Nucléaire iranien : premières sanctions américaines après le retrait de l'accord

 |   |  911  mots
Les Iraniens sont sortis manifester dimanche soir pour la sixième journée consécutive contre l'inflation galopante (210% actuellement) qui affaiblit fortement l'économie.
Les Iraniens sont sortis manifester dimanche soir pour la sixième journée consécutive contre l'inflation galopante (210% actuellement) qui affaiblit fortement l'économie. (Crédits : Morteza Nikoubazl)
Mardi à minuit s'appliqueront les premières sanctions américaines sur l'économie iranienne, dans le cadre du retrait de Donald Trump de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015. Elles risquent de peser lourd pour des Iraniens déjà frappés de plein fouet par la crise et l'inflation galopante.

Le peuple iranien est nerveux. Le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire de 2015, qui suspendait les sanctions économiques frappant Téhéran en échange de l'encadrement de ses activités nucléaires va coûter cher à l'économie iranienne.

Le gouvernement américain doit détailler ce lundi les sanctions qui s'appliqueront à partir de mardi minuit, heure de Washington.

« Il s'agit d'une part importante de nos efforts visant à repousser les activités malveillantes de l'Iran », a déclaré le secrétaire d'État Mike Pompeo dimanche. « Les États-Unis vont appliquer ces sanctions. »

Cette première série de sanctions devrait frapper le commerce de matières premières (or, aluminium, acier, charbon), de logiciels, de véhicules, ainsi que le secteur automobile et surtout les acquisitions de dollars. Plus symboliquement, l'interdiction porte aussi sur les importations de tapis persans et de pistaches.

Ces mesures inaugurent une période transitoire de 180 jours qui prendra fin le 4 novembre. À compter de cette date sera acté le rétablissement des sanctions contre les importations d'hydrocarbures, dont le coût pour Téhéran sera incomparablement plus élevé.

 Agitations autour du taux de change

La fébrilité est à son comble : la perspective des sanctions et de leurs conséquences sur l'activité, ainsi que certaines annonces du gouvernement, ont déjà beaucoup déstabilisé la monnaie.

Le rial a perdu plus de la moitié de sa valeur par rapport au dollar depuis avril, et un cinquième de sa valeur depuis deux semaines. En effet, pour se prémunir, entreprises et épargnants iraniens ont eu recours à des devises étrangères fortes contribuant à la chute de leur monnaie. Parallèlement, en avril, le gouvernement avait fixé le taux officiel à 42.000 rials pour un dollar, menaçant de poursuites les cambistes du marché parallèle. Ceci n'a pas empêché la spéculation sur le marché noir : la semaine dernière, le taux de change du rial y est tombé à 119.000 pour un dollar, avant de se redresser dimanche soir à 98.500 rials pour un dollar.

Le gouvernement a réagi avec vigueur à ces dérives, procédant à l'arrestation du vice-gouverneur et chef du département des changes de la banque centrale iranienne ainsi que d'autres responsables présumés de la chute du cours de leur monnaie, et de cambistes.

Il a cependant aussi cherché à assouplir la politique de change afin d'apaiser la population iranienne victime d'une inflation galopante de 210%, et qui a manifesté dimanche soir pour le sixième jour consécutif. Le nouveau gouverneur de la banque centrale iranienne Abdolnasser Hemati doit présenter ce lundi sa nouvelle feuille de route : les importations de première nécessité devraient s'effectuer au taux de 42.000 rials pour un dollar, tandis que pour le reste les importateurs pourraient négocier les taux, après l'annonce dimanche soir d'une levée partielle de l'interdiction de vente de devises étrangères à des taux flottants.

 Protestations et soutien des autres signataires

Les autorités iraniennes ont réagi au retour des sanctions, fustigeant à la fois les États-Unis et leurs alliés saoudiens et israélien :

« Aujourd'hui, Trump, Mohammed Ben Salman et Benjamin Netanyahu sont devenus dans le monde entier les symboles du soupçon », a déclaré à la télévision iranienne le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif. « Leurs politiques répressives et leurs mesures violentes les ont isolés. Le monde a pris ses distances vis-à-vis de leurs politiques hostiles contre l'Iran. »

Sur la scène internationale, les autres pays signataires de l'accord multiplient les commentaires pour exprimer leur regret de cette situation et maintenir leur engagement.

« Les États qui demeurent parties au JCPOA [pays signataires de l'accord] se sont engagés à agir, notamment, pour préserver et maintenir des circuits financiers effectifs avec l'Iran et pour assurer la poursuite des exportations de pétrole et de gaz iraniens », déclare un communiqué co-signé par la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, et les ministres des Affaires étrangères français, allemand et britannique.

Soulignant que la levée des sanctions constitue une partie essentielle de l'accord pour l'économie, le commerce et la population iranienne, l'Union européenne a confirmé son engagement.

« La loi anti-boycottage actualisée de l'Union européenne entre en vigueur le 7 août afin de protéger les entreprises de l'UE qui entretiennent des rapports commerciaux légitimes avec l'Iran face aux effets de sanctions extraterritoriales de la part des États-Unis » rappelle le communiqué.

Pourtant, les États-Unis nient être les seuls responsables de cette impasse et soulignent les difficultés croissantes d'une économie iranienne caractérisée par un chômage et une inflation élevés qui pèsent sur la population.

« Le peuple iranien est mécontent - non pas des Américains, mais de ses propres dirigeants, » a réagi Mike Pompeo. « Il est mécontent de l'incapacité des dirigeants iraniens à tenir leurs promesses économiques. »

De façon surprenante, le dialogue ne semble pas officiellement rompu du côté américain, comme le souligne Mike Pompeo qui déplore le manque de coopération iranien.

« Nous sommes ravis de discuter s'il y a un accord approprié, qui pourrait mener à une issue positive », a dit Mike Pompeo. « A l'heure actuelle, il n'y a aucune preuve de leur envie de changement de comportement. »

Il a tout de même précisé que seuls un « changement important » et un « comportement normal » des autorités iraniennes leur permettraient d'échapper à ce retour des sanctions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2018 à 17:21 :
cette affaire montre un l'Euro qui n'est qu'une monnaie de seconde zone. Cette affaire montre une nouvelle fois une Union Européenne faible dépendant du bon vouloir ou non des US. L'Europe en dehors des discours n' pas su trouver sa place dans le monde politique, défense et commerciale. L'acceptation de nouveaux pays dont ceux de l'est affaibli l'Union autant sur le plan économique par un partage des moyens au profits des entreprises parfois européennes mais aussi US, chinoises, turques et autres. On notera aussi les compromis comme mettre à al tête du Conseil M. Juncker un homme du passé, affaibli qui a fait le consensus de l'homme terne. Vivement 2019 que l'on sanctionne cette Europe faible sans avenir et bien loin de la place qu'elle devrait avoir dans le monde car il n' y pas 3 blocs puissants mais deux les US et la Chine et le toutou que les deux tiennent en laisse l'Union. M. Macron est une homme de discours pas celui de la situation

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :