentir l'épidémie du fait que les travailleurs doivent faire "le choix terrible" entre rester à la maison pour éviter de propager la maladie et être payés pour nourrir leur famille. Outre le dépistage gratuit pour tous, les démocrates demandent un congé maladie d'urgence d'une durée de 14 jours ainsi qu'un congé maladie pour les familles allant jusqu'à trois mois. Ils exhortent aussi à augmenter l'assurance chômage, des propositions qui font grincer des dents les républicains à la Chambre.

Mesure d'urgence

"Je prendrai bientôt une mesure d'urgence sans précédent pour apporter une aide financière", a annoncé mercredi soir le président américain Donald Trump, sans évoquer directement de congés maladie payés. Les Centres américains de contrôle des maladies (CDC) ont publié récemment des recommandations, exhortant les entreprises à "encourager activement les employés malades à rester à la maison" et leur demandant de faire preuve de flexibilité dans leur politique de congés maladies. "Le congé maladie est certainement quelque chose que nous devons examiner de près, je pense que c'est une aide très pratique et très importante pour les gens", a déclaré de son côté le sénateur républicain Josh Hawley au Washington Post. Mais la question est de savoir si ces mesures, envisagées à titre temporaire, pourraient être pérennisées.

Pour Edward Alden, la coïncidence de la pandémie avec la campagne électorale, dans laquelle les lacunes du système de sécurité sociale et des soins de santé font débat, est "un moment particulièrement opportun pour s'attaquer à ces problèmes de longue date". "Aujourd'hui, quelque 87 millions d'Américains ne sont toujours pas assurés ou mal assurés", a d'ailleurs déploré mercredi le sénateur Bernie Sanders, en lice pour l'investiture démocrate. "L'absurdité de notre système de santé est de plus en plus flagrante à mesure que nous sommes confrontés au défi du coronavirus", a-t-il ajouté dans un tweet exhortant à "un medicare pour tous", c'est à dire une couverture santé publique pour tous et non pas seulement pour les plus âgés.

Mais la capacité des deux camps à trouver un consensus pour acter dans la loi des changements en faveur de la généralisation d'avantages sociaux pourrait s'avérer difficile une fois la pandémie passée. Quelque 73% des travailleurs du privé bénéficient d'un congé maladie, selon les données du département du travail datant de mars 2019. Mais ce taux tombe à 43% pour les personnes travaillant à temps partiel, notamment celles du secteur de la restauration et de l'hôtellerie.

Les employés des riches entreprises high tech comme Google et Apple, qui bénéficient d'avantages sociaux substantiels, ne sont ainsi par exemple pas à l'abri d'être contaminés par des employés de leur cafétéria ne se mettant pas en congé. Même chose pour les Américains les plus aisés qui continuent d'aller au restaurant. Pour la première fois depuis probablement la Seconde Guerre mondiale, tous les Américains sont confrontés à "un ennemi commun", reprend Edward Alden. Les Etats-Unis ont dépassé mercredi la barre des 1.300 cas d'infection au nouveau coronavirus et une trentaine de personnes sont décédées, selon l'université américaine Johns Hopkins.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 13/04/2020 à 4:25
Signaler
Hello, You do not have ny idea of what you are talking about. France doesen't have a better system. I am 71 years old born in France and I had to expatriate my self because I was not covered. Recently I contacted the CHU of Nantes for assistance un...

à écrit le 14/03/2020 à 10:40
Signaler
En France, on ne connaît pas l'ampleur de l'épidémie. Le dépistage est réalisé à une faible échelle, comme presque partout ailleurs dans le monde. On ne sait pas ce qui se passera en France où les hôpitaux sont en crise depuis plusieurs mois, mais on...

le 14/03/2020 à 16:25
Signaler
J'aimer(ais que l'on m'explique: Le dépistage est réalisé à une faible échelle, comme presque partout ailleurs dans le monde La Corée réalisait 10000 test par jours. Lorsque ce sera finit il faudra que l'on nous explique pourquoi ca s'est fait en C...

à écrit le 14/03/2020 à 9:02
Signaler
Tiens c'est bizarre, on n'entend plus le citoyen blasé qui vante la puissance de l'Amérique, alors que celle-ci est incapable de prendre les mesures d'urgence pour contenir ce virus...

à écrit le 13/03/2020 à 15:55
Signaler
100 000. Cela dépasserait le nombre total de contaminations au coronavirus dans le monde. Et pourtant, une responsable des autorités sanitaires de l'Ohio Amy Acton, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse jeudi aux côtés du gouverneur Mike De...

à écrit le 13/03/2020 à 15:44
Signaler
les américains ne sont qu'au début de la pandémie et la réalité va être douloureuse pour bon nombre d'entre eux. Les insuffisances de leur système de santé vont apparaître au grand jour et celui qui croyait qu'avec ses petits bras musclés il allait a...

à écrit le 13/03/2020 à 15:09
Signaler
Nous sommes tous mortels. Riches ou pauvres. Les ricains decouvrent cette realite.

à écrit le 13/03/2020 à 9:22
Signaler
Peut être que les usa doivent expliquer comment des militaires en mission ont contacté le cov -19? Une mission dans l’espace où terrestre ? Et tout ça avant l’épidémie en Chine ?(AFP infos) Nous avons droit à la vérité .

le 13/03/2020 à 14:05
Signaler
#Nous sachons. Probablement après avoir réanimé le petit homme de Roswell.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.