Armement : où va la France en Arabie Saoudite ?

 |   |  1203  mots
Ryad souhaite saoudiser 50% de ses achats d'armement à l'horizon de 2030
Ryad souhaite "saoudiser" 50% de ses achats d'armement à l'horizon de 2030 (Crédits : Handout .)
L'année 2018 sera une année décisive pour les industriels de l'armement français en Arabie Saoudite. Ça passe ou ça casse.

Pour les industriels de la défense français, 2018 sera vraiment l'année clé en Arabie Saoudite. Ou Emmanuel Macron signe des contrats d'armement en fin d'année comme il l'a annoncé, ou alors les industriels de la défense tricolores seront exclus en grande partie des marchés de défense saoudiens au profit des Américains mais aussi des Britanniques, des Russes, des Espagnols, des Coréens voire des Turcs. Ce qui est déjà plus ou moins le cas. Pourtant, la France a entretenu une longue histoire avec l'Arabie Saoudite dans le domaine de la défense. Elle a signé plusieurs dizaines de milliards d'euros de contrats sur une période de 35/40 ans avec des conditions financières extrêmement favorables via ODAS (ex-Sofresa).

ODAS a perdu la main

Toutefois, cette société publique qui représente les intérêts de l'État et des grands groupes d'armement français dans le Royaume, a perdu la confiance du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman bin Abdul Aziz (MBS) depuis novembre 2015. Selon un observateur de ce dossier, elle a également perdu la confiance du missilier MBDA et d'Airbus, estimant qu'elle était un instrument de Thales. La guerre franco-française dans les sables saoudiens entre Thales et MBDA a laissé des traces, beaucoup de traces.

Défiance cette fois plus pragmatique de Naval Group, qui n'a semble-t-il qu'un seul objectif, celui de récupérer les contrats en cours d'exécution : programme AMWAJ qui porte sur le soutien à la marine saoudienne (fournitures de pièces de rechange et assistance technique, soit 200 à 400 millions par an), les programmes de modernisation des frégates Sawari 1 signés en 2013 (contrat LEX) et des frégates Sawari 2 (contrat ERAV).

Marginalisation de la France en Arabie Saoudite

En dépit de sa marginalisation qui a été progressive depuis plusieurs années, la France détient encore quelques enjeux commerciaux en Arabie Saoudite. A commencer par l'exécution des contrats en cours qui vont courir au-delà de 2020, dont la modernisation des frégates Sawari 1 (programme LEX). Mais cela ne va pas sans mal avec l'extinction programmée d'ODAS par Ryad et Paris. Car de nombreux cadres démissionnent et ceux qui restent sont pour la plupart de plus en plus démotivés par les perspectives très peu réjouissantes de l'entreprise.

Enfin, le nouveau patron d'ODAS  l'ingénieur général de l'armement Daniel Argenson serait isolé. Il ne serait pas associé aux décisions du ministère des Armées, selon une source proche du dossier. "Il n'y a pas de plan B avec la disparition d'ODAS", se désole un observateur. Non pas pour ODAS elle-même mais pour les intérêts français en Arabie Saoudite dans le domaine de la défense en berne ces dernières années. En 2015 puis en 2016, l'Arabie Saoudite n'a commandé à la France que 193,5 millions et 764 millions d'euros de matériels militaires. Bien loin des ventes de 2013 (1,9 milliard) et de 2014 (3,6 milliards).

Vers des transferts de technologie

Que peut-on attendre dans les prochains mois de l'Arabie Saoudite ? Le contrat portant sur la vente de 39 patrouilleurs HSI 32 du chantier naval de Cherbourg CMN évalué à 550 millions d'euros devrait être signé "dans les semaines qui viennent", assure une source proche du dossier. "Tout est bouclé, il ne manque que la signature", poursuit-elle. A suivre. En tout cas, la délégation saoudienne a cité en exemple ce contrat lors de la visite de MBS à Paris devant un parterre d'officiels et de patrons français, selon nos informations. Pourquoi ? Quinze des patrouilleurs doivent être fabriqués à Damman par le groupe saoudien Zamil, partenaire de CMN. Le chantier naval cherbourgeois a déjà vendu fin 2017 trois patrouilleurs FS56 à Ryad.

Ce type de contrat se glisse parfaitement dans la nouvelle stratégie de Ryad de "saoudiser" 50% de ses achats d'armement à l'horizon de 2030. La France sait faire. Ces dernières années, elle a signé de nombreux contrats en ayant proposé des transferts de technologies à l'Inde, au Brésil, en Australie notamment. D'ailleurs Naval Group, qui a déjà signé un partenariat avec Zamil, a récemment proposé au patron de Saudi Arabia Military Industries (SAMI) Ahmad ben Aqil al-Khatib, une coopération sur le système de combat dans le cadre d'une vente de cinq corvettes Gowind à la marine saoudienne.

Un accord intergouvernemental?

Et à,plus long terme ? Emmanuel Macron a promis des contrats en fin d'année. Il en va donc de sa crédibilité. Ou alors, estime un observateur, il existe une volonté cachée de ne plus rien faire en Arabie Saoudite. Ce n'est pas l'avis d'un patron du secteur, "Emmanuel Macron a une très bonne approche" de ne pas considérer l'Arabie Saoudite comme un simple client. L'Elysée a d'ailleurs précisé que le président ne considérait "pas l'Arabie saoudite comme un client mais comme un allié". Il considère que la relation entre Emmanuel Macron et MBS est une relation "plus saine" basée sur des accords mais aussi des désaccords. "C'est impossible d'être d'accord sur tout au niveau des Etats", estime-t-il.

La France continuera vraisemblablement à vendre des armes à l'Arabie Saoudite. "Pour restaurer l'influence de la France dans certaines zones du monde, eh bien c'est un élément important de notre diplomatie. Notre industrie a aussi besoin de trouver des débouchés sur ces marchés", a souligné le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, proche d'Emmanuel Macron lors de l'"Epreuve de vérité", sur Public Sénat-Radio Classique-AFP, à propos de l'Arabie Saoudite. Cela devrait passer par un accord intergouvernemental (AIG) entre les deux pays. Problème, sa rédaction traîne en longueur depuis deux ans. Et surtout avec quelles conditions financières?

Ce que peut espérer la France

Outre les patrouilleurs de CMN, Nexter attend depuis plusieurs années la concrétisation d'un contrat de véhicules blindés Titus et de canons de 105 mm tractés pour un montant de 359 millions d'euros. Naval Group pousse son best-seller du moment à l'export, la corvette Gowind, qui, estime-t-on, ne serait pas pénalisée par la vente par l'Espagne de cinq corvettes Avante 2200 fabriquées par Navantia. Thales travaille discrètement sur le renouvellement progressif du parc de systèmes de défense sol-air de courte portée avec Ryad, en proposant notamment ses radars de défense aérienne GM200 et GM400 ainsi que les systèmes de commandement du système. En revanche, Ryad choisirait un missile de la classe du Crotale d'un autre industriel.

Enfin, Airbus est en discussion pour vendre deux avions-ravitailleurs A330 MRTT supplémentaires à l'armée de l'air saoudienne (6. exemplaires commandés). En outre, Ryad pourrait se décider à acheter des avions de transport militaire A400M pour lesquels un intérêt aurait été officiellement formulé. Le prince héritier d'Arabie Saoudite devrait en discuter avec Airbus au moment de son passage en Espagne. En revanche, les discussions sur l'acquisition de satellites (Airbus et Thales) semblent être au point mort. Des ventes qui ramènent la France à son rang de puissance moyenne. En comparaison, les Etats-Unis et l'Arabie saoudite avaient signé en mai 2017 des accords d'une valeur de plus de 380 milliards de dollars....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2018 à 19:26 :
Le deal...Tu plombes l' accord nucléaire Iraniens , en contre-partie je t' achète quelques brouettes comme cela a été vu à la fin de la guerre du Koweit....Les Saoudiens ont très très très souvent snobé la France .
a écrit le 13/04/2018 à 16:52 :
Le rafale en Inde c'est terminé ! accord de boeing et Hal pour fabriquer le F18 super hornet (compatible porte avion) et confirmation de la collaboration avec la russie sur le su57 épisode 5.
a écrit le 13/04/2018 à 13:47 :
Il faut bien comprendre que ce pays fait principalement s'est achats àu USA ( dernierement il y a eu un raprochement avec la Russie sur les sur les systeme anti aériens ) . Ensuite pour la France, nous n'avons pas de position politique claire sur certain sujet, donc cela nuits à nos relations economique.....
Mais bon , personnellement je crois que nous n'avons rien à gagnier avec çe pays , car le fondamentaliste musulman est très important , se qui n'est pas compatible avec certaine valeure dè la republique...
Donc nous pouvons vendre beaucoup a çe pays, mais pas question de l'armée outre mesure...
a écrit le 13/04/2018 à 13:19 :
Depuis des decenies l'Arabie Saoudite réalise des excedents colossaux avec son petrole .Ou sont passés ces excedents colossaux ou plutot ou sont ils placés !A Wall Street et à la City de Londres .Or à Wall Street il y a toutes les entreprises de l'armement US et les saoudiens detiennent une bonne partie des capitaux de ces entreprises .Donc quand l'Arabie Saoudite achete des armements à des entreprises americaines ou elle est actionnaire,elle a un retour sur les benefices réalisés CQFD .....
a écrit le 12/04/2018 à 22:31 :
"transfert de technologie"
Si un pays veut acquérir de la technologie, il n'a qu'à acheter le produit, le démonter et l'étudier. J'ai eu une petite expérience dans l'industrie et croyez-moi quand on désosse le produit du concurrent, on apprend en quelque jours le fruit de plusieurs années d'essais-erreurs du concurrent, ça va très vite.
Alors il ne faut pas avoir peur des transferts de technologies, c'est juste une manière d'officialiser un processus qui se fera de toute façon, le tout c'est de garder quelques années d'avance technologique.
Réponse de le 13/04/2018 à 8:49 :
C'est loin d'être le cas en se 21eme siècle, avec un partie sans cesse croissante du secret industriel "cachée" dans les logiciels qui pilotent tous les armements modernes... il ne suffit pas de démonter et regarder pour ensuite tout copier...
a écrit le 12/04/2018 à 10:05 :
"Marginalisation de la France en Arabie Saoudite"

Le mac a tout intérêt à suivre la stratégie de Trump même si ce premier est totalement incapable de comprendre cette stratégie qu'au moins il l'a suive étant donné que c'est ce qu'il fait de mieux notre président, suivre, que pour une fois ce soit un personnage éclairé qu'il suive ne sera pas du luxe.

Du coup Trump lui sera reconnaissant permettant ainsi de débloquer une partie du budget consacré à l'armement de l'AS pour notre industrie, oui je le pense profondément puisque notre économie ne reposant ni sur le mérite, ni sur la concurrence, ni sur la productivité et-c.. mais sur le seul réseau des uns et des autres, or franchement il ne doit pas y avoir plus gros et puissant réseau que celui du président américain.

Même ceux qui ont généré le mac au pouvoir ne peuvent rivaliser, et de loin, avec la puissance américaine, espérons que le mac le verra et sera suffisamment fasciné pour changer de coche et suivre un leader éclairé et non des financiers aliénés. IL a toute liberté pour ceci grâce à son élection,; qu'il utilise cette légitimité pour se débarrasser du fléau financier européen qui ne fait que nous mener à notre perte.

Croisons les doigts.
a écrit le 12/04/2018 à 9:26 :
tout le monde peut espérer de bons contrats surtout les Yemenites et peut être bientôt
d autres populations, mais ceci ne nous regarde pas, restons les yeux sur les courbes de ventes et de rentabilités.
vive l argent vive moi
a écrit le 12/04/2018 à 7:48 :
Et si les français s’étaient mis hors course eux mêmes en faisant entrer dans les affaires depuis 25 ans des intermédiaires levantins louches?
En effet chaque affaire signée se termine depuis chez les juges et dans la presse, avec mise en cause d’hommes politiques français et soupçons de retrocommissions aux frais des saoudiens, éclaboussés à chaque fois..
ceci pourrait expliquer la détestation de MBS pour ODAS, lui qui a déjà mis au pas certains princes corrompus, et qui exigerait ainsi aussi plus d’intégrité côté français.
message apparemment reçu ...
Réponse de le 12/04/2018 à 9:51 :
@Jean94 : je suis plutôt d'accord. Les gros contrats saoudiens ont trop souvent été le prétexte d'affaires louches. + une propension à considérer les saoudiens uniquement comme un porte-monnaie.
C'est d'abord chez nous qu'il faut remettre de l'ordre.
Réponse de le 12/04/2018 à 14:29 :
Bonjour cher Mobius,
Il y avait longtemps que je n'avez pas lu un commentaire de votre part. Vous boudiez :-) ? Merci à vous. Très cordialement Michel Cabirol

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :