Pékin lève la quarantaine pour les voyageurs étrangers à l'approche du Nouvel An chinois

Après trois ans d'isolement du pays, la Chine a levé dimanche la quarantaine obligatoire pour les voyageurs en provenance de l'étranger au moment où il est confronté à une flambée des cas de Covid-19.
(Crédits : KIM KYUNG-HOON)

Va-t-on passer d'un ralentissement chinois lié à la politique de zéro-Covid à une Chine en panne pour cause d'épidémie hors de contrôle ? Alors que les contaminations flambent depuis la levée brutale des restrictions en décembre dernier, Pékin a levé, ce dimanche, la quarantaine obligatoire pour les voyageurs en provenance de l'étranger.

Après trois années de restrictions et de stratégie visant zéro contaminations, qui ont fortement affecté son économie et déclenché des manifestations dans tout le pays, la Chine a complètement changé de pied et se réouvre aux voyageurs. Ceux-ci ne seront plus tenus de respecter une quarantaine stricte dans un hôtel dédié comme c'était le cas depuis mars 2020. Initialement de trois semaines, la durée de cette quarantaine avait déjà été ramenée à une semaine l'été dernier, puis à cinq jours en novembre.

« Je pense que c'est vraiment bien que la politique ait changé », s'est réjouie auprès de l'AFP une femme prénommée Pang, à l'aéroport international de Pudong, à Shanghai. « C'est une étape nécessaire, je pense. Le Covid s'est normalisé maintenant et après cet obstacle, tout ira bien », a-t-elle ajouté.

Dimanche, à l'aéroport de Pékin, les barrières qui séparaient les arrivées internationales des arrivées nationales ont disparu, de même que le personnel en combinaison de protection, dispositif incontournable de la politique "zéro Covid" chinoise.

A Hong Kong, les restrictions strictes en matière de déplacements de et vers le reste de la Chine se sont également assouplies dimanche. L'économie de Hong Kong, frappée par la récession, cherche désespérément à renouer avec la croissance, et les familles attendent avec impatience les retrouvailles pour le Nouvel An chinois.

Quelque 410.000 Hongkongais ont prévu de se rendre dans le nord au cours des deux prochains mois, tandis qu'environ 7.000 personnes sur le continent doivent aller dans le sud dimanche, selon les données officielles.

Afflux de touristes chinois à l'étranger

L'annonce en décembre de la fin de la quarantaine a incité les Chinois à effectuer en nombre des projets de voyages à l'étranger, avec une augmentation spectaculaire du trafic sur les sites de réservations. Mais la perspective d'un afflux massif de touristes chinois a incité plus d'une dizaine de pays à imposer des tests de dépistage aux voyageurs en provenance de Chine, où le nombre de contaminations a explosé.

Pékin a jugé "inacceptables" les restrictions de voyage imposées à ses ressortissants, bien que la Chine soit elle-même restée largement fermée depuis 2020 aux touristes étrangers et aux étudiants internationaux.

L'épidémie devrait s'aggraver à l'approche des vacances du Nouvel An chinois, fin janvier, au cours desquelles des millions de personnes devraient quitter les mégapoles durement touchées pour se rendre à la campagne afin de rendre visite à leurs parents, souvent âgés et vulnérables.

La Chine a pris des mesures pour limiter les critiques à l'encontre de son parcours chaotique pour sortir de sa politique "zéro Covid". Weibo, le Twitter chinois, a indiqué avoir récemment interdit 1.120 comptes pour "infractions contre des experts et des universitaires".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 08/01/2023 à 13:50
Signaler
Excellente décision du Président XI et du PCC au bon moment après une politique Z2ro COVID qui a éradiqué la pandémie en Chine communiste. Car les port du masque et le lavage des mains restent systématiques et massifs en Chine communiste. Pendant ce...

le 08/01/2023 à 20:52
Signaler
@ communiste Il y a surtout que plus personne ne veut aller Chine. 🤣Surtout dans la Chine Stalino Communiste de monsieur Xi😱. Cette Chine ne vaut guère mieux que la Russie de Poutine. Le mal est pour longtemps à l'est.

le 09/01/2023 à 9:32
Signaler
50 millions de morts sous Mao, Winnie l'ourson a encore de la marge vu qu'il s'est fait élire empereur à vie sous la garde du parti totalitaire le PCC.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.