Le gendre de Trump devient l'interlocuteur des acteurs de la Silicon Valley

Jared Kushner multiplie les casquettes. A la demande de Trump, le mari d'Ivanka Trump s'est présenté en leader de la première édition de l'American Technology Council, un sommet réunissant les acteurs de la tech. Un événement qui intervient dans un climat de tension entre les mastodontes de la Silicon Valley et le président des Etats-Unis.
Le mari d'Ivanka Trump doit aider le gouvernement fédéral à prendre le virage du numérique en s'inspirant du secteur privé et à développer les technologies de l'information tout en réalisant des économies.
Le mari d'Ivanka Trump doit aider le gouvernement fédéral à prendre le virage du numérique en s'inspirant du secteur privé et à développer les technologies de l'information tout en réalisant des économies. (Crédits : Reuters/Jonathan Ernst)

Donald Trump semble bien décidé à propulser son gendre, Jared Kushner à un maximum de postes à responsabilité ! Le jeune homme, qui est déjà conseiller spécial du président et chargé des relations avec le Moyen-Orient, s'est vu attribuer un rôle clé dans la première réunion des acteurs de la Silicon Valley, devenant ainsi leur interlocuteur direct.

Lundi 20 juin, Jeff Bezos (Amazon), Tim Cook (Apple), Eric Schmidt (Alphabet, maison-mère de Google), Brian Krzanich (Intel) ou encore Satya Nadella (Microsoft) ont participé à à la première édition du American Technology Council, un sommet réservé aux acteurs du secteur technologique.  A la Maison-Blanche, le discret gendre du président a expliqué pour sa première élocution devant la presse :

"Notre objectif est simple: améliorer le vie quotidienne des citoyens", a-t-il expliqué au début de la réunion, insistant sur l'impérieuse nécessité de "moderniser l'infrastructure technologique du gouvernement".

Le virage du numérique

Le mari d'Ivanka Trump doit ainsi aider le gouvernement fédéral à prendre le virage du numérique en s'inspirant du secteur privé et à développer les technologies de l'information (stockage, réseaux, sécurisation des systèmes d'information) tout en réalisant des économies. Rien que ça !

Soulignant avoir été souvent mis en garde contre la résistance de la bureaucratie dans cette mission de modernisation, il a assuré qu'il n'en était rien: "Jusqu'ici, c'est tout le contraire", a-t-il dit.

Peu de détails concernant ces échanges ont fuité, cependant, dans le média Axios, Tim Cook le Pdg d'Apple avait confié vouloir demander à l'administration américaine de renforcer le cryptage des communications. Tandis que Jeff Bezos, le Pdg d'Amazon, souhaite quant à lui insister auprès de la Maison Blanche pour le développement de l'intelligence artificielle et du "maching learning", des technologies qu'il utilise déjà notamment avec son assistant personnel intelligent Alexa.

> Lire aussi: Trump crée un "bureau de l'innovation" confié... à son gendre Jared Kushner

Une réunion sous climat de tensions

Cette rencontre avec les géants de la Silicon Valley a pour ambition de détendre des relations entachées des désaccords entre les mastodontes technologiques et le président Trump sont nombreux concernant l'administration, l'immigration ou encore le climat. La volonté de Trump de réformer les visas H-1B, plébiscités par les acteurs du milieu technologique suscite notamment de fortes inquiétudes. En effet, de nombreux scientifiques, ingénieurs et programmateurs informatiques, notamment indiens, voient en ces permis de travail à durée déterminée une passerelle pour rejoindre les sociétés technologiques américaines attractives.

De plus, les géants de la Silicon Valley ont, pour la plupart, désapprouvé la décision de Donald Trump de quitter l'accord de Paris. Selon l'expression du Information Technology Industry Center (ITI) qui regroupe notamment Apple, Ebay et Yahoo!, cette décision "scellait un revers pour le leadership américain dans le monde".

> Lire aussi: Climat : les patrons américains déçus par la décision de Donald Trump

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/06/2017 à 14:05
Signaler
Il pourrait être Chinois notre trumpy il n'a confiance qu'en sa famille...et encore.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.