Le Kremlin envisage de faire signer un « accord de loyauté » aux étrangers arrivant en Russie

Le ministère russe de l'Intérieur travaille à une obligation pour les étrangers se rendant en Russie de signer un « accord de loyauté », selon l’agence de presse publique TASS. Ils auraient notamment pour interdiction de critiquer la politique du Kremlin. Si le pouvoir russe réprime toutes les voix dissidentes depuis le début de son offensive en Ukraine, ce serait néanmoins la première fois qu’il viserait des citoyens non-russes.
Depuis son offensive en Ukraine en février 2022, le pouvoir russe a renforcé la répression de toute voix dissidente.
Depuis son offensive en Ukraine en février 2022, le pouvoir russe a renforcé la répression de toute voix dissidente. (Crédits : MAXIM SHEMETOV)

Les étrangers foulant le sol russe devront peut-être faire attention à ce qu'ils disent. L'agence de presse publique TASS a en effet indiqué ce mercredi 29 novembre qu'un projet de loi les obligeant à signer un « accord de loyauté » serait dans les cartons du ministère russe de l'Intérieur.

« L'accord de loyauté, c'est une autorisation des autorités de la Fédération de Russie pour laisser entrer un citoyen étranger en Russie et l'accord d'un citoyen étranger entrant en Russie pour respecter des interdictions instaurées afin de défendre les intérêts nationaux de la Russie », précise le document consulté par TASS.

Le Kremlin a, lui, refusé de se prononcer sur cette initiative. « Nous n'avons aucun commentaire à faire », a déclaré ce mercredi lors de son briefing quotidien, Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe.

Lire aussiLa Russie allonge sa liste de responsables européens interdits d'entrée sur son territoire

Panoplie d'interdictions

Le document liste toute une série d'obligation. Ainsi, un citoyen étranger signant cet accord n'aura notamment pas le droit pendant son séjour de « discréditer, sous toute forme, la politique extérieure et interne de la Russie ». Il sera également interdit « d'abuser du droit de la liberté d'information, notamment en diffusant des informations visant à déprécier ou à nier des valeurs morales importantes inscrites dans la Constitution ». Ces « valeurs » à ne pas critiquer concernent notamment « l'idée du mariage comme l'union entre un homme et une femme » (inscrite dans la Constitution depuis 2020).

Les étrangers signant ce document auront également l'interdiction de diffuser des informations faisant « la propagande de relations sexuelles non-traditionnelles » ou visant « à déformer la vérité historique sur l'exploit du peuple soviétique » dans « sa contribution à la victoire sur le fascisme » lors de la Seconde guerre mondiale.

Le texte prévoit aussi d'interdire aux étrangers arrivés en Russie d'appeler à la modification ou à l'introduction de lois, ou d'avoir une « attitude négligente » envers l'environnement et les « valeurs matérielles et culturelles » du pays, toujours selon TASS.

Lire aussiRussie : accusé de promotion d'« activités terroristes », un responsable de Meta (Facebook) risque 20 ans de prison

L'agence TASS ne précise pas quelles sanctions seraient possibles en cas de violation de cet accord. Pour l'heure, le texte n'a pas été soumis à la Douma, la chambre basse du Parlement, en vue d'une adoption.

Taire toutes les voix dissidentes

Depuis le début de son offensive en Ukraine en février 2022, le pouvoir russe a renforcé la répression de toute voix dissidente. Ce serait toutefois la première fois qu'il viserait des citoyens étrangers.

Jusqu'à présent, seuls les citoyens russes étaient concernés. Ainsi, la quasi-totalité des opposants d'envergure sont en prison ou en exil à l'étranger. La semaine dernière, par exemple, la justice russe a classé « agent de l'étranger » l'ex-Premier ministre Mikhaïl Kassianov, devenu opposant au pouvoir, et qui a quitté la Russie en dénonçant la guerre en Ukraine. Ce statut impose aux personnes ou entités visées de lourdes contraintes administratives, dont un contrôle régulier de leurs sources de financement. Il impose également d'accompagner obligatoirement toute publication, y compris sur les réseaux sociaux, du label « agent de l'étranger ».

Les autorités russes s'en prennent aussi à « monsieur et madame tout le monde », quel que soit l'âge. Des centaines de Russes, accusés d'avoir « discrédité » l'armée russe, ont notamment été poursuivis. Le procès d'un étudiant de 18 ans, le plus jeune Russe jugé pour avoir diffusé de « fausses informations » sur l'armée russe, a d'ailleurs débuté ce lundi. Maxime Lypkan risque jusqu'à 10 ans de prison en raison d'avoir prévu d'organiser une action de protestation contre l'offensive russe en Ukraine.

Un cas loin d'être isolé. Alexandra Skotchilenko, une artiste russe de 33 ans, est en détention provisoire depuis 18 mois. Elle a été arrêtée en avril 2022 pour avoir remplacé les étiquettes de prix sur des produits dans un supermarché par des messages dénonçant l'invasion russe en Ukraine. Elle pourrait être condamnée, elle aussi, à 10 ans de prison.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 29/11/2023 à 16:35
Signaler
Il y a encore des étrangers en Russie? En Chine? ...en Corée du Nord?( non là y a pas d'étranger). Il faut être complètement maso pour envisager un instant de rester ou mettre un pied dans de telles Dictatures, Autocraties, pays de voyous et de mafi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.