Wall Street s'effondre alors que les investisseurs craignent une récession

 |   |  531  mots
Les investisseurs préfèrent sortir du marché boursier au profit de valeurs sûres comme l'or ou les bons du Trésor américain.
Les investisseurs préfèrent sortir du marché boursier au profit de valeurs sûres comme l'or ou les bons du Trésor américain.
Tensions commerciales entre Washington et Pékin toujours vives, croissance chinoise et européenne marquant le pas: inquiets face au ralentissement de l'économie mondiale, les investisseurs ont délaissé mercredi le marché des actions au profit de valeurs jugées plus sûres, comme l'or et les obligations d'Etat.

Face à la multiplication des signes précurseurs de récession, les acteurs du marché manifestent de plus en plus leur aversion pour le marché boursier, considéré comme plus risqué. Cela a lourdement fait chuter Wall Street: son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a encaissé sa plus lourde perte de l'année en tombant de 3,05% à 25.479,42 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lui cédé 3,02% à 7.773,94 points et l'indice élargi S&P 500 a lâché 2,93% à 2.840,60 points.

Les Bourses européennes ont également subi le contrecoup du climat d'inquiétude sur l'économie mondiale: le CAC 40 a perdu 2,08% à Paris, le Dax a reculé de 2,19% à Francfort et le FTSE 100 a cédé 1,32% à Londres.

L'appétit des investisseurs s'est en revanche porté sur d'autres valeurs refuges comme l'or, qui a bondi. L'once a terminé mercredi à son plus haut niveau depuis 2013, à 1516,44 dollars. Les bons du Trésor américain, généralement moins soumis aux aléas économiques, ont aussi attiré. Le rendement des obligations américaines, qui diminue lorsque leur prix augmente, a dégringolé.

 Inversion de la courbe des taux

Avant l'ouverture de Wall Street, le taux d'intérêt sur les bons du Trésor américains à dix ans est passé temporairement sous celui des bons à deux ans, pour la première fois depuis 2007, signal de mauvaise augure pour la croissance mondiale. L'inversion de la courbe des taux n'a été que de courte durée, mais elle a été très remarquée, pesant fortement sur les marchés des actions.

Ce phénomène est en effet craint par les investisseurs comme un signe historiquement avant-coureur de récession. Il signifie que les investisseurs pensent qu'une contraction de l'économie se profile dans les 12 à 18 mois et que la Fed devra intervenir pour baisser les taux d'intérêt.

Les investisseurs ont été d'autant plus échaudés mercredi que le Produit intérieur brut (PIB) en Allemagne a reculé au deuxième trimestre et que la croissance de la production industrielle chinoise s'est affaiblie, tombant au plus bas en 17 ans en juillet.

"Si cette inversion (de la courbe des taux) se confirme, cela voudrait dire que le marché des actions souffrirait encore plus en raison des incertitudes, et qu'on observerait une ruée vers des actifs jugés plus sûrs", comme les obligations, a souligné Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

"Je pense qu'une récession est de plus en plus probable", a affirmé en début de semaine Mark Zandi économiste en chef pour Moody's Analytics. "Les risques qu'une récession intervienne entre maintenant et la fin de 2020 sont un peu supérieurs à 50% si le président (Trump) met ses menaces sur les tarifs douaniers à exécution", a-t-il ajouté.

L'administration américaine a annoncé mardi reporter à mi-décembre l'application de tarifs douaniers supplémentaires sur certains produits made in China, initialement prévue pour le 1er septembre. Une récente note d'économistes de Bank of America a aussi pointé une augmentation des risques de récession, vue désormais comme probable à 33% au lieu de 20% auparavant.

Les cours du pétrole ont également dégringolé mercredi, alors que les tensions commerciales persistantes menacent la demande mondiale d'or noir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2019 à 22:23 :
Wall street sait fondre.
Ah ça ils savent, d'toute manière ils font leur beurre à la hausse comme à la baisse, même en latéral des fois c'est dingue !
a écrit le 15/08/2019 à 14:51 :
Qui va craquer l'alumette ?

Boeing ? Facebook ? Apple ? Amazon ? GM ? Nissan ? Mittal ? ...

Cabinets conseils en restructuration, à vos bons de commande ! C'est parti ...
a écrit le 15/08/2019 à 13:41 :
Le bilan de la méthode Trump se rapproche et il va être catastrophique.
Je résume, alors que l'économie US est au top, il balance une réforme fiscale qui ne profite qu'aux riches et comme il dérégule Wall street, cet argent sert au rachat d'action, il balance des plans de relance qui dopent artificiellement la croissance et il augmente le budget militaire US. D'un autre côté il lance une guerre commerciale contre la Chine, ce qui n'était pas forcément une mauvaise idée mais les techniques de négociation légendaires de Trump font que non seulement le conflit fait des dégâts aussi bien en Chine qu'aux USA, le déficit commercial US s'aggrave mais en plus la Chine ne fait aucune concession. Non seulement cette guerre commerciale mal menée risque de déclencher une récession mais les USA sont particulièrement vulnérable en cas de récéssion. Pourquoi? Parceque Trump a creusé la dette, parceque Wall street risque de nous réserver de bien mauvaises surprises quand la fête va se terminer puisque Trump a fait sauter la régulation instaurée par Obama pour éviter que les erreurs passées se reproduisent. Et surtout que restera-t-il aux USA pour lutter contre une récession puisque Trump a déja brûlé les munitions qui auraient permis d'amortir le choc (plans de relance)... Autre élément aggravant, puisqu'en cas de récession, les déficits vont exploser, la réforme fiscale de Trump sera un problème et la supprimer risque de faire fuir des capitaux.
Voila ce qui arrive quand on vote pour un candidat antisystème héritier milliardaire.
Réponse de le 15/08/2019 à 19:14 :
Ridicule!

La réforme fiscale a bénéficié aussi aux classes moyennes.Effectivement ,c'est très mal vu en France de baisser les impots.

Les dégats financiers sobnt dus aux présidents de l'ére Greenspan qui ont abouti aux subprimes.Obama s'est contenté de ne rien faire,en bon banquier socialiste qu'il est.

Trump a eu le mérite de vouloir restaurer des taux positifs.Si vous pensez que les taux négatifs sont viables,continuez a voter pour les autres shaddocks,ils creusent rapidement notre tombe.

La seule erreur de Trump est d'avoir oublié qu'il est impossible de monter les taux et d'émettre des montagnes de dettes en meme temps.Les baisses d'impots n'ont pas suffi pour remonter les taux.
Réponse de le 15/08/2019 à 20:31 :
Le problème n'est pas de savoir si c'est mal vu ou pas de baisser les impôts, c'est de savoir si un état endetté à 106% de son PIB et avec un déficit budgétaire de 3.8% peut se permettre de faire ce genre de "cadeau" (cadeau empoisonné, une dette ça se paye toujours et avec des intérêts).

Ensuite, je ne vois pas où vous êtes allé cherché cette histoire de taux négatifs. Vous inversez tout.
La crise financière de 2008 a été précédée par 4 années de taux élevés allant jusqu'à 5%. La crise a obligé la FED (et non Obama..) à baisser les taux pour permettre aux entreprises d'emprunter et de survivre. Il était sain et logique de faire remonter les taux une fois la machine repartie. Au plus bas les taux sont descendus à 0.2%, ils n'ont jamais été négatifs !

Et contrairement à ce que vous affirmez, Trump était CONTRE la remontée des taux et il se bat contre la FED qui entend les maintenir aux environs 2.25%. Trump les veut au contraire au plus bas pour favoriser les emprunts des ménages et des entreprises (dont l'endettement est déjà trop élevé).
Réponse de le 16/08/2019 à 5:11 :
Trump était pour la remontée des taux:c'est lui qui a nommé Powell et qui a fait la baisse massive d'impots pour pouvoir remonter les taux.

Les Us vont etre obligés de baisser leur taux jusqu'aux taux négatifs comme en Europe.La cause en est simple:émission folle de dettes conduit a la pression a la baisse sur les taux.

La seule alternative est de limiter fortement la création de crédits.

Quand a Trump,il veut une baisse des taux pour faire remonter la bourse avant réélection.de nombreux américains dépendent de leur portefeuille boursier pour vivre,surtout les retraités
Réponse de le 16/08/2019 à 9:15 :
@gerard
Non, Trump a toujours été pour des taux bas et ce, même si il a lui même nommé Powell. La politique économique de Trump est délibérément fondée sur l'endettement.
a écrit le 15/08/2019 à 12:10 :
Il est vrai que l'on commençait a s'ennuyer, on dramatise a souhait, c'est un shoot d’adrénaline'!
a écrit le 15/08/2019 à 11:33 :
l'économie est obligée de bloquer la politique de la BCE avec des cours négatifs est une idiotie Les investisseurs se réfugient vers l'OR ce qui va bloquer l'économie en rendant negatif l'investissement .
a écrit le 15/08/2019 à 11:25 :
Ils mettent un de ces temps à percuter les "investisseurs", à mettre en perspective quand même avec leurs ordinateurs qui font des transaction financières au millionième de seconde, on croit rêver et quand on pense aux coûts de tout ces cabinets conseils qui en fait sont là pour conforter leur pathologique peur et seulement là pour ça, on peut quand même se questionner sur l'équilibre mental des ces gens qui au final adorent gaspiller l'argent pour rien mais paniquent à la moindre baisse de leur marge bénéficiaire ou pire à la moindre possibilité d'envisager une baisse de leur marge bénéficiaire.

La bourse ou le nouvel asile de fous.
Réponse de le 15/08/2019 à 13:07 :
Bof:les "investisseurs" initiés gagnent a la baisse en shortant,surtout quand on les a prévenus avant.Ils sont très gros,et ils seront reconnaissants pour la prochaine campagne présidentielle.On parie que le marché remonte bientot?
Réponse de le 16/08/2019 à 9:00 :
@ Multipseudos:

"On parie que le marché remonte bientot? "

Ben bien sûr vu que nous sommes en oligarchie dans laquelle seule la classe dirigée paye les pots cassé par la classe dirigeante, facile comme parie. Signalé

"Je pense que vous oubliez que les investisseurs investissent aussi sur les baisses de cours"

Ben non puisque je sais que nous sommes en oligarchie, chantre de la médiocrité généralisée.

Signalé et oublies moi stp.
a écrit le 15/08/2019 à 10:37 :
Le stock de pétrole américain était attendu en baisse de 850 000 bbls, il s'avère qu'il est en hausse de 6, 8 millions de bbls. D'où la chute des cours.

CQFD: Les USA sont déjà en récession mais ne le savent pas encore.

Trump est un génie. En deux ans il aura réussi à transformer une économie US en pleine santé, voire en limite de surchauffe, en un mastodonte pachydermique vacillant.

Sans compter le reste de son œuvre pacifique, grandiose, au minimum.
Réponse de le 15/08/2019 à 13:58 :
Quand une économie est en surchauffe, on régule les marchés, on ressert les conditions de crédit pour pousser au désendettement, on assainit les finances publiques, bref on met l'économie en mode défensif pour encaisser un éventuel choc et se donner les moyens de mieux repartir. Trump a fait exactement le contraire. La récession arrive et l'argent dépensé inutilement par l'Etat n'aura fait in fine que gonfler la bulle boursière, bulle qui va éclater et des centaines de milliards vont partir en fumée.
a écrit le 15/08/2019 à 10:28 :
y a pas d'acteurs de marche, jsuet des robots qui font du spoofing
a écrit le 15/08/2019 à 10:08 :
Trois pour cent, je n'appelle pas ça un effondrement. Moi, j'aimerais un VRAI effondrement, du style moins trente pour cent, là on commencerait à rigoler.
Réponse de le 15/08/2019 à 11:02 :
@Max 15/08/2019 10:08
Pourquoi aimeriez-vous un effondrement de 30% ? Les "riches" n'y perdront rien car ils se couvrent (coût dérisoire) contre les fluctuations des marchés afin de conserver leur capital. Pour votre info, ce sont, en moyenne 200 000 "future CAC40" qui ont été échangés chaque jour depuis trois jours à la bourse de Paris. A NYK, le chiffre doit être démentiel.
En cas de récession, ce sont les "pauvres" qui trinquent.
Cordialement
Réponse de le 15/08/2019 à 11:24 :
@bernardino
exact.....
dans ces cas la, les riches s enrichissent et les moins riches s appauvrissent.....
ceci étant, il va bien falloir se mettre à penser que le modèle des années 80......est à bout de souffle......
et l intelligence artificielle n est qu un artifice de plus pour le faire durer....et mettre en coupe réglée l ensemble de la population
Réponse de le 15/08/2019 à 11:51 :
Quand les riches maigrissent les pauvres meurent.
Réponse de le 15/08/2019 à 14:07 :
Si wall street perd 30%, beaucoup de riches seront moins riches mais riches quand même mais avec un crash boursier de cette ampleur, nous seront des millions à perdre nos emplois et ça c'est bien plus gênant de perdre son emploi quand on n'est pas riche.
Réponse de le 16/08/2019 à 6:04 :
@curieux37 15/08/2019 11:24
Ma réponse à Max était "technique"
Citation
"il va bien falloir se mettre à penser que le modèle des années 80......est à bout de souffle......"
Vous avez peut-être raison, je n'ai aucune idée.

@johnmckagan 15/08/2019 14:07
Pour préserver le capital financier (actions, obligs), on peut se couvrir en vendant des "future" ou en achetant des "put" ou d'autres trucs. Les gestionnaires de fortune et l'investisseur avisé utilisent ces produits dont les coûts sont négligeables pour se prémunir contre la perte en capital.
Ceci étant écrit, et à mon humble avis, les marchés actions sont trop hauts. Un signe: les taux 10 ans sont dérisoires (Etats Unis) et même négatifs (Europe): les marchés actions devraient donc exploser mais baissent.
L'argent est donc gardé sous le matelas..

Ces échanges ont été intéressants.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :