Pour contrer le blocus financier et le Bitcoin, le Venezuela crée sa cryptomonnaie

 |   |  854  mots
(Crédits : DR)
Le Venezuela va créer une cryptomonnaie, le Petro, pour maintenir une souveraineté monétaire, et pour procéder à ses transactions financières malgré le blocus financier.

> Publié le 05/12/2017 - Mis à jour le 06/12/2017 à 15:54

Le président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé dimanche la création du "Petro", une monnaie virtuelle basée sur les réserves de pétrole du pays, pour lutter contre le "blocus financier" des États-Unis. Outre le pétrole -dont le Venezuela détient les réserves les plus importantes de la planète-, cette nouvelle monnaie virtuelle sera basée sur le gaz, les stocks d'or et de diamants, a indiqué le président Maduro lors de son émission télévisée hebdomadaire.

 "Cela nous permettra d'avancer vers de nouvelles formes de financement international pour le développement économique et social du pays ", a-t-il déclaré.

Le gouvernement a également annoncé la création d'un "Observatoire de la Blockchain", une plateforme d'échanges de cryptomonnaie.

Contrer le blocus coûte que coûte

Mis en difficulté par la chute des cours du pétrole, dont il tire 96% de ses devises, sanctionné par les agences de notation, le pays est acculé à restructurer une dette extérieure estimée à environ 150 milliards de dollars par certains experts, alors que sa population souffre déjà de graves pénuries d'aliments et de médicaments, faute d'argent pour les importer.

Le Venezuela et la compagnie pétrolière d'État PDVSA sont déjà considérés comme étant en défaut de paiement partiel par plusieurs agences de notation. Face à cela, Caracas accuse Washington de "persécution financière", auquel le président américain Donald Trump ayant imposé fin août des sanctions économiques au Venezuela.

Petro sera-t-elle adoptée par les Marchés ?

L'annonce de M. Maduro intervient alors que le Venezuela, mis en difficulté par la chute des cours du pétrole dont il tire 96% de ses devises et sanctionné par les agences de notation, est acculé à restructurer une dette extérieure estimée à environ 150 milliards de dollars par certains experts. Sa population souffre déjà de graves pénuries d'aliments et de médicaments, faute d'argent pour les importer.

Bien que le président n'ait guère fourni de détails sur le projet, des analystes comme Henkel Garcia, directeur du cabinet de consultants Econometrica, ont estimé limitées ses chances de succès. "Vous pouvez la lancer, mais la confiance, l'acceptation et l'utilisation seront les éléments déterminants du succès de la cryptomonnaie. Pour moi, il sera assez limité", a dit M. Garcia.

"Le bolivar est également soutenu par des réserves, mais n'a aucune force".

"La confiance dans un pays dépend des niveaux de production et de richesse qu'il génère", a-t-il poursuivi, "par exemple les gens font confiance au dollar en raison des niveaux de richesse qui y sont associés".

Casser la fascination des Vénézuéliens pour le Bitcoin

Les cryptomonnaies ne sont pas inconnues au Venezuela, considéré par les spécialistes comme un havre pour la production de bitcoins à moindres coûts.

 Dans les pays où une inflation galopante devient intenable pour la population, le Bitcoin tient souvent le rôle de valeur refuge. Au Venezuela, pays souffrant actuellement du plus fort taux d'inflation au monde, le bolivar vénézuélien a perdu 95,5% face au dollar au marché noir.

L'usage de la cryptomonnaie est une réalité depuis fin 2016 dans le pays. La monnaie numérique n'est limitée par aucun contrôle bancaire ou gouvernemental, et des utilisateurs vénézuéliens y voient une alternative sécuritaire dans un cadre économique où le gouvernement sanctionne les échanges en devises étrangères, tandis que, selon les analystes, l'inflation atteindrait  2.300 % en 2018. Selon les estimations, des dizaines de milliers de personnes fabriquent des bitcoins pour se protéger de l'inflation. Ces "mineurs" de bitcoins échangent leurs gains en dollars ou en nouveaux bitcoins. La loi au Venezuela n'interdit pas le "minage" de bitcoins, dans lequel sont d'ailleurs impliqués certains fonctionnaires selon des experts, mais les autorités poursuivent ceux qui utilisent ce moyen pour dérober de l'énergie.

En décembre 2016, les Vénézuéliens se sont dépêchés de changer leurs billets de 100 bolivars - la plus importante coupure - après que le gouvernement eut annoncé que ceux-ci seraient retirés de la circulation dans ce qui a été présenté comme une démarche contre l'enrichissement illicite. Bien que les utilisateurs de bitcoins ne représentent encore qu'une minorité réduite, certains estiment que la devise deviendra plus populaire au Venezuela au fur et à mesure qu'augmentera l'incertitude économique.

L'envolée du cours du bitcoin qui a atteint mardi 5 décembre les 12.000 dollars et qui place la sulfureuse cryptomonnaie à 1.200% d'augmentation par rapport à sa valeur du début de l'année ; alors que dans la même période selon le FMI, l'hyperinflation vénézuélienne atteint 800% en 2017, a-t-elle donné des idées au gouvernement bolivien. En créant sa cryptomonnaie indexée sur les ressources naturelles du pays. Le Venezuela va-t-il acquérir des volumes conséquents de bitcoins en échange du Petro ? Seul l'avenir nous le dira.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2017 à 18:12 :
Je vous conseille vraiment https://hashflare.io/r/F5889326-news c'est une société qui existe depuis 3 ans et qui est solide! je fais environ 1.3% par jour grâce au mining chez eux
Réponse de le 08/12/2017 à 17:33 :
merci je me suis inscris et ca rapporte même plus que 1.3% par jour! merci 1000 fois.
Jean louis
a écrit le 07/12/2017 à 9:55 :
Une monnaie de spéculateur, sans contrôle ni régulation, on est loin de l'idéologie chaviste ou le peuple par l'intermédiaire de l'état tout puissant combat l'exploitation capitaliste et s'assure l'indépendance de ses richesses !
a écrit le 07/12/2017 à 9:14 :
vraiment pathetique!
remplacer une monnaie qui vaut zero par une autre qui vaut encore moins!
il n'a pas compris que pour qu'une monnaie serve a qqch il faut une contrepartie, que l'adosser a des stocks inexistants, c'est limite, surtout quand on a prouve sa capacite a ne pas respecter sa parole, et les les venezueliens sont fascines par le BC, c'est uniquement pour ne pas detenir de monnaie qui ne vaut rien dans un pays qui va avoir 6000 % d'inflation cette annee!
il n'est plus a un mensonge pres, Melanchon doit etre fier de la bonne revolution bien socialiste qui ruine tt le monde!
felicitations, fabriquer des pauvres a cette echelle quand on a le pays le plus riche d'amerique du sud, ca n'a rien de liberal!
a écrit le 06/12/2017 à 16:49 :
Bientôt une nouvelle monnaie la pasta avec pour les cents :le vermicelle et pour plus grosse coupure le cannelloni. On pourra se promener comme au temps du club med avec des colliers de nouilles et comme devise étrangère le grain de riz ou la lentille .D'ou l'expression j'ai vendu mon bien pour un plat de lentilles.
a écrit le 05/12/2017 à 14:10 :
Au bout d'un certain temps, avec Melenchon (disciple car grand admirateur de Maduro et de Chavez), nous aurions eu droit au bitfi, qui sait ?
Cordialement
a écrit le 05/12/2017 à 9:06 :
Maintenant que Maduro a l'aval de Goldman Sachs les financiers peuvent parier dessus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :