Le Petro, "bitcoin vénézuélien", vaudra un baril de pétrole

 |   |  472  mots
(Crédits : DR)
Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, avait annoncé le 3 décembre la création d'une monnaie virtuelle. Baptisée Petro, elle devrait être basée sur la richesse pétrolière du Venezuela, dont les réserves sont parmi les importantes au monde.

Il n'est pas encore lancé, mais il a déjà une valeur. Le Petro, "bitcoin vénézuélien", aura une valeur équivalente à celui d'un baril de pétrole, a annoncé le président Nicolás Maduro. "Pour chaque Petro, un baril de pétrole, c'est ça sa valeur", a indiqué mercredi le président vénézuelien, sans donner de précisions sur la date du lancement de cette monnaie virtuelle, ni sur le mécanisme permettant de procéder à des transactions avec cette monnaie. Le baril de brut vénézuelien a fini la semaine dernière à 56,57 dollars, selon le ministère du Pétrole. Le prix moyen en 2017 a été de 46,45 dollars après 35,15 dollars l'année précédente.

Nicolas Maduro avait annoncé le 3 décembre la création de cette monnaie virtuelle, baptisée Petro, qui devrait être basée sur la richesse pétrolière du Venezuela dont les réserves sont parmi les importantes au monde. Mercredi, il a souligné que le Petro serait adossée aux champs de l'Orinoco, une région minière de 55.000 km2 du sud-est du pays qui renferme un énorme réservoir de brut lourd et extra-lourd.

"Je vais annoncer officiellement la désignation du champ numéro un du bloc Ayacucho (...) pour qu'il soit la base de soutien matériel de cette "pétromonnaie", a affirmé Nicolas Maduro, en précisant que le gisement renfermait des réserves de 5 milliards de barils de pétrole "certifiés internationalement".

Lire aussi : Pour contrer le blocus financier et le Bitcoin, le Venezuela crée sa cryptomonnaie

Une dette extérieure estimée à 150 milliards de dollars

L'objectif de cette cryptomonnaie : lutter contre le "blocus financier" des Etats-Unis, avançait alors le chef d'Etat vénézuélien, début décembre. En effet, le gouvernement avait assuré que le Petro permettrait "d'avancer vers de nouvelles formes de financement international", face aux sanctions financières américaines. Washington interdit à ses citoyens et ses entreprises d'acheter des obligations du Venezuela et de son groupe pétrolier d'Etat PDVSA.

Commentant les annonces de Nicolas Maduro sur Twitter, un économiste, Luis Oliveros, a estimé que le Petro n'était "pas une cryptomonnaie mais un titre de dette, adossé à un actif : le pétrole".

Le Venezuela, mis en difficulté par la chute des cours de l'or noir dont il tire 96% de ses devises, est acculé à restructurer une dette extérieure estimée à environ 150 milliards de dollars par certains experts. Le pays et sa compagnie pétrolière PDVSA sont déjà considérés comme étant partiellement en défaut de paiement par plusieurs agences de notation. La population souffre de graves pénuries d'aliments et de médicaments, faute d'argent pour les importer.

Lire aussi : Pour Maduro, le Venezuela doit (vite) restructurer sa dette

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2017 à 9:28 :
Ça sent les initiatives staliniennes ça, certain Goldman Sachs qui a du donner l'idée à Maduro, entre joyeux bouts en train on se comprend
Réponse de le 29/12/2017 à 12:28 :
Ca sent surtout les initiatives désordonnées et désespérées de la mafia chaviste pour tenter de débloquer l'économie vénézuelienne de la situation qu'elle a elle-même créée par ses choix économiques où l'ineptie le dispute au clientélisme. Exemple, au Venezuela l'essence est à très bas prix car elle est vendue en deçà de son prix coûtant (elle est majoritairement réimportée des USA puisque le pétrole vénézuelien est très lourd et ne peut être raffiné sur place). Même si le pays fait le choix de ne pas, comme en France, assommer de taxes le consommateur de carburants, le minimum serait de la vendre au prix coûtant car il y a mieux à faire de l'argent public que de subventionner la consommation d'essence...
Réponse de le 29/12/2017 à 15:03 :
"mafia chaviste"

Chavez est mort, quand vous parlez de la mafia américaine vous dites la mafia d'al capone ?

Vous croyez que la mafia obéit à un mort ?

Apprenez à écrire au moins, sans exposer vos ressentiments qui ne font que discréditer votre propos, merci.
Réponse de le 30/12/2017 à 10:47 :
@citoyen : vous avez raison, il vaut mieux parler de mafia bolivarienne (Bolivar est pour sa part mort il y a 187 ans). En attendant je constate avec satisfaction que vous ne contestez pas le fait que le pouvoir vénezuelien actuel est d'essence mafieuse, peu importe qu'l soit chaviste, maduresque, socialiste ou bolivarien.
a écrit le 29/12/2017 à 9:14 :
La monnaie virtuelle est le summum du capitalisme puisque reposant sur la seule spéculation ! étonnant cette finalité d'un pays qui rejetant le capitalisme le nourri par son idéologie et ses erreurs.
a écrit le 28/12/2017 à 22:02 :
Quelle est la valeur d'un Petro ? peanuts, car la compagnie pétrolière vénézuelienne, PDVSA, a été tellement saignée à blanc pour financer les programmes clientélistes chavistes, est, faute d'investissement, incapable de maintenir sa production, donc a fortiori de l'augmenter. La seule alternative pour le régime est de VENDRE directement ses champs pétroliers à des grandes compagnies internationales.
a écrit le 28/12/2017 à 18:22 :
Surprise que le papier de la dictature, ne soit pas à l"effigie du Singe. Question de clarté et de sincérité. Mélenchon et son million et demi d'euros de patrimoine, achètera du Maduro : OU !!!! sinon pas sympa du tout. Maduro çà pèse lourd fout de meme.
a écrit le 28/12/2017 à 18:13 :
Le faux-bitcoin de l'idole et Modèle de Mélenchon, n'est RIEN D AUTRE qu'une Obligation Pourrie : un titre de surdette pourrie. Une obligation Grecque ou Brésilienne est bien plus sùre.
a écrit le 28/12/2017 à 17:53 :
Le Gras Communiste Prolétaire Maduro et Le Gras Bébé Communiste Prolétaire de Corée ( 300KG à eux deux ), vivent dans le Luxe, Fortune, et Sur-Abondance pour eux. Aucune !!!!!!! confiance dans un Bitcoin de Dictature Mélancho-Vénézuellienne : risque de confiscation autoritaire.
a écrit le 28/12/2017 à 17:32 :
Ces monnaies virtuelles sont des pièges à con's ... la seule monnaie qui a des atouts crédible c'est l'euro, à vous de vous méfiez des assurances vie qui proposent les placement sur d'autres monnaies (genre de mixe)!
a écrit le 28/12/2017 à 15:37 :
depuis quand les communistes ont besoin d'argent? ils n'ont pas besoin d'echanger, ca c'est pour les ultra liberaux, ils ont besoin de pauvres pour suivre les plans de lenine........... ah oui, j'oubliais! la nomenklatura du politburo veut bien de la pauvrete, mais seulement pour les autres! socialisme bien ordonne commence.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :