Méditerranée : le torchon brûle entre Athènes et Ankara

 |  | 665 mots
(Crédits : Reuters)
Après l'envoi par la Turquie d'un navire de recherche d'hydrocarbures dans une zone disputée de Méditerranée, la Grèce réclame en urgence l'organisation d'un sommet de l'Union européenne.

Alors que les tensions montent entre la Grèce et la Turquie autour d'une zone disputée de la Méditerranée, la Grèce souhaite un sommet d'urgence de l'Union européenne sur la Turquie, a annoncé mardi le bureau du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. L'envoi d'un navire turc de recherche d'hydrocarbures dans cette zone a ravivé les tensions entre les deux pays.

"Le ministère des Affaires étrangères va déposer une demande pour un sommet d'urgence du Conseil des Affaires étrangères de l'Union européenne", a-t-on déclaré de même source. Un porte-parole du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell a, le même jour, exhorté au "dialogue", jugeant la situation "extrêmement préoccupante".

"Je ne peux pas vous dire si une décision sera prise aujourd'hui. Mais, bien sûr, nous sommes d'accord sur le fait que la situation en Méditerranée orientale est extrêmement préoccupante et doit être réglée par le dialogue", a dit à la presse ce porte-parole, Peter Stano, selon lequel Josep Borrell "déploie tous les efforts nécessaires" en ce sens.

Lire aussi : Le milliardaire franco-libanais Iskandar Safa, cauchemar juridique de la Grèce

La Grèce "n'acceptera aucun chantage"

"Apparemment, les événements sur le terrain montrent malheureusement que (...) davantage doit être fait pour désamorcer les tensions", a-t-il relevé.

Athènes avait la veille accusé Ankara de "menacer la paix" en Méditerranée orientale, estimant que la présence dès lundi dans cette zone maritime du navire sismique de recherche turc Oruç Reis constituait "une nouvelle escalade grave" et "montrait" le "rôle déstabilisant" de la Turquie. La Grèce "n'acceptera aucun chantage" et "défendra sa souveraineté et ses droits souverains", avait ajouté le ministère grec des Affaires étrangères après une réunion des chefs des forces armées convoquée d'urgence.

Lire aussi : Forages illégaux à Chypre : l'Union européenne va-t-elle sanctionner la Turquie ?

La marine grecque a localisé mardi l'Oruç Reis au sud-est de l'île de Crète : il est escorté par une flottille turque, le tout sous la surveillance de bâtiments de guerre grecs. La Turquie a de son côté précisé que ce bateau procéderait à ses recherches du 10 au 23 août dans une zone située entre la Crète, dans le sud de la Grèce, et Chypre et au large de la ville turque d'Antalya.

Lundi, le chef du gouvernement grec Kyriakos Mitsotakis a évoqué ce sujet de tensions entre son pays et son voisin turc, tous deux membres de l'Otan, avec le président du Conseil européen Charles Michel et avec le secrétaire général de l'Alliance atlantique Jens Stoltenberg.

"Cette situation doit être réglée dans un esprit de solidarité entre alliés et en accord avec les lois internationales", a ensuite déclaré Jens Stoltenberg sur Twitter.

Toutefois, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell avait dénoncé dimanche les mouvements "extrêmement préoccupants" de la marine turque en Méditerranée après la signature d'un accord maritime entre l'Egypte et la Grèce. Cet accord vise en effet à délimiter les frontières maritimes entre ces deux pays et semble être une réponse directe à un accord similaire conclu en novembre dernier entre la Turquie et le gouvernement officiel libyen qui a son siège à Tripoli.

Ce pacte turco-libyen, aux termes duquel l'espace maritime de la Turquie est considérablement élargi, avait suscité la colère de la plupart des Etats situés en Méditerranée orientale, à commencer par la Grèce.

La découverte ces dernières années de vastes gisements gaziers en Méditerranée orientale a aiguisé l'appétit des pays riverains comme la Grèce, Chypre, la Turquie, l'Egypte et Israël.

Lire aussi : Forages illégaux dans les eaux chypriotes : la Turquie joue vraiment avec le feu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2020 à 17:36 :
Pendant ce temps :

Recep Erdogan tacle Emmanuel Macron, l'accusant de volonté de "colonialisme" et même de "spectacle" au Liban, alors que les tensions montent entre la Turquie et la France... "Ce que Macron et compagnie veulent, c'est rétablir l'ordre colonial (au Liban)", a lancé Recep Erdogan à l'occasion d'un discours à Ankara. "Nous, ce n'est pas courir après les photos ou faire le spectacle devant les caméras qui nous intéresse", a-t-il ajouté. Le chef de l'Etat turc faisait référence au déplacement très médiatisé d'Emmanuel Macron à Beyrouth la semaine dernière, après une explosion qui, le 4 août, a fait 171 morts et plus de 6.500 blessés et ravagé la capitale libanaise.
Réponse de le 14/08/2020 à 7:53 :
Et c'est pas cette dernière déclaration de notre président affirmant qu'il faut un gouvernement de technocrates au Liban qui le contredira...

Il y a un gars qui a sorti un livre contre Trump, vu la haine française pour ce président je m'attendais à subir une publicité massive gratuite de la part de nos médias et pourtant non, rien.

Je comprenais pas mais un ami érudit ayant lu le livre m'a ressorti une citation de Trump concernant notre président:" Macron, tout ce qu'il touche se transforme en m..."

Je comprends mieux maintenant pourquoi nous n’avons pas eu de publicité pour ce bouquin...
a écrit le 12/08/2020 à 18:51 :
les turcs sont dans l'OTAN mais les américains prudents ont déménagé les têtes nucléaires qui étaient entreposées sur leurs bases ... Merkel a 5 millions de turcs et se fait très discrète ... Macron a la trouille des migrants ...
Ce qu'il nous faut c'est un chinois !
Réponse de le 12/08/2020 à 22:29 :
Vous accusez les Turcs de massacre et vous proposez prendre exemple du Chinois :
Je suppose sue vous parlez des « ouïgours « ?
Bravo ! Quelle violence , quelle haine !
a écrit le 12/08/2020 à 14:41 :
L'Europe est un ventre mou, incapable de mobiliser une force armée pour défendre les intérêts communs... Et comme la Turquie "retient" les migrants qui tentent de rejoindre l'Europe et que c'est un passage obligé pour certaines liaisons commerciales et militaires, bah, l'Europe avec son petit (e) va laisser la Grèce gérer ce problème seule... Elle est belle l'EUUUUrope
Réponse de le 12/08/2020 à 22:30 :
N’importe quoi : fonce dans le mur et ça te révélera la vérité...
a écrit le 12/08/2020 à 6:44 :
N’oublions pas le passé génocidaire de la Turquie, le négationnisme qui se perpétue même dans les jeunes populations turques immigrées en Europe et aussi leur alliance pendant les deux guerres mondiales avec l’Allemagne nazie.
Arrêtons de montrer en exemple Istanbul qui n’a rien à voir avec la Turquie profonde.
Réponse de le 12/08/2020 à 23:25 :
La Turquie est resté neutre à la seconde guerre mondiale ( c’est dans les livres d’histoire)
a écrit le 12/08/2020 à 3:59 :
Le dictateur est financierement aux abois. Trouver du gaz ou du petrole lui permettrait d'arondir les angles et tant pis si c'est chez le voisin. Les chinois ne se genent pas, le turc essaie a ses risques.
Les usa se marrent. Vive l'europe avec un petit e.
a écrit le 11/08/2020 à 20:13 :
Si j'ai un conseil à donner aux turcs , débarrassez vous de votre dictateur avant que votre niveau de vie n'en soit affecté de manière irrémédiable ... Les moustachus ne font plus recette ...
a écrit le 11/08/2020 à 18:22 :
un sommet?
pour se faire traiter de raciste par la gauche europeenne?
rien du tout, faut les laisser faire, ca ira aussi
( et c'est poutine qui ira leur filer un coup de main, entre orthodoxes, le courant passe)
pas de stigmatisation, c'est contraire aux valeurs actuelles
que les turcs fassent ce qu'ils veulent ou ils veulent, c'est dans l'air du temps bienveillant
Réponse de le 11/08/2020 à 18:53 :
c'est poutine qui ira leur filer un coup de main, entre orthodoxes, le courant passe)

Comme en Syrie ? Avec Assad ?
Entre orthodoxes ils s’entendent.
a écrit le 11/08/2020 à 17:36 :
La découverte ces dernières années de vastes gisements gaziers en Méditerranée orientale a aiguisé l'appétit des pays riverains comme la Grèce, Chypre, la Turquie, l'Egypte et Israël.
—————————
: si Israël est dans le «  coup » il y aura Russie / usa derrière ...
Bref une belle brèche he pour la prochaine guerre mondiale, il y a tous les ingrédients.

Arrêter d’épuiser les terres marins et d’exploiter du pétrole : ça détruit la planète - valable pour tous les pays.
a écrit le 11/08/2020 à 16:00 :
"Je ne peux pas vous dire si une décision sera prise aujourd'hui."

Ben nous on peut lui certifier que c'est sûr qu'une décision ne sera pas prise aujourd'hui ! :D

Au moins on rigole !

Vite un frexit.

Tandis que l'inaction et la faiblesse politique désastreuse de l'UE sont connues de tous les dirigeants du monde comment mais surtout pourquoi voulez-vous que ceux-ci n'en profitent pas ? Si on avait pas les américains derrière nous la Suisse aurait déjà envahi l'UE et elle aurait aussi bien raison.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :