Le G20 se penche sur les effets du vieillissement démographique sur l'économie

 |   |  631  mots
Le Japon, qui accueille le G20, a mis sur la table des discussions un sujet qui le concerne particulièrement : le vieillissement de la population.
Le Japon, qui accueille le G20, a mis sur la table des discussions un sujet qui le concerne particulièrement : le vieillissement de la population. (Crédits : REGIS DUVIGNAU)
Des dépenses de santé qui explosent, une main-d'oeuvre qui se réduit comme peau de chagrin: pour la première fois, les grands argentiers du G20 ont planché dimanche sur le vieillissement de la population, défi majeur pour les économies développées et en devenir pour les autres.

Le Japon, qui préside la réunion de Fukuoka (sud-ouest), n'a pas choisi par hasard ce thème. Il deviendra bientôt le premier pays dit "ultra-âgé" de la planète, ce qui signifie que 28% d'habitants auront 65 ans et plus. Ils seront près de 40% en 2050.

Confronté à ce problème qui freine sa croissance, la troisième économie mondiale avait à coeur de partager son expérience. Son conseil, adressé en particulier aux marchés moins avancés: agissez avant qu'il ne soit trop tard.

"Ce que nous disons, c'est la chose suivante: « si le vieillissement démographique commence à produire un impact avant que vous deveniez riches, vous ne pourrez plus prendre des mesures efficaces »", a prévenu le ministre nippon des Finances, Taro Aso.

Si la tendance touche "l'humanité entière, le G20 vieillit particulièrement vite", souligne le secrétaire général Angel Gurria, interviewé par l'AFP en marge de la réunion. "C'est une tendance qui va se poursuivre, j'en ai bien peur. Ce n'est pas quelque chose qu'on peut soudainement arrêter."

 Les pays émergents aussi

Au sein du G20, se côtoient des pays au profil très différent, du grisonnant Japon aux plus jeunes membres que sont l'Arabie saoudite, l'Inde ou l'Afrique du Sud. Allongement de la durée de vie et recul du taux de natalité contribuent à une expansion rapide des seniors dans les pays riches, comme l'Allemagne, la France, l'Espagne, l'Italie ou la Corée du Sud, selon l'OCDE qui a mené une série d'études sur le sujet.

Ce mal s'étend désormais aux pouvoirs émergents comme le Brésil et la Chine, note l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE). D'ici à 2050, le nombre d'habitants âgés d'au moins 60 ans dans le monde devrait plus que doubler et dépasser les 2 milliards.

"Le vieillissement exerce une pression sur les finances publiques en se traduisant par une augmentation des dépenses de retraite et de santé", explique le Fonds monétaire international (FMI) dans une note publiée dimanche, à l'occasion de ce G20 Finances à Fukuoka.

Le Japon en sait quelque chose, lui qui affiche une énorme dette équivalente à près de 230% de son Produit intérieur brut (PIB). Une situation qui incite les retraités à empiler les économies par peur que leur pension soit abaissée, tandis que les plus jeunes rechignent à dépenser par peur de l'avenir. Par ailleurs, "la richesse de ces pays finira forcément par être affectée, alors que moins en moins de personnes sont en mesure de travailler", relève le FMI.

"Mal payés"

Dans le cas de l'archipel nippon, de nombreux secteurs (santé, agriculture, bâtiment...) peinent à recruter, au point qu'on comptait en avril 163 offres d'emploi pour 100 demandes dans le pays, pour un taux de chômage très bas (2,4%). Outre la nécessaire réforme des systèmes de retraite et de santé, les organisations internationales appellent à solliciter davantage les femmes et les travailleurs âgés pour contrer le déclin de la main-d'oeuvre.

"Le Japon a déjà un des taux de participation les plus élevés pour les seniors au sein de l'OCDE", notait l'organisation dans un récent rapport. Cependant, une fois passé l'âge de la retraite, ils sont souvent "réembauchés dans des postes de piètre qualité et mal payés". "Ils méritent mieux", juge l'OCDE, appelant à tirer parti de "leurs compétences et expériences".

La technologie peut aussi venir à la rescousse de ces seniors, que ce soit dans l'accès aux soins ou la gestion de leurs finances, avancent les experts. Les discussions menées dimanche par le G20 Finances visaient à préparer le terrain pour les dirigeants qui se réuniront à Osaka fin juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2019 à 22:08 :
"commence à produire un impact avant que vous deveniez riches"... Certes, c'est un pays "pauvre"... Bon, d'accord, sous contrôle us, soit, un esclave.
Et si l'obsession de richesse tuait non seulement les pauvres mais permettait aussi les guerres, soit, ce qui a permis d'armer les pays européens il y a 80 ans..??
Je pose juste la question, rien de plus...
a écrit le 10/06/2019 à 18:43 :
Quand on voit les problèmes des grands pays ,on se rend compte que notre système de retraites n'est pas si catastrophique.A condition de le réformer en permanence pour tenir compte de la pyramide des ages.Trois leviers:la hausse des cotisations,l'age de départ ,l'immigration économique.La hausse des cotisations n'est plus possible,reste les deux autres leviers.
Réponse de le 10/06/2019 à 19:50 :
Et la baisse des pensions?
Réponse de le 10/06/2019 à 23:10 :
Discours d'un retraité qui demande aux actifs de se débrouiller pour payer sa pension d'ancien salarié de la RATP.C'est pour cela que vous ne parlez pas du niveau des pensions.
Hausse des cotisations, hausse de l'âge de départ à la retraite ne vous concernent pas.Après vous le déluge.
L'immigration n'apporte dans ce domaine que des problèmes : les immigrés ont des faibles salaires ou n'en ont pas, cotisent donc fort peu et reçoivent beaucoup d'aides sociales.Cela ne peut constituer une solution au problème des retraites.
La seule solution est que les inactifs vient avec leurs enfants.C'est la meilleure forme de solidarité possible
Réponse de le 11/06/2019 à 11:22 :
Baisse des pensions?ce serait absurde:les retraités d'aujourd'hui sont souvent un soutien financier pour leurs enfants et leurs petits enfants.En plus ,le système associatif soutenu essentiellement par les retraités s'écroulerait.Résultat,la fin de la société solidaire,le règne du chacun pour soi néo-libéral.Heureusement que nos retraites ne sont pas par capitalisation:que vont devenir les retraités US quand les marchés financiers se seront écroulés?
a écrit le 10/06/2019 à 11:16 :
DE toutes façons l'UE ne connait qu'une seule politique celle des taux d'intérêts pour sas banquiers. Binaire.

Vite un frexit.
a écrit le 10/06/2019 à 9:37 :
Avec plus ou moins 6 millions de chômeurs, il y a des troupes de réserve en France. Et il y a aussi des marges considérables par l'augmentation du temps de travail.
a écrit le 09/06/2019 à 22:37 :
Il y a bien un moyen pour régler le problème ! Vu l'état de la géopolitique nous n'en sommes pas très loin. Dormez tranquille, le complexe Militaro Industriel veille...sur ses intérêts.
a écrit le 09/06/2019 à 20:35 :
Le vieillissement de la population est une obsession des mondialistes et des flibustiers de la finance,en particulier du CAC 40 , dans le but de tirer les salaires vers le bas et faire croire à des solutions « incontournables ». Au Japon la population vieillit mais se renouvelle malgré tout et son économie reste florissante. Lorsque ce sont les financiers qui dirigent le monde, les problèmes ne sont jamais loin.
a écrit le 09/06/2019 à 18:31 :
"Allongement de la durée de vie et recul du taux de natalité contribuent à une expansion rapide des seniors dans les pays riches, comme l'Allemagne, la France".

« On a connu un pic en 2010, puis une baisse depuis 2015. Néanmoins, si l’on regarde les quarante dernières années, le taux de fécondité des Françaises reste relativement stable, avec entre 1,8 et 2 enfants par femme depuis 1975, à l’exception d’une chute autour de 1,65 dans les années 1990 », tempère Laurent Toulemon, démographe à l’Institut national d’études démographiques.La France demeure d’ailleurs, en 2016, le pays le plus fécond de l’Union européenne, selon les dernières données d’Eurostat.En matière démographique, pourtant, la vérité est simple à énoncer : l'immigration joue un rôle majeur.
Tous les indicateurs convergent. Citons-en trois. De 1960 à 2011, l'immigration a augmenté la population vivant en métropole de quelque 9,7 millions de personnes (soit 15,4 % du total). Le nombre de naissances s'en est trouvé accru de... 27 %.Tous ces chiffres ont été calculés par Michèle Tribalat, une démographe dont le sérieux des travaux n'est pas contesté, à la différence des conclusions qu'elle en tire parfois qui alimentent le débat.

"Selon mes calculs, la moitié de notre croissance démographique depuis cinquante ans est due à la baisse de la mortalité ; mais l'autre moitié, en effet, est représentée par l'immigration", confirme ainsi Hervé Le Bras, l'un des collègues avec lequel elle bataille souvent sur la scène intellectuelle. Et de souligner la hausse spectaculaire des naissances d'enfants ayant au moins un parent étranger, qui sont passées de 15 % du total (en 2000) à 24 % (en 2016). Un bouleversement plus sensible encore si l'on remonte à la génération antérieure. "En 2014, reprend-il, 40 % des nouveau-nés avaient au moins un grand-parent immigré."Mais ce phénomène est minoré par le jeu des naturalisations. "Dans les unions dites "mixtes", plus de 60 % des conjoints français sont d'origine étrangère", précise Michèle Tribalat.
a écrit le 09/06/2019 à 18:24 :
"Outre la nécessaire réforme des systèmes de retraite et de santé, les organisations internationales"

Nécessaire ! , cela sent la méthode Coué pour préparer les esprits.
a écrit le 09/06/2019 à 18:18 :
"Cependant, une fois passé l'âge de la retraite, ils sont souvent "réembauchés dans des postes de piètre qualité et mal payés". "Ils méritent mieux", juge l'OCDE".

Les personnes de plus de 65 ans sont de plus en plus nombreuses en prison au Japon. S’ils ne représentaient que 5,8 % de la population carcérale en 2000, ils étaient 21,1 % en 2017.Une hausse de la délinquance des retraités qui cache une autre réalité : la volonté d’échapper à la solitude et à la précarité. Les personnes âgées préfèrent alors se retrouver dans des établissements pénitentiaires où ils sont en sécurité, entourés et soignés, rapporte Le Monde.
« Il a chaud, il est nourri, on s’occupe de lui »

Face à des conditions de vie et un pouvoir d’achat dégradés, certains retraités n’hésitent pas à commettre de petits vols ou délits mineurs. « En prison, il a chaud, il est nourri et s’il est malade, on s’occupe de lui », raconte un senior japonais, à propos d’un ami, au quotidien français. « Comme il est récidiviste, il en a pris pour deux ans… Un jour il faudra peut-être que je fasse comme lui. »
Le phénomène, apparu il y a une dizaine d’années, va en s’amplifiant. Et ce vieillissement de la population carcérale modifie le quotidien derrière les barreaux. Ces détenus d’un nouveau genre « entendent mal et tardent à exécuter les ordres », décrit le journaliste du Monde. Incontinence, mobilité​, beaucoup nécessitent une aide au quotidien pour se nourrir ou se lever. Donc des charges supplémentaires pour les prisons.
a écrit le 09/06/2019 à 17:56 :
voir la publication d'Eurostat du 31 mai dernier sur l'effort social en faveur de la famille. en euros par habitant, la France dépense beaucoup moins que les Nordiques ou Allemagne/Autriche. mais elle a quand même la meilleure fécondité. encore une donnée qui montre que le système politique/l'Administration français sont efficaces, en fait.
la fécondité doit être la meilleure parce-que l'Hexagone investit largement (infrastructures, logement, éducation, garde d'enfants, transport, loisirs/culture, santé, limitation de la pauvreté, etc...). l'Allemagne, elle, est trop austère. dans les pays nordiques, la vie est très chère (les impôts sur les ménages sont particulièrement élevés, notamment).

il n'y a richesse ni force que d'hommes/femmes, comme disait Jean Bodin.
a écrit le 09/06/2019 à 17:27 :
La grosse tentation du Gouv Fr et de Delevoye, avouée de temps à autre,
est de mélanger baisse et report de l'age de la retraite 62 64 67 ans ,
et le financement de la dépendance, en maltraitance et indignité monstrueuses.
POUR NOUS ENFUMER sur ce pour quoi nous cotiserons.

La Dépendance doit enfin !!!!!!! faire l'objet d'une cinquième branche de la Sécu
1/ CRDS finissante dans 4ans et demi : 9 milliards d'eur par an à affecter à une contribution généralisée dépendance

2/ Créer une contribution généralisée Dépendance 1.5% 27 milliards d'euros/ An

Total 2% : 36 Milliards d'eur par an : le besoin annuel évalué par le Ministère.

ET NON PAS ALLONGER LA DUREE DE COTISATION POUR CE BESOIN CRIANT

L'allongement de la durée de cotisation doit etre affecté au bénéfice de retraite Correcte, et de son Indexation ANNUELLE stricte et non négociable.

Les privés EN MOUROIRS :
Korian et Orpéa, doivent perdre Tout Agrément : 4eur/jour strict, pour " pseudos aliments ", 3500eur/mois de " pension " facturée.
économies sur hygiène, et personnel, pour leur Seule préoccupation, d'énormes profits
Actuellement il font de la pub pour " investissement sùr, prometteur, disponible "
dans leurs ignobles et scandaleux EHPAD pour 5% de rendement net d'impots.
Je ne financerai jamais des Bourreaux.
a écrit le 09/06/2019 à 14:47 :
Les humains n’ont pas le pouvoir de contrôler tous les paramètres.
Naitre , vivre et mourir ( ceci est le cycle de la vie)
Pour lutter contre ce phénomène : seule la paix dans le monde peut réguler les problématiques humaines sur terre.
La paix tout le monde en parle mais l’application est «  difficile ».
a écrit le 09/06/2019 à 13:21 :
Pourquoi dénigrer un marché de la santé qui va se porter de mieux en mieux ? C'est au contraire une véritable aubaine qu'un marché ai une si bonne perspective d'avenir. C'est une opportunité de convertir notre économie industrielle polluante en une économie de services à la personne.
Réponse de le 10/06/2019 à 9:45 :
Un service de cette nature n'est qu'une distribution de richesse. Sans création de richesse, la distribution s'épuise et le service devient insolvable. La création de richesse, c'est l'industrie pour l'export.
Réponse de le 10/06/2019 à 10:16 :
Et les médicaments, les thérapeutes... Chaque activité humaine est une création de richesse. C'est simplement le fait que notre économie repose principalement sur la production de bien matériels. La médecine s'exporte, les hôpitaux attirent des clients étrangers... Il faut juste changer notre façon de calculer la création de richesse qui est biaisée par notre modèle économique moyenâgeux. Regarde les banques qui ne produisent aucun bien matériel, et qui pourtant gagnent énormément d'argent. C'est donc tout à fait possible de développer le marché de la santé qui concerne en plus la planète entière.
a écrit le 09/06/2019 à 12:53 :
Quand ce ne sont plus que des PEURS qui provoquent les comportements irresponsables des gens, nous avons découvert en toute crise passée que cela ne conduit qu'au pire déboulant en crise mondiale !
A l'inverse, l'individu voulu calme et confiant est mieux informé de l'intérieur dès qu'il se mêle à la nature, se bouge sainement et suffisamment...!!!
Mais nous en sommes venus, par peur de l'isolement, à fuir les campagnes sans ré...fléchir et les villes sont les seuls endroit planétaires surpeuplés (à l'inverse des périodes antérieures où la campagne surexploitée car surpeuplée "vivait" des famines).
LA SURPOPULATION URBAINE FORTEMENT DÉSÉQUILIBRÉE et trop STRESSÉE, vite MALADE à ne plus bouger est un FAIT..., qui devrait être une préoccupation politique mondiale traitée en urgence vers de très rigoureux contrôles des naissances.
L'Australie est la première à constater ces déséquilibres paysagites, écologistes, sans AGROFORESTERIE RETENUE entre TALUS ARBORÉS. Mais en plus, ce continent île sait très bien qu'il est menacé à terme par la SURPOPULATION CHINOISE !

D'où l'inquiétude récente de certains scientifiques australiens en constatant que là-bas aussi, dans leurs manigances rétrogrades leurs politiques se voilent la face, pas du tout prêts à prendre les décisions courageuses nécessaires en réduisant leurs échanges avec la Chine pour l'inciter à réduire vraiment ses naissances (comme devrait le faire Trump vis à vis de l'Amérique Latine, en particulier).
CHANGEONS, IL EST PLUS QUE TEMPS ! Ce ne serons plus du tout nos "réussites" technologiques seules qui feront LA différence !§!
La planète se révèle de moins en moins "extensible"... dans les faits et dans les chiffres !
a écrit le 09/06/2019 à 11:15 :
On voit bien dans cet article l'incompréhension des politiques sur le devenir de la planète la surpopulation et le respect des autres espèces.
Le vieillissement des population est notre bouée de sauvetage pour éviter la catastrophe
de la surpopulation incontrolable et ses conséquences irréversible pour l'écologie et la
biodiversité.

Occupés à calculer les manques à gagner et les couts des retraites à payer, nos hommes politiques se lancent dans une surenchère aux migrants pour attirer les peuples d'autres pays moins riches en espérant leur faire payer les retraites de nos anciens dont les cotisations ont été dépensées par le système de répartition entre générations.

Ce faisant ils ne font que reporter le problème sur d'autres pays d'où il retire les forces vives.
Heureusement les peuples des pays développés limite d'eux même le nombre de naissance et agissent de manière responsable.

Sans le vieillissement de la population, la démographie continuera à augmenter au même taux qu' actuellement.
Tôt ou tard cela conduira à un enfer.

Le vieillissement de la population est inéluctable.
La question est de savoir si ce vieillissement aura lieu suffisament tôt pour éviter
l'enfer que serait la surpopulation incontrôlée.

Malheuresement les politiques à travers le monde encouragent et investissent toujours pour l'accroissement des populations;
En même temps ils crient au scandale après les peuples pour protéger l'écologie.
Cessons cette mascarade.
Reconnaissons que le vieillissement protège la planète est que c'est un bien pour l'humanité et non un mal.

Demain la France
a écrit le 09/06/2019 à 10:50 :
"vieillissement démographique" : Le vieillissement démographique n'est pas un problème, c'est quelque chose de tout à fait naturel. S'en plaindre, c'est comme se plaindre que le soleil se couche le soir. On aurait dû l'affronter beaucoup plus tôt, au lieu de cela, on a préféré la fuite en avant de la surnatalité et de l'immigration en Europe. Maintenant, on va payer le prix de cette fuite.
a écrit le 09/06/2019 à 10:48 :
mais pourquoi s'occuper de tous ces gens non rentables ?
l’efficacité, la docilité, la rentabilité ne sont elles pas la base de notre merveilleuse société des premiers de cordée
quelle perte de temps et d'argent ces détails.... Licencions les de notre société radieuse, ils ne sont plus d'aucune utilité, un fric fou, je vous dit....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :