Nouveau variant du Covid : le Royaume-Uni de plus en plus isolé ?

 |  | 502 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Reuters)
La France a autorisé à partir de mercredi les retours des résidents européens, à condition qu'ils produisent un test épidémiologique négatif. Le trafic était toujours au ralenti jeudi matin au port de Calais, en raison des blocages en cours à Douvres, selon son président Jean-Marc Puissesseau, qui indique cependant que le port sera ouvert le jour de Noël.

Confronté à une nouvelle vague de contaminations attribuée à la nouvelle souche, partiellement reconfiné et isolé par la décision d'une cinquantaine de pays de couper leurs liaisons, le Royaume-Uni affiche l'un des bilans de la pandémie les plus lourds en Europe, avec plus de 69.000 morts et un record de près de 40.000 contaminations enregistrées mercredi.

Lire aussi : Que sait-on du nouveau variant Coronavirus détecté en Angleterre ?

Quelque 6.000 poids lourds environ sont toujours bloqués aux alentours de Douvres. Leurs chauffeurs attendent de se soumettre à un test, en vertu d'un accord entre Londres et Paris pour reprendre le trafic vers la France, qui avait été suspendu dimanche minuit après l'identification d'une variante potentiellement plus contagieuse du virus au Royaume-Uni.

Trafic au compte-gouttes au port de Calais, ouvert à Noël

"Pour l'instant, c'est un trafic au compte-gouttes. Seuls deux bateaux sont arrivés depuis ce matin, avec 100 camions a bord", a détaillé auprès de l'AFP M. Puissesseau, précisant qu'en temps normal un ferry peut charger 120 camions.

"Le port sera ouvert demain", alors qu'il est traditionnellement fermé le jour de Noël, a-t-il ajouté. "Mais le trafic sera dépendant de la capacité de tests en Grande-Bretagne", où toute personne embarquant devra présenter un test Covid négatif de moins de 72h.

Les compagnies DFDS et P&O devraient quant à elles préciser plus tard dans la journée leur organisation pour Noël.

La Chine suspend les vols avec le Royaume-Uni

La Chine a annoncé jeudi la suspension de ses liaisons aériennes avec le Royaume-Uni, à la suite de l'apparition d'une nouvelle souche du coronavirus dans ce pays.

"Compte tenu de la nature exceptionnelle de la mutation du virus et de son impact potentiel", la Chine "a suspendu les vols avec le Royaume-Uni après une solide évaluation", a annoncé le ministère chinois des Affaires étrangères devant la presse.

La Chine, où le nouveau coronavirus a fait son apparition l'an dernier, a largement endigué l'épidémie sur son territoire. Le pays a pratiquement fermé ses frontières fin mars et réduit considérablement ses vols internationaux, avant d'entrouvrir prudemment ses portes pendant l'été aux étrangers déjà porteurs d'un permis de séjour.

Avec la deuxième vague apparue notamment en Europe, Pékin a cependant refermé la porte début novembre, interdisant l'entrée à tous les voyageurs étrangers en provenance de plusieurs pays comme le Royaume-Uni, la Belgique, ls Philippines, l'Inde, l'Ukraine ou le Bangladesh

Pour d'autres pays, comme la France, les Etats-Unis, l'Allemagne ou le Canada, les voyageurs, chinois ou étrangers, doivent produire deux tests de dépistage (sérologique et PCR) effectués dans les deux jours précédant leur embarquement.

Dans de nombreux pays, obtenir les résultats des tests dans un délai de 48 heures s'avère problématique. Les vols internationaux restent considérablement réduits depuis fin mars, limités en principe à un par compagnie aérienne, par pays et par semaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2020 à 11:42 :
Toujours cette obsession des médias pour le COVID-19, ça devient de la rage à ce niveau là ...
Réponse de le 25/12/2020 à 19:40 :
100% d'accord, incroyable !
a écrit le 25/12/2020 à 8:50 :
C'est un mauvais coup de publicité pour la famille royale britannique, censée montrer l'exemple en ces temps troublés de pandémie. Alors que le pays est secoué par la découverte d'un variant du coronavirus potentiellement plus contagieux, le Daily Mail rapporte que des membres de la famille Mountbatten-Windsor n'auraient pas respecté, dimanche 20 décembre, "la règle des 6" lors d'une balade dans un parc de Sandringham, la résidence de vacances de la famille qui se situe dans le comté de Norfolk, au nord-est de Londres.Les règles en vigueur stipulent en effet que la "règle des 6" interdit les rassemblements de plus de six personnes, enfants inclus, et que, en cas de non-respect, la police peut condamner à des amendes de 200 livres (jusqu'à 6.400 en cas de récidive multiple). Une source de la résidence royale a justifié auprès de CNN qu'il était difficile de garder les deux familles séparées tout au long de la déambulation, "particulièrement au niveau des rétrécissements du chemin".
a écrit le 24/12/2020 à 16:04 :
Ben non vu que les deux premiers porteurs venaient d'Afrique du sud. Cest que ça va vite ces petites bestioles...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :