Le prix du pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

 |   |  353  mots
Le prix du pétrole souffre de la mauvaise passe de l'économie mondiale.
Le prix du pétrole souffre de la mauvaise passe de l'économie mondiale. (Crédits : Reuters)
La croissance mondiale connaît sa plus faible progression en 2018, et pèse sur la demande globale de pétrole.

Les prix du pétrole baissent ce jeudi en cours d'échanges européens, toujours sous l'effet des craintes sur l'économie mondiale, renforcées par les données économiques chinoises et les stocks américains. Vers 09H00 GMT (11H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 58,73 dollars à Londres, en baisse de 1,26% par rapport à la clôture de mardi.À New York, le baril américain de WTI pour livraison en septembre s'échangeait à 54,75 dollars, 0,87% de moins que la veille.

En cause, les craintes d'une récession

"En ce qui concerne le pétrole, les craintes concernant la croissance mondiale ont été exacerbée par le recul de la production industrielle chinoise", a expliqué Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

La croissance mondiale a fortement ralenti le mois dernier, connaissant sa plus faible progression en 17 ans, selon des chiffres publiés mercredi par le Bureau national des statistiques (BNS). Le ralentissement de l'industrie chinoise pèse sur la demande mondiale de pétrole.

"Avec cela en toile de fond, le pétrole s'est pris un autre coup mercredi après l'annonce par l'Agence américaine d'information sur l'Énergie (EIA) d'une hausse des stocks de brut américains", ont relevé les analystes de JBC Energy.

Selon les chiffres publiés par l'agence, les stocks de brut aux États-Unis ont augmenté de 1,6 million de barils lors de la semaine achevée le 9 août. Une hausse des stocks implique une offre plus abondante d'or noir, de nature à faire baisser les cours.

De plus, le taux d'intérêt sur la dette américaine à dix ans est passé temporairement mercredi sous celui des bons à deux ans, pour la première fois depuis 2007. Ce phénomène, connu sous le nom d'"inversion de la courbe des taux", reflète la différence de rendement accordé par l'État américain aux investisseurs misant sur sa dette à court ou à long terme. Particulièrement redouté des marchés financiers, il est généralement l'indicateur avancé d'une récession, ce qui a pénalisé mercredi l'ensemble des marchés financiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2019 à 15:16 :
La croissance de la consommation mondiale d'énergie est grosso modo proportionnelle à la population mondiale.L'augmentation de population génère mécaniquement une hausse de la consommation qui peut être accentuée par la hausse du niveau de vie(croissance PIB mondial); Quand on regarde l'historique on observe une baisse en 1998-2000 et 2008-2009, mais elle est faible, de l'ordre du pourcent et la courbe se remet en ligne très vite.Pas de quoi justifier une chute de la production pétrolière. Pour info la production journalière de pétrole seul est pratiquement de 100 millions de barrils jour chiffre que tous les grands experts ne pensaient pas atteignables il y a une quinzaine d'années.Attention aux phénomènes saisonniers qui alimentent les fake news et la spéculation!
a écrit le 16/08/2019 à 14:49 :
Avec des états unis devenus premiers producteurs mondiaux et ayant réussi à faire baisser drastiquement le coût de l'exploitation de leur gaz de schiste le tout dans un contexte de profonde crise mondiale qui s'installe, logique, disons que la curiosité c'est le lobby pétrolier qui arrive de moins en moins à tenir ce cours largement au dessus de sa valeur.

Et de grâce si vous pouviez dire aux lrem que c'est pas macron avec ses voitures électriques svp, avec toutes les idioties avec lesquelles ils nous soulent déjà, ce ne serait pas du luxe, merci.
a écrit le 16/08/2019 à 8:15 :
Finalement Trump avec ses menaces commerciales aura plus fait pour la décroissance que tous les autres réunis. C’est une bonne nouvelle cette baisse de la consommation
a écrit le 15/08/2019 à 22:08 :
L'OPEP n'avait pas "prévu"(estimé) une baisse de demande pour 2019 ? Ce qui a permis de fermer un peu les robinets pour ne pas voir les prix trop baisser (Katastrophe).
a écrit le 15/08/2019 à 20:28 :
" Une hausse des stocks implique une offre plus abondante d'or noir, de nature à faire baisser les cours."

Non la chaine de causalité c'est plutot à offre equivalente d'or noir, la baisse de sa consommation entraine une hausse de son stockage qui illustre, signal la baisse de sa demande donc entraine une baisse des cours. Un feedback quoi.
a écrit le 15/08/2019 à 20:20 :
"Le prix du pétrole baisse"
Ah oui vous trouvez ?
Quelle pompe svp ?
Réponse de le 15/08/2019 à 22:05 :
Il faut du temps entre l'achat de pétrole, son transport, le raffinage puis l'arrivée dans la citerne de la pompe.
Si le baril a baissé y a 2 jours, ne pas espérer un effet dès lundi prochain.
Dimanche en allant à Chambéry j'ai vu le gazole à 1,314, il était à 1,39x y a 2 semaines, environ (à la même pompe, en passant, je consomme très peu).
Quand le $$ monte, vu qu'on paie en $$, à baril figé, les prix grimpent...
Vivement qu'on en ait plus besoin du tout, enfin, presque pas.
Réponse de le 17/08/2019 à 10:10 :
Même si le cours du pétrole était à 0$, vous paieriez encore votre gazole autour de 90ct/l dont 15ct pour le raffinage/distribution et 75ct de taxes. Ce n'est pas contre le cours du pétrole qu'il faut pester mais contre la boulimie de l'état.
a écrit le 15/08/2019 à 19:50 :
La première cause de la baisse des cours, ce sont les stocks US pléthoriques et bien supérieurs aux attentes.
Ce qui veut dire que la demande globale va continuer à baisser dans les prochaines semaines et ça plombe les cours par anticipation.

Secondairement la conjoncture politico-economique ne suggérant pas une reprise des affaires mondiales, le marché est poussé lentement vers le bas en dépit des efforts de l'OPEP et de Trump pour garder des cours corrects (pour eux, cad 80 USD/bbl).
a écrit le 15/08/2019 à 18:59 :
De toute manière ce n est que de la speculation et cela nous Conduira à la catastrophe de nombreuses civilisations ont disparues à cause de l argent ou d autres problèmes mais les erreurs du passé sont oubliées la mémoire humaine est courte

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :