Les Saoudiennes enfin au volant

 |   |  375  mots
Les constructeurs automobiles ont publié des publicités saluant la fin de l'interdiction tandis que certains parking privés ont créé des espaces de stationnement pour les femmes signalés en rose.
Les constructeurs automobiles ont publié des publicités saluant la fin de l'interdiction tandis que certains parking privés ont créé des espaces de stationnement pour les femmes signalés en rose. (Crédits : Reuters)
Symbole de la nouvelle approche plus libérale du prince Mohammed bin Salman, la mesure est aussi censée avoir des retombées économiques positives et en incitant les femmes à avoir une activité professionnelle.

Le changement a sonné à minuit. Depuis ce dimanche 00h00, les Saoudiennes ont le droit  de passer le permis et de conduire une voiture, symbole des mesures libérales qu'essaie d'imposer le prince Mohammed bin Salman dans le royaume très conservateur.

L'Arabie saoudite était le dernier pays au monde à interdire aux femmes la conduite de véhicules automobiles. La levée de cette interdiction avait été annoncée en septembre par le roi Salman. Cette mesure de libéralisation, très bien accueillie en Occident, s'est néanmoins accompagnée d'une répression contre les opposants au régime, ceux-là mêmes qui avaient fait campagne contre l'interdiction quand elle était en vigueur.

Trois millions de conductrices en 2020

"Nous sommes prêtes et cela va changer notre vie", a commenté pour Reuters Samira al-Ghamdi, psychologue de 47 ans travaillant à Djeddah qui a été l'une des premières femmes à obtenir son permis de conduire.

Les femmes disposant d'un permis obtenu à l'étranger n'ont commencé que ce mois-ci à le convertir en un permis saoudien et le nombre de conductrices demeure faible pour l'instant. Elles devraient être trois millions d'ici 2020.

La mesure d'assouplissement ne rencontre toutefois pas toujours l'adhésion d'une population conservatrice, alors que certaines femmes se sont habituées à disposer d'un chauffeur privé.

Un coup de pouce à l'économie

La décision devrait se traduire par un sérieux coup de pouce à l'économie en dynamisant la production automobile et le secteur des assurances. Les constructeurs automobiles ont publié des publicités saluant la fin de l'interdiction tandis que certains parking privés ont créé des espaces de stationnement pour les femmes signalés en rose. Cela va également faire économiser des milliards de dollars aux familles qui entretenaient des chauffeurs et incité les femmes à avoir une activité professionnelle et ainsi augmenter la productivité.

La crainte que certaines femmes soient victimes de harcèlement dans un pays où les genres sont fortement séparés dans l'espace public a conduit le gouvernement à adopter une loi pour les protéger le mois dernier. Le ministère de l'Intérieur prévoit d'employer des policières pour régler la circulation dans un premier temps, mais aucune précision n'a été fournie sur la date de leur déploiement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2018 à 21:01 :
Bien les autos écoles en Arabie Saoudite, on apprend à conduire en 24h....peut-être ont elles anticipées et passé leur permis depuis l'egire
a écrit le 26/06/2018 à 9:45 :
les femmes Saoudiennes sont elles autonomes ?

1) marcher librement ? ( sans père, mari, frère)
2) décider de leur destinée librement?( sans pression de la communauté , état, religion)

Est - ce que «  conduire » est une forme d’autonomie individuelle ?
qui libère la personne ?
oui , probablement , ça rend l’individue plus libre pour ses déplacements.

un premier pas pour l’autonomie totale et globale des femmes Saoudiennes ?
a écrit le 25/06/2018 à 9:17 :
Et oui, tradition qui a tenu grâce à l'énorme pouvoir d'achat de cette monarchie pétrolière, cette suprématie économique tendant à disparaitre, une volonté égalitariste, enfin un tout début de commencement, émerge.

L'argent imposant le conservatisme, il suffit de regarder l'Europe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :