Arabie saoudite : en marche vers l’après-pétrole

 |   |  2314  mots
Mohammed ben Salman a affirmé son pouvoir en procédant d'emblée à une purge dans l'élite du pays.
Mohammed ben Salman a affirmé son pouvoir en procédant d'emblée à une purge dans l'élite du pays. (Crédits : Charles Platiau)
Sous la direction du nouvel homme fort, le prince héritier Mohammed ben Salman, la monarchie pétrolière veut changer son modèle économique d'ici 2030. « MBS » compte s'appuyer sur les femmes et la jeunesse pour faire de l'Arabie saoudite un pays moderne. Les réformes imposées par en haut s'accélèrent mais la réussite de la « Vision 2030 » va dépendre de la bonne gestion de l'or noir et de la stabilité régionale.

En ce jour de mai, règne une ambiance joyeuse mais studieuse dans la grande auto-école pour femmes de Riyad, qu'abrite l'université pour femmes Princesse Noura, au nord de la capitale saoudienne. Plusieurs dizaines d'entre elles, revêtues de l'abaya mais la plupart au visage découvert, s'essaient au classique apprentissage du code de la route et aux rudiments de la conduite simulée sur ordinateur. Après, elles rouleront sur un terrain d'entraînement, prélude à la conduite sur les routes du royaume pour l'obtention du permis. Il en coûte 2.400 rials (un peu plus de 500 euros) pour trente heures de cours théorique et pratique. L'énergique directrice du centre, titulaire d'un permis de conduire américain, évalue le taux de réussite à 80 %. Deux cents permis ont été délivrés depuis avril, et ce chiffre devrait rapidement grimper, le pays comptant cinq autres auto-écoles pour femmes. Surtout, à partir du 24 juin, elles pourront sillonner le pays au volant de leur propre voiture.

Ascension fulgurante

C'est une révolution qui va bien au-delà de la fin d'une règle rigoriste religieuse qui faisait de l'Arabie saoudite le dernier pays à interdire le volant aux femmes. Ce n'est que l'une des mesures décidées par le prince héritier Mohammed ben Salman, homme fort du royaume, qui entend accélérer le passage de son pays d'une monarchie conservatrice à un pays moderne et dynamique. Son programme a été synthétisé dans un plan, « Vision 2030 », qui veut diversifier l'économie du royaume. « MBS », comme le désigne désormais la presse internationale, compte précisément sur les femmes et la jeunesse (70 % de la population a moins de 30 ans) pour créer une classe moyenne favorable aux changements dont ils seront les premiers bénéficiaires. L'industrie des loisirs et de la culture figure d'ailleurs en bonne place dans les secteurs à développer - de nombreux cinémas devraient ouvrir.

Cette transformation, qui se veut radicale, est à l'image de l'ascension fulgurante de MBS. Il est devenu ministre de la Défense en 2015, après la mise à l'écart du prince héritier Moukrine ben Abdelaziz en faveur de Mohammed ben Nayef, qui lui-même sera écarté de force en 2017 pour, sur fond de révolution de palais, céder sa place à MBS. Ce dernier a commencé par une purge dans l'élite du royaume et de ses réseaux. Surtout, il a pris conscience de la dangereuse dépendance du royaume à un marché pétrolier qui a changé de paradigme, passant de la crainte d'un « peak oil » à celle d'un « pic de la demande ». La crise a été particulièrement aiguë en 2015, année où le prix moyen du panier de l'Opep (moyenne des prix des bruts des pays membres) s'est établi à 49,69 dollars, soit une baisse de quelque 50 %, par rapport à 2014, et bien loin des 109,45 dollars de 2012. Cette chute des cours a montré la fragilité du modèle économique d'un pays qui dépend à 95 % de l'or noir pour ses revenus. Et que jouir de la rente sans trop se soucier de l'avenir appartenait au passé.

Une place de choix pour les femmes

Mais changer de modèle économique en moins de quinze ans n'est pas chose aisée. « Nous avons fait tellement de choses en cinquante ans depuis les premiers revenus pétroliers. Si nous faisons des erreurs, nous les rectifierons, mais nous n'avons pas de leçons à recevoir de l'extérieur », avertit Hoda AlHelaissi, députée francophone à la Choura, l'Assemblée consultative, fervente soutien de Vision 2030. Les femmes occupent 20 % des sièges de cette instance, qui regroupe des représentants venus de toutes les sphères de la société civile saoudienne. Ils sont élus pour un mandat de quatre ans, renouvelable trois fois. Cette Assemblée recueille les doléances des citoyens - qui peuvent assister aux débats de l'Assemblée -, mais est surtout chargée de s'assurer que la feuille de route sur l'application des objectifs de Vision 2030 est bien suivie par les ministères. Elle fait des recommandations, elle travaille sur les lois et règlements. Mais ce sont les ministres qui décident.

Dans la nouvelle Arabie saoudite, MBS réserve une place de choix aux femmes. Elles, qui représentent 55 % de la population saoudienne, veulent avoir accès librement au marché du travail. Déjà, dans le système éducatif, elles comptent pour 65 % des diplômés. Nombre d'entre elles occupent depuis des années des postes à responsabilité, par exemple chez Saudi Aramco, la compagnie pétrolière royale, où on trouve beaucoup d'ingénieures. Elles sont également présentes dans les grands groupes internationaux implantés sur le sol saoudien, les secteurs de l'éducation ainsi que les importantes associations caritatives.

Priorité à l'éducation

Mais il s'agit d'accélérer le mouvement. Les familles, même si elles ont moins d'enfants - la moyenne est passée de dix à quatre aujourd'hui -, doivent faire face à des difficultés financières qui nécessitent deux salaires dans la classe moyenne.

« L'éducation est un axe prioritaire », explique le député Khalid Abdullah AlSaud, président de l'Assemblée. Cet architecte de formation souligne la place prépondérante de la formation dans les perspectives de Vision 2030. « Nous finançons l'envoi de 150.000 de nos concitoyens en formation à l'étranger, même des couples et leurs enfants », souligne-t-il.

Pour autant, le royaume se veut aussi une terre d'accueil pour les étudiants du monde entier, à l'image de l'université des sciences et technologies King Abdallah (Kaust), à l'architecture moderniste, située au bord de la mer, non loin de la capitale économique, Djeddah. On se croirait sur un campus américain, avec cette culture cosmopolite caractéristique. Un millier d'étudiants, répartis en 105 nationalités - les plus nombreux étant les Chinois -, y travaillent et y vivent. Les étudiants saoudiens comptent pour 30 % des effectifs, dont une majorité de filles. Nadhmi AlNasr, son président par intérim - en attendant l'arrivée du prochain président qui succèdera au Français Jean-Lou Chameau -, vante « les valeurs universelles » de cette université, démontrant pratiquement la capacité à faire vivre ensemble plusieurs dizaines de nationalités. Cette société mondiale ouverte, dédiée à la recherche scientifique en biologie, en physique, en chimie, en énergie, en agroalimentaire, a la particularité de ne recevoir que des diplômés de deuxième cycle universitaire. L'enseignement, étroitement lié à la recherche, est dispensé à travers des laboratoires plutôt que des départements, favorisant l'interdisciplinarité sur des projets communs auxquels participent également des entreprises. « Mon objectif est qu'un prix Nobel soit attribué à des chercheurs issus de cette université dans les dix prochaines années », espère Nadhmi Al-Nasr.

Le développement de l'emploi passe aussi par le développement d'écosystèmes de startups. Ainsi la futuriste « Ville économique du Roi Abdallah » (Kaec), à 100 km au sud de Djeddah, au bord de la mer Rouge, abrite le récent College of Business and Entrepreneurship. Financé majoritairement par le groupe de défense américain Lockeed Martin, cet établissement a pour but de former les futures élites du pays, qui iront demain, après obtention d'un MBA, dans le privé, le public ou encore le secteur associatif à but non lucratif. Ses murs sont illustrés de nombreux portraits d'entrepreneurs, évidemment ceux de la Silicon Valley, car il se veut une pépinière de projets de startups, nationaux mais aussi internationaux. Une soixantaine de futurs entrepreneurs y échangent leurs expériences, dont des Saoudiens et des Saoudiennes. L'une d'elles, médecin, a un projet de valorisation des sacs plastiques pour les transformer en sacs à main.

Ce développement du système éducatif - la scolarisation des enfants est obligatoire - s'accompagne dans le même temps d'une « saoudisation » du marché du travail, autrement dit, les autorités souhaitent remplacer une partie des 8 millions de travailleurs étrangers présents sur le sol saoudien. Ainsi, l'imposition d'une taxe mensuelle de 200 rials (moins de 50 euros) par membre de famille étrangère a été une puissante incitation au départ des travailleurs étrangers les plus modestes.

« Quelque 3 millions d'étrangers auraient déjà quitté le pays depuis la mise en place de cette mesure », avance un expert. Avec une conséquence non négligeable pour la population locale, « les prix des loyers ont baissé significativement », se réjouit une Saoudienne qui appartient à la classe moyenne et espère beaucoup de cette ouverture forcée faite par le pouvoir. Plusieurs secteurs devraient bénéficier de cette « saoudisation » : le commerce - « Dans les malls où l'on retrouve les grandes marques, il n'y a plus que des Saoudiennes », souligne-t-elle -, l'éducation, la santé, les professions libérales. Ainsi, pour pouvoir être un chauffeur Uber, il est obligatoire d'avoir la nationalité saoudienne.

Libéralisme économique affiché

Pour les autorités, l'objectif est de faire baisser le taux du chômage de 13 % aujourd'hui à 10 % d'ici à quatre ans. Mais une partie de l'emploi, notamment dans le secteur privé, dépend d'une main-d'oeuvre à bas coût, venant par exemple d'Égypte ou de Somalie, qui travaille dans le bâtiment. Il n'est pas sûr que la libération de tels emplois attire les Saoudiens.

Le pouvoir compte aussi sur cette « saoudisation » des emplois pour inciter les membres de la diaspora bien formée à revenir. Même si beaucoup reste à faire pour libéraliser le secteur privé, notamment pour les investisseurs étrangers, l'Arabie saoudite compte accentuer le libéralisme économique affiché par MBS. « Il est facile de créer une entreprise dans notre pays, toutes les formalités sont remplies en ligne, il n'y a que l'enregistrement final qui nécessite de se déplacer », explique une Saoudienne qui compte bien monter sa société pour travailler dans le tourisme, secteur promis à un grand avenir selon le plan Vision 2030. La création de petites entreprises est encouragée par une fiscalité attrayante puisque aucun impôt n'est prévu jusqu'à un chiffre d'affaires de 100.000 dollars. « Le gouvernement donne la priorité à l'emploi plutôt qu'à la fiscalité », explique-t-elle.

Des projets vitrines

Le secteur du tourisme et de la culture sera une composante importante de l'Arabie saoudite de demain, si l'on se réfère aux objectifs fixés par MBS. Le projet Neom, cité futuriste au nord-ouest du royaume, qui coûtera 500 milliards de dollars, et se veut une référence en matière technologique et environnementale, symbolise cette volonté. Mais il y a aussi Qiddiya, au sud de Riyad, sorte d'eldorado des parcs d'attractions presque aussi grand que Las Vegas, et le projet Red Sea, prévoyant de transformer une cinquantaine d'îles au large de la côte ouest du pays en destination touristique haut de gamme. « Ces projets peuvent sembler démesurés mais ils sont la vitrine alléchante de la modernisation à marche forcée du pays. En affirmant que "les rêveurs sont surtout les bienvenus" dans la "Nouvelle Arabie", MBS montre bien que le marketing et la communication de son plan jouent un rôle primordial dans la réalisation de la révolution qu'il a engagée », explique un expert, pour qui « il est encore trop tôt pour juger de la rentabilité de ces projets. Les promoteurs du projet Neom souhaitent atteindre à terme une rentabilité de 100 milliards par an, ce qui peut paraître surréaliste. Tout dépendra surtout de l'engagement financier réel des Saoudiens. »

C'est bien là le risque du volontarisme du prince héritier. La présentation de la Vision 2030 a séduit une population qui attend beaucoup du changement, peut-être même trop. L'Arabie saoudite veut aussi dans le même temps imposer son leadership dans la région. Sur le plan économique, elle est dans une phase transitoire. Ses performances restent modestes. Cette année, son PIB devrait croître de 1,7 % selon le Fonds monétaire international (FMI), sortant de la récession de 2017 ( - 0,7 %), dans laquelle l'avait fait plonger la baisse de l'or noir. Bonne nouvelle, le déficit budgétaire se réduit : après - 17 % du PIB en 2016, et - 9 % en 2017, il devrait, selon les estimations d'Euler Hermes, s'établir à - 7 % fin 2018. Le FMI estimait au début du mois de mai que le royaume pourrait « atteindre l'équilibre budgétaire en 2023 » si le cap des réformes était tenu. La mise en place d'une véritable fiscalité est de bon augure. Les recettes générées par la TVA ont bien progressé, signe que l'efficacité de l'État s'améliore après des décennies de manne publique qui faisait que l'essence subventionnée localement était moins chère que l'eau en bouteille.

Le spectre tentateur de la rente pétrolière

Et puis le pays, contrairement à d'autres États pétroliers, a des ressources. La mise sur le marché boursier de 5 % du capital de la compagnie publique Saudi Aramco, estimée à 200 milliards de dollars, une valorisation qui devrait encore augmenter avec l'appréciation des cours du brut, est toujours d'actualité. Annoncée en 2016, pour être réalisée en 2017, elle a été repoussée en raison des exigences réglementaires des Bourses occidentales. « La dernière option à l'étude est une cotation à la Bourse de Riyad », indique un bon connaisseur des marchés financiers régionaux. Cette manne doit alimenter un fonds souverain.

Paradoxalement, c'est une trop forte hausse des cours du pétrole qui représente un danger. Le FMI, qui dressait récemment un bilan plutôt encourageant de l'application des réformes, mettait en garde contre la tentation de recourir à la dépense publique pour régler les problèmes du pays à court terme. Le spectre tentateur de la rente pétrolière va encore rôder longtemps au sein du royaume.

___

REPÈRES

  • Population totale : 33.413.660 habitants
  • 62 % de la population est d'origine saoudienne
  • 50,92% sont des hommes
  • 67% de la population a moins de 35 ans

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2018 à 9:07 :
Qu'ils y est quelque changement dans se pays me semble salutaire ( droit de conduire des femmes ) , mais nous retiendrons l'action du royaume dans les interventions terroriste a traversé le monde "...
Ensuite pour la métamorphose de leur es economie , ils reste le plus important , remettre cette nation au travail, se qui sera le plus difficile...
L'éducation s'est bien , mais encore faut-il apprendre quelque chose...
a écrit le 20/06/2018 à 11:23 :
Nécessité fait la loi (ouakbhar!)
a écrit le 20/06/2018 à 10:53 :
Effectivement, il devient urgent d'y penser. Non parce que le pétrole risque un jour de manquer, mais parce que les progrès de l'électrification des transports terrestres(batterie solide à forte autonomie et recharge rapide : quelques minutes pour les voitures, hydrogène et pile à combustible pour les camions), le possible usage d'agrocarburants pour les avions risque de faire chuter la demande donc les cours du pétrole. La fin de la rente pétrolière est proche.
a écrit le 20/06/2018 à 9:20 :
CA VAS DANS LE BON SENS POUR UNE OUVERTURE D ESPRIT MODERNE. MAIS IL DOIVENT CECEZ D AIDER LES RELIGIEUX CAR LEURS AVENIRS NEST PAS Là??? NE SEMEZ PAS LA CORRUPTION SUR LA TERRE ///LE CORAN///
a écrit le 20/06/2018 à 8:38 :
"Au Proche-Orient, la stratégie saoudienne dans l’impasse" https://www.monde-diplomatique.fr/2018/03/ACHCAR/58462

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :