Le monde fête un deuxième Nouvel An sous l'ombre du Covid et de son variant Omicron

Le monde a célèbré samedi le passage à la nouvelle année, avec des festivités annulées ou sévèrement encadrées pour cause de Covid, entamant une troisième année de pandémie avec une explosion des contaminations... mais de timides signes d'espoir pour 2022.

9 mn

Une femme et un enfant posent pour une photo lors de la célébration du Nouvel An à Eastwood Mall, à Quezon City, aux Philippines, le 1er janvier 2022.
Une femme et un enfant posent pour une photo lors de la célébration du Nouvel An à Eastwood Mall, à Quezon City, aux Philippines, le 1er janvier 2022. (Crédits : Reuters)

>> Première mise en ligne 01/01/2022 09:30 | Mise à jour 01/01/2022 12:20

Le monde célèbre samedi le passage à 2022 avec des festivités souvent restreintes, sur fond d'explosion des contaminations au Covid. Le cap symbolique du million de cas quotidiens de coronavirus dans le monde a été franchi dans les dernières heures de l'année 2021, après l'émergence du variant Omicron, particulièrement contagieux.

Officiellement, plus de 5,4 millions de personnes sont mortes depuis que le virus a été identifié pour la première fois en Chine en décembre 2019.

Nouvelle année sous le signe du Covid et de son variant Omicron

La Grande-Bretagne, les États-Unis et même l'Australie, longtemps restée à l'abri de la pandémie, battent des records de nouveaux cas.

La France a annoncé à son tour jeudi qu'Omicron était désormais majoritaire sur son territoire. Toutefois, dans ses vœux à la nation, le président français Emmanuel Macron s'est déclaré "résolument optimiste", souhaitant que 2022 soit aussi "l'année de sortie de l'épidémie".

Lire aussi 3 mn"L'année 2022 sera peut-être celle de la fin de l'épidémie", dit Macron

"Les semaines à venir seront difficiles. Nous le savons tous. Le virus circule et circulera de plus en plus", a dit le chef de l'État, soulignant que la vaccination et la campagne de rappel devraient permettre de limiter "au maximum" les restrictions.

Vendredi, la France a enregistré vendredi 232.200 nouveaux cas confirmés de coronavirus en l'espace de vingt-quatre heures, soit un nouveau record quotidien depuis le début de la crise sanitaire l'an dernier.

Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé lundi une série de nouvelles mesures sanitaires visant à freiner la propagation du coronavirus et des variants Delta et Omicron, alors que le projet de loi créant un "pass vaccinal" en remplacement du pass sanitaire a été présenté en Conseil des ministres. Ce projet de loi vise à renforcer l'incitation à la vaccination, en fermant de fait l'accès de certains lieux, comme les cafés, les restaurants ou les cinémas aux personnes non vaccinées.

Lors de son allocution télévisée, Emmanuel Macron a ajouté que le gouvernement français avait tout fait pour éviter de prendre des restrictions pesant sur les libertés des Français.

"Quelque soit ma place et les circonstances, je continuerai à vous servir", a-t-il conclu.

Malgré le Covid qui frappe de nouveau New York, la "ville qui ne dort jamais" se prépare à fêter le Nouvel An sur l'emblématique Times Square au coeur de Manhattan, avec sa célébrissime descente de la boule, son compte à rebours et son lâcher de confettis. La Bourse de New York a clôturé, sur une note calme vendredi, une année 2021 excellente, en dépit du variant Omicron, avec un bond de 27% pour l'indice élargi S&P 500, le plus représentatif du marché américain. Sur l'année, le Dow Jones a engrangé 18,7% et 21,3% pour le Nasdaq, qui concentre les valeurs technologiques.

Spectacles de Noël annulés, croisières à éviter, avions incapables de décoller: le variant Omicron a déjà semé la pagaille aux États-Unis, et pourrait contribuer à la pénurie de travailleurs, voire à la vertigineuse hausse des prix que connaît le pays.

Les organisateurs du CES (Consume Electronic Show), grand salon de la Tech devant se tenir la semaine prochaine à Las Vegas, ont annoncé vendredi qu'ils maintenaient bien l'événement, mais avec un jour de moins à cause de la flambée actuelle.

Les absences du personnel hospitalier dues au Covid-19 ont doublé en un mois en Angleterre, confrontée à des contaminations record, renforçant la pression sur le système de santé au moment où les admissions bondissent.

Selon des chiffres publiés vendredi par le service national de santé pour l'Angleterre, NHS England, plus de 24.000 absences de personnel à l'isolement, car infectés par le coronavirus ou cas contact étaient recensées au 26 décembre, contre moins de 12.000 fin novembre.

Les Philippines vont renforcer les restrictions dans la capitale Manille en raison de craintes d'une "croissance exponentielle" de cas provoquée par le variant Omicron très contagieux, a annoncé le gouvernement. Les restaurants, parcs, églises et salons de beauté pourront ouvrir, mais avec des capacités d'accueil restreintes.

Israël a commencé vendredi à administrer une 4e dose de vaccin à des personnes vulnérables dans l'espoir d'atténuer les effets d'une nouvelle vague de contaminations liée à la propagation du variant Omicron.

Plus de 5,4 millions de morts

La pandémie a fait au moins 5.428.240 morts dans le monde depuis décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, jeudi en milieu de journée.

Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 825.477 morts, suivis par le Brésil (618.984), l'Inde (481.080) et la Russie (308.860).

L'Organisation mondiale de la santé estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

La Chine a bouclé la dernière semaine de l'année 2021 avec le plus grand nombre de nouveaux cas de COVID-19 transmis localement sur une période de sept jours depuis la fin de la première vague de l'épidémie dans le pays il y a près de deux ans et ce, malgré un arsenal de mesures parmi les plus strictes au monde. L'autorité sanitaire a fait état samedi d'une hausse des nouveaux cas locaux symptomatiques à 175, ce qui porte le total sur la semaine à 1.151 en Chine continentale.

Cette recrudescence est principalement due à l'apparition d'une épidémie à Xian, une ville de 13 millions d'habitants placée en confinement depuis dix jours où 1.451 cas symptomatiques locaux ont été recensés depuis le 9 décembre, soit le chiffre le plus élevé pour une localité chinoise en 2021. L'aggravation de l'épidémie à Xian va probablement renforcer la détermination des autorités à enrayer rapidement les transmissions alors que Pékin accueillera du 4 au 20 février les Jeux olympiques d'hiver.

Des festivités du Nouvel An caractérisées par un calme qui plait à certains

Les îles Kiribati, dans le Pacifique, ont été les premières à célébrer la nouvelle année.

Dans le Cachemire indien, une bousculade vers 02h45 locales a fait au moins 12 morts et treize blessés dans le sanctuaire de Mata Vaishno Devi, l'un des sanctuaires hindous les plus fréquentés du nord de l'Inde.

"Le bilan pourrait être plus lourd, car la route menant au sanctuaire situé au sommet d'une colline était bondée de fidèles qui tentaient de s'y rendre à l'occasion des traditionnelles prières du Nouvel An", a indiqué un représentant des autorités.

De Séoul à Mexico et San Francisco, de nombreuses festivités ont été, une nouvelle fois, annulées ou sévèrement encadrées.

A Paris, où le traditionnel feu d'artifice de la Saint-Sylvestre a été annulé, des milliers de touristes et de badauds - beaucoup moins nombreux qu'avant la pandémie - ont déambulé sur l'avenue des Champs-Élysées, bordée d'arbres scintillants, où les policiers contrôlaient le port du masque, à nouveau obligatoire.

En plein coeur de Madrid, le traditionnel rassemblement à la Puerta del Sol a réuni quelque 7.000 personnes pour avaler des grains de raisin au son des douze coups de minuit.

A Sydney, ville qui se vante habituellement d'être la "capitale mondiale du Nouvel An", la foule était inhabituellement peu nombreuse sur le port pour assister au traditionnel feu d'artifice.

A Dubaï (Emirats arabes unis), 36 feux d'artifice sur 29 sites ont embrasé la ville. Les fêtards se sont rassemblés dès le début de la soirée pour assister au spectacle de la plus haute tour du monde, la Burj Khalifa.

Au Brésil, deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie après les États-Unis, Rio de Janeiro a réduit la voilure pour ses célébrations, qui attirent annuellement trois millions de touristes sur la célèbre plage de Copacabana. Cette année, les concerts ont été annulés, l'accès au quartier restreint, et la pluie de l'été tropical s'est invitée.

Vendredi, trois heures avant l'entrée dans 2022 et les 16 minutes de feux d'artifice au-dessus de la baie, seul un nombre limité de fêtards - pour la plupart habillés de blanc comme le veut la tradition - avaient répondu présent.

A New York, les fêtards ont commencé à se regrouper vendredi soir sur l'emblématique Times Square, au coeur de Manhattan, pour assister au compte à rebours juste avant minuit et au lâcher de la boule et des confettis qui marque l'entrée dans la nouvelle année.

Le maire Bill de Blasio avait promis que la fête aurait lieu, mais avec seulement 15.000 personnes sur Times Square au lieu de 60.000, toutes masquées et vaccinées.

Le président américain Joe Biden a appelé vendredi à l'unité dans un message vidéo: "Alors que nous entrons dans la nouvelle année, je suis plus optimiste sur l'avenir de l'Amérique que je ne l'ai jamais été (...) Chaque crise à laquelle nous avons été confrontés, nous l'avons transformée en une opportunité d'être une nation plus forte et meilleure".

En Russie, le président Vladimir Poutine dans ses vœux télévisés a évoqué l'épidémie de Covid, sans citer le chiffre de plus de 600.000 morts établi la veille par l'agence nationale des statistiques - deux fois plus que le chiffre communiqué par le gouvernement -, qui place le pays parmi les plus endeuillés au monde.

Les experts espèrent que l'année 2022 marquera une nouvelle phase, moins meurtrière, de la pandémie.

La distribution de vaccins à environ 60% de la population mondiale laisse entrevoir une lueur d'espoir, bien que certains pays pauvres n'y aient toujours qu'un accès limité et qu'une frange de la population y reste réticente.

Mais l'Organisation mondiale de la santé prévoit de prochains mois éprouvants; son chef, Tedros Adhanom Ghebreyesus, disant redouter qu'Omicron "plus transmissible, circulant en même temps que Delta, entraîne un tsunami de cas".

(avec l'AFP et Reuters)

9 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 02/01/2022 à 10:03
Signaler
Oh la la mon dieu on va encore tous mourir !!!

à écrit le 01/01/2022 à 13:20
Signaler
En 2022 pour la France : obligation du pass vaccinal pour travailler aux alentours du 1er février ; suspension des allocations chômage et sociales pour les non vaccinés (comme au Canada) aux alentours de mai, première étape vers le crédit social ; in...

le 01/01/2022 à 13:26
Signaler
pour reprendre un internaute " vous delirez auriez vous le covid,"

à écrit le 01/01/2022 à 12:14
Signaler
Il y aura toujours trop de gens hospitalisés et toujours trop de morts, cependant, quand je compte le nombre de personnes contaminées autour de moi, de tous âges et sans vraiment être malades plus qu'un rhume ou une petite grippe, je ne pense pas (po...

le 01/01/2022 à 13:25
Signaler
vous oubliez d autres aspects les arrets de travail des 220 000 contamines actuellement quand ils seront 1 million ou plus vous verrez les consequences sur les services publics et l economie ce qu inquietent deja les usa et la gb qui ne peuvent etres...

le 01/01/2022 à 16:32
Signaler
Vous avez raison, les infirmières sont dans le complot jusqu'au cou.... entre les niais, les rassuristes, les négationistes, les pro ou anti vaccs de supermarché, les facebookistes, les expertologues, les lobbies, les corrompus, les sinistres ministr...

le 02/01/2022 à 9:08
Signaler
Quand je pense, que les médecins rechignaient il y a encore peu de temps à donner un arrêt de travail aux salariés lors de la grippe saisonnière pour pas faire couler la sécu.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.