Pétrole, gaz, charbon : Poutine anticipe la chute des achats européens et veut réorienter les exportations russes vers l'Asie

Le président russe anticipe la baisse de ses exportations énergétiques puisque les pays européens veulent réduire voire stopper leurs importations d'énergies fossiles russes dans les années à venir. Et c'est vers les marchés au sud et à l'est qu'il compte se tourner. Il vise ainsi, sans directement la nommer, la Chine. Une stratégie loin d'être nouvelle car envisagée depuis les années 2010, que la guerre en Ukraine vient accélérer.
Pour Vladimir Poutine, « les tentatives des pays occidentaux d'évincer les fournisseurs russes, de remplacer nos ressources énergétiques par des approvisionnements alternatifs, affecteront inévitablement l'ensemble de l'économie mondiale ».
Pour Vladimir Poutine, « les tentatives des pays occidentaux d'évincer les fournisseurs russes, de remplacer nos ressources énergétiques par des approvisionnements alternatifs, affecteront inévitablement l'ensemble de l'économie mondiale ». (Crédits : SPUTNIK)

Alors que les Européens déclarent depuis le début de la guerre russe en Ukraine vouloir réduire leur dépendance vis-à-vis des énergies russes, Vladimir Poutine répond en indiquant réfléchir vers qui réorienter ses exportations. « On va partir du principe qu'à l'avenir les livraisons vers l'Ouest vont baisser », a déclaré le président russe. Il faut donc « réorienter nos exportations vers les marchés au Sud et à l'Est qui croissent rapidement », a-t-il exposé jeudi 14 avril, lors d'une réunion gouvernementale consacrée au secteur de l'énergie dans le contexte des sanctions internationales.

« Des opportunités, des options et des occasions alternatives s'ouvrent à nous. En ce qui concerne le pétrole, le gaz et le charbon russe, nous allons pouvoir augmenter leur consommation sur le marché intérieur (...) et accroître la livraison de ressources énergétiques aux autres régions du monde qui en ont vraiment besoin », avait déjà déclaré la veille Vladimir Poutine.

Le président russe considère que les discours européens « déstabilisent le marché et font monter les prix ». Il se veut néanmoins confiant : « Cela crée bien entendu des difficultés pour nous, mais nous avons les ressources et les opportunités pour trouver rapidement des solutions alternatives », a-t-il affirmé.

Pour Vladimir Poutine, « les tentatives des pays occidentaux d'évincer les fournisseurs russes, de remplacer nos ressources énergétiques par des approvisionnements alternatifs, affecteront inévitablement l'ensemble de l'économie mondiale », assurant que « les conséquences d'une telle démarche peuvent devenir très douloureuses, et d'abord pour les initiateurs d'une telle politique ».

Lire aussi 4 mnBiden accuse Poutine de mener "un génocide" en Ukraine et de vouloir "éradiquer l'idée qu'il est possible d'être Ukrainien"

Un « virage vers l'Asie » pas nouveau

Vladimir Poutine n'a pas précisé à quels pays il pense lorsqu'il parle du Sud et de l'Est, mais la Chine, dont l'appétit en hydrocarbures ne cesse de grandir, est frontalière de la Russie. Pékin est cependant réputé comme un négociateur difficile, et la Russie cherche à voir au-delà de ce voisin.

La Russie a d'ailleurs entamé depuis plusieurs années déjà un « virage vers l'Asie »« Cette vision russe n'est pas nouvelle », confirmait récemment à La Tribune Jacques Sapir, directeur d'études à l'EHESS (école des hautes études en sciences sociales) et membre étranger de l'Académie des Sciences de Russie.

« La stratégie énergétique de la Russie à l'horizon 2030, puis 2040, a été actée en 2010. Et chaque mouture insistait un peu plus sur le tournant vers l'Asie, afin de réduire la dépendance des exportations russes vers l'Europe. Il y a toujours eu l'idée chez Vladimir Poutine de diminuer sa dépendance par rapport aux pays occidentaux et aux États-Unis, mais essentiellement par rapport aux pays européens », indique Jacques Sapir.

Lire aussi 9 mn"Pour la Russie se tourner vers l'Asie est devenu primordial pour sa liberté de manœuvre" (Jacques Sapir)

Les États-Unis se concentrent sur l'application des sanctions

Cet appel du président russe à développer de nouveaux débouchés pour les énergies fossiles russes survient alors que les Européens envisagent d'élargir leurs sanctions contre les hydrocarbures de Moscou en réaction à son intervention militaire en Ukraine. Le pétrole et le gaz russes qui continuent de couler vers l'Europe - son premier marché - assurent d'importants revenus à Moscou. L'UE, les États-Unis et le Japon ont déjà annoncé un embargo sur le charbon russe et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a indiqué qu'elle proposerait l'objectif d'une indépendance de l'UE envers les énergies fossiles russes d'ici à 2027.

Lire aussi 7 mnUkraine : pourquoi l'embargo européen sur le charbon russe ne suffira pas à faire plier Poutine

Les États-Unis estiment en tout cas avoir pris « les sanctions majeures » contre la Russie et se concentrent sur leur exécution, notamment sur la lutte contre toute tentative d' « évasion », c'est-à-dire le risque que la Russie contourne les mesures imposées par les États-Unis, a indiqué ce jeudi 14 avril le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan lors d'un colloque. « Nous aurons des annonces dans les deux prochaines semaines identifiant des cibles qui essaient de permettre cette évasion à la fois en Russie et au-delà », a-t-il déclaré.

Le conseiller à la sécurité nationale a par ailleurs assuré, à propos des richesses des oligarques russes désormais gelées en raison des sanctions, par exemple leurs yachts ou leurs actifs financiers : « Notre objectif n'est pas de les rendre » à leurs propriétaires à la fin du conflit, mais « de les employer à meilleur escient ». Et d'ajouter : « Il y a des moyens que nous avons déjà, et d'autres que peut-être nous pourrions développer, et nous y réfléchissons activement ».

Certains parlementaires américains ont déjà appelé à vendre ou liquider les actifs russes concernés par les sanctions, pour financer la reconstruction de l'Ukraine après la guerre.

Lire aussi 2 mnUkraine : l'UE s'apprête à adopter un 6e paquet de sanctions contre la Russie

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 16/04/2022 à 21:25
Signaler
Le problème pour la Russie est qu'on ne peut pas vendre tout en Asie. Les gazoducs actuels ont une capacité très faible, plus d'ordre de grandeur par rapport à ceux vers l'Europe. Pour le rail, le Transib est déjà sursaturé.

à écrit le 15/04/2022 à 16:22
Signaler
Bref! Mais que ferait elle de "devise" si on la sanctionne? Pour elle ce n'est qu'un manque a gagner et non une perte!

à écrit le 15/04/2022 à 12:11
Signaler
Un constat : le visage de Vladimir Poutine est de plus en plus bouffi.

à écrit le 15/04/2022 à 11:05
Signaler
La spoliation, la censure, l'invective, la propagande... Ce n'est pas ce qu'on reprochait à l'URSS ? L'occident ne serait-elle pas devenue socialiste ?

à écrit le 14/04/2022 à 20:00
Signaler
Ursula von der Leyen, ne représente pas tous les européens ,faudrait il que ces gens interrogent ou sondent leurs populations .En tout cas je ne m'inscris pas dans le pack " Les Français veulent .." ou " Les Français sont contre. ."

le 15/04/2022 à 7:39
Signaler
Drôle… le projet de constitution européenne en 2005 prévoyait un - e présidence … on sait ce que les politiiques nationaux ont en fait … ils petdaient beaucoup d ex leur pouvoir…

le 15/04/2022 à 7:39
Signaler
Drôle… le projet de constitution européenne en 2005 prévoyait un - e présidence … on sait ce que les politiiques nationaux ont en fait … ils perdaient beaucoup de leur pouvoir…

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.