Le déficit budgétaire américain frôle les 1.000 milliards de dollars en 2019

 |   |  550  mots
Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.
Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. (Crédits : Aaron Bernstein)
Le déficit budgétaire des Etats-Unis a bondi de 26%, à son plus haut niveau depuis 2012. Les recettes, dont les droits de douane sur les marchandises chinoises qui ont rapporté 30 milliards de dollars, ont augmenté, deux fois moins vite que les dépenses, à un record historique.

Le déficit budgétaire des Etats-Unis a bondi de 26% pour l'exercice 2019 frôlant les mille milliards de dollars malgré une économie en croissance et la manne des droits de douanes supplémentaires, fruit de la guerre commerciale avec la Chine. Le déficit de l'Etat fédéral pour l'exercice 2019 clos en septembre se monte à 984 milliards de dollars, soit 4,6% du Produit interieur brut (PIB), a indiqué vendredi le Trésor américain.

C'est son plus haut niveau depuis 2012 où il avait atteint 1.100 milliards de dollars sous l'administration Obama alors que la première économie mondiale sortait de la crise financière et de la Grande récession.

Les droits de douanes punitifs infligés notamment aux marchandises chinoises dans le cadre du bras de fer commercial que l'administration Trump mène avec Pékin, ont rapporté 30 milliards de dollars, 70% de plus que d'ordinaire et un montant total record, ont souligné les responsables du ministère des finances de Donald Trump.

Mais cela n'a pas empêché le trou budgétaire de se creuser de 205 milliards de dollars supplémentaires par rapport à 2018.

Si les recettes ont augmenté de 4% pour atteindre 3.462 milliards de dollars, un record, le rythme de croissance des dépenses a représenté le double avec +8%, totalisant 4.447 milliards de dollars, un record historique également.

Côté dépenses, le vieillissement de la population, qui va de pair avec un gonflement des pensions de retraites (+6%) et des frais d'assurance santé (+8%) pour les plus pauvres (Medicaid) et les plus âgés (Medicare), a pesé dans le trou budgétaire.

Avec le déficit, la dette augmente

Mais il a aussi été creusé par une augmentation du service de la dette (+51 milliards de dollars, soit une hausse de 10%) ainsi que par une hausse des dépenses militaires (+9%) et de l'aide aux agriculteurs qui souffraient de l'escalade des tarifs douaniers entre la Chine et les Etats-Unis.

"Pour que l'Amérique ait des finances publiques durables, nous devons adopter des propositions --comme le plan budgétaire 2020 du président-- visant à réduire les dépenses inutiles et irresponsables", a commenté le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

Les réductions d'impôts, notamment pour les entreprises, ont aussi limité la croissance des recettes de l'Etat malgré la poursuite de l'expansion économique qui d'ordinaire, en créant plus d'emplois, génère davantage de recettes fiscales dans les caisses de l'Etat.

Le ministère des Finances n'a pas donné de projection pour le nouvel exercice qui s'ouvre mais le bureau du Budget du Congrès prévoit que le déficit budgétaire atteindra les 1.000 milliards de dollars l'an prochain et 1.500 milliards en 2028.

Ce creusement du déficit budgétaire a pour conséquence de gonfler aussi la dette de la première économie mondiale qui s'élève désormais à 23.000 milliards de dollars.

Pour payer les dépenses grandissantes de l'Etat, le Trésor a augmenté ses emprunts de 1.052 milliards de dollars.

Le président de la Commission du Budget du Sénat, le républicain Mike Enzi a réagi affirmant que "la trajectoire budgétaire actuelle était insoutenable".

"Alors que les recettes de l'Etat augmentent, ses dépenses caracolent deux fois plus vite. On ne peut plus ignorer ces défis budgétaires auxquels fait face notre nation", a-t-il protesté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2019 à 8:43 :
Réponse de Bibi à Clairvoyant

Cher Clairvoyant,

Rassurez moi :
la derniére phrase de votre commentaire, vous vous l'appliquez ?
Réponse de le 31/10/2019 à 21:47 :
alors votre seule réponse c'est "c'est celui qui dit qui y est, gnagnagna " ? C'est impressionnant.
a écrit le 28/10/2019 à 10:46 :
Et celui de la France, il est de combien?
Réponse de le 28/10/2019 à 10:55 :
nous sommes que des donneurs de leçons ! la France qui régresse est en marche . CETA ET MERCOSUR. .....
Réponse de le 28/10/2019 à 11:02 :
Il est beaucoup moins.
Réponse de le 28/10/2019 à 11:43 :
L'article concerne le déficit budgétaire américain . Si vous voulez aborder le sujet concernant la France , allez commenter la myriade d'articles le concernant . Oui il y a un énorme déficit budgétaire américain qui fait peser un risque énorme sur l'économie mondiale !
Réponse de le 28/10/2019 à 15:31 :
Vous avez raison : le déficit - mais surtout la dette - us est un vrai danger pour la finance et l'économie mondiales. Mais pas que ! Selon les économistes les plus sérieux et compétents, ne cherchez pas : ils ne sont forcément pas français), trois pays aux dettes aujourd'hui incontrôlables et insoutenables sont les vrais chancres mondiaux et les vrais dangers pour l'économie et la finance mondiales. les usa qui ne sont en aucun cas une "puissance" mais juste un pays de faux-semblants en totale décrépitude (mais personne ne s'en plaindra !), le japon (dont le modèle économique , à bout de souffle, est en fin de vie) et... la france qui est "le" bourbier européen et un cloaque économique de niveau planétaire. Allez, c'est bien ! pour une fois, la france est sur un podium. Celui des ratés et des perdants, mais quand même !
Réponse de le 28/10/2019 à 23:03 :
Il devient JUPITERIEN. Depuis 2017, il a explosé, sans que cela inquiète le MEDEF ou les pseudo-économistes. Si c'était HOLLANDE qui faisait cela, la presse le détruirait.
a écrit le 28/10/2019 à 10:38 :
Les US profitent depuis tjrs de leur suprématie financière mondiale et n'ont aucun souci pour placer leurs Bond auprès des épargnants et investisseurs du monde entier, en particulier les Chinois et les Japonais à la recherche de placements internationaux sûrs.
Le pb est ailleurs et d'ordre sociétal.
Ce constat à l'accroissement abyssal du déficit va être le prétexte à l'administration Trump à taper encore plus fort ds les dépenses sociales ( honnies à cause d'Obama) pour maintenir et accroître encore les cadeaux aux + riches ( sur ce plan Macron est un p'tit joueur) et ste financières de tt calibre qui pullulent là bas sur le dos de l'économie réelle, contribuant à accentuer la petaudiere sociale déjà bien dégradée.
a écrit le 28/10/2019 à 10:25 :
Pour faire baisser ce déficit budgétaire, il faut supprimer les dépenses inutiles ou irresponsables comme le suggère à juste titre le secrétaire d'Etat au trésor. Ainsi, il serait opportun de privatiser tout ce qui peut encore l'être, c'est à dire les services de santé, les pensions de retraites des fonctionnaires et les services publics à la personne, et supprimer les allocations aux réfractaires au travail, y compris aux handicapés oisifs en capacité de tenir un emploi. Rétablir le travail des enfants à partir de 14 ans permettrait également d'améliorer un peu plus les performances économiques en réduisant du même coup le budget dédié à l'éducation des plus jeunes.
a écrit le 28/10/2019 à 9:57 :
Ah les ricains donneurs de leçons, notre dollar est votre problème, snif. Quand la les comptes de la Russie sont en 2019 absolument apurés malgré les imbéciles sanctions de ceux qui plongent et de leurs larbins suiveurs us, resnif ...
a écrit le 28/10/2019 à 9:25 :
LA dette ils s'en tapent si les états unis s'effondrent c'est tout le système bancaire mondial qui s'effondre avec ils tiennent les banques par la peau des c... Il serait quand même temps de lire cette vérité sur un site qui se dit économique, merci.
Réponse de le 28/10/2019 à 11:55 :
C'est vrai pour le top ten des économies mondiales ! C'est pourquoi il faut relativiser l'importance de l'endettement qui en fait tourner le monde .
Réponse de le 29/10/2019 à 9:06 :
Disons qu'un pouvoir politique puissant peut rapidement éradiquer la moindre dette.

"Plaie d'argent n'est point mortel"
a écrit le 27/10/2019 à 22:02 :
c'est vrai que la France a du mal à réduire son déficit, mais au moins y trouve t on un des taux de pauvreté les plus bas de l'OCDE
a écrit le 27/10/2019 à 16:47 :
On n est pas tellement meilleur que les ricains.
Comme pour la Grèce c’est quand la facture arrivera qu’on fera les comptes
a écrit le 27/10/2019 à 14:05 :
Et encore, ce n'est que le déficit fédéral qui déjà à lui seul représente 5% du PIB.
Le déclin de l'empire américain...
a écrit le 27/10/2019 à 14:03 :
Et encore, ce n'est que le déficit fédéral qui déjà à lui seul représente 5% du PIB.
a écrit le 27/10/2019 à 13:35 :
La vérité c'est que l'économie US est sous perfusion , les usa ont voulu faire de la relance mais ils ne maîtrisent plus leurs finances puisqu'à un moment où l'économie US commence à montrer des signes de faiblesse, ils ne peuvent plus faire marche arrière. La prochaine crise va faire très mal, les déficits vont littéralement exploser si bien que la confiance dans le dollar sera menacée. Trump est le fossoyeur des usa.
a écrit le 27/10/2019 à 13:31 :
Félicitations Trump ! Il achète de la croissance à crédit, et les gogos applaudissent. Le plus amusant, c'est que les mêmes reprochent à Macron de ne rien faire pour notre dette/déficit. Que diraient-ils si le déficit avait pris 26% en un an, et que notre ratio dette/pib était à 4,6% (2% et des poussières, atuellement)... :-)
Réponse de le 27/10/2019 à 14:19 :
Cher Clairvoyant
Que croyez vous que fait le pouvoir en France ? si ce n'est d'acheter de la croissance à crédit ?
En distribuant 12 Mds suite au mouvement des GJ , en ne maitrisant pas les dépenses de fonctionnement de l'Etat , en ne décidant aucune réforme structurelle courageuse ?
Réponse de le 28/10/2019 à 10:50 :
Cher Bibi,

Vous comparez un ongle arraché à un infarctus du myocarde. Le déficit public ne bouge pas ou peu et reste dans les clous bruxellois, le ratio dette/pib non plus. Il y a une différence entre ne pas réduire le déficit, et l'aggraver de 26% en un an. Je sais bien qu'être partisan et nuancé sont deux choses antinomiques, mais tout de même il y a des limites.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :