Pétrole : Trump demande à l'Arabie saoudite d'augmenter sa production

 |   |  638  mots
L'Arabie saoudite accepte de maintenir une capacité de réserve de deux millions de barils par jour.
L'Arabie saoudite accepte de maintenir une capacité de réserve de deux millions de barils par jour. (Crédits : Regis Duvignau)
Les Etats-Unis ont indiqué ce week-end que l'Arabie saoudite était prête à augmenter sa production de pétrole si les circonstances l'exigeaient afin de limiter la hausse des prix. De son côté l’Iran, se dit prêt à faire échouer ce plan.

"En réponse à l'évaluation du président (Donald Trump) concernant un déficit sur le marché du pétrole, le roi Salmane a affirmé que le royaume maintenait une capacité de réserve de 2 millions de barils par jour, qui sera utilisée avec prudence si et quand il sera nécessaire afin d'assurer l'équilibre et la stabilité du marché, et en coordination avec ses partenaires producteurs, afin de réagir à toute éventualité", a relevé la Maison Blanche dans un communiqué tard samedi soir.

Relatant une conversation téléphonique entre Donald Trump et le roi Salmane d'Arabie saoudite, la Maison Blanche relativisait ainsi les propos tenus samedi matin par Donald Trump sur Twitter après sa conversation avec le souverain saoudien.

Donald Trump avait alors en effet tweeté: "Viens de parler avec le roi Salmane d'Arabie saoudite et lui ai expliqué que, en raison des tensions et dysfonctionnements en Iran et au Venezuela, je demande que l'Arabie saoudite augmente la production de pétrole, peut-être de 2.000.000 de barils, pour combler la différence". "Les prix sont trop élevés! Il est d'accord", avait-il ajouté.

Un million de barils supplémentaires

L'agence de presse officielle saoudienne avait fait savoir peu après que l'appel téléphonique avait été initié par le président américain et que les deux hommes avaient évoqué "la nécessité de faire des efforts de façon à préserver la stabilité du marché du pétrole et la croissance de l'économie mondiale".

Selon la même source, les deux dirigeants ont également évoqué "des efforts des pays producteurs pour combler les éventuelles insuffisances dans les approvisionnements".

Un baril passé de 50 à plus de 80 dollars en 18 mois

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a avalisé le 23 juin avec la Russie et ses autres partenaires -- 24 pays qui assurent plus de 50% de la production mondiale d'or noir-- le principe d'une hausse de production.

Selon l'Arabie saoudite et la Russie, cette hausse s'élèverait à un million de barils par jour, ce qui répondrait à l'augmentation attendue de la demande mondiale.

Le cartel et ses alliés sont liés depuis fin 2016 par un pacte de limitation de la production pour faire remonter les cours, une alliance efficace à en juger par l'évolution du cours du baril de Brent, référence sur le marché mondial, passé d'environ 50 dollars fin 2016 à plus de 80 dollars en mai 2018.

La hausse décidée il y a une semaine avait néanmoins été jugée trop "vague" par les experts pour peser de manière importante sur les cours et répondre aux injonctions de Donald Trump de faire baisser les prix pétroliers pour l'été.

Le président américain, qui avait en avril accusé le cartel de maintenir des prix "artificiellement très élevés" a régulièrement accusé l'Opep d'inaction ces dernières semaines.

Tenir le projet américain en échec

L'Iran a réagi à cette annonce en assurant dimanche qu'il mettrait en "échec" le projet américain visant à l'empêcher de vendre son pétrole à l'étranger, et a mis en garde l'Arabie saoudite contre toute volonté de se substituer à lui sur le marché mondial.

"Maintenant ils supplient les Saoudiens d'augmenter [leur production] de pétrole de façon que si la part de l'Iran diminue, rien ne se passe sur le marché mondial. Ils pensent que c'est aussi simple que cela, et que d'un seul coup l'Arabie va augmenter de quelque millions de barils de pétrole" par jour, a commenté le premier vice-président iranien, Eshagh Jahangiri, dans un discours retransmis sur la télévision d'État.

"Nous allons assurément faire quelque chose pour mettre en échec ce slogan des États-Unis selon lequel le pétrole de l'Iran doit être endigué", a-t-il déclaré.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2018 à 21:16 :
Attendon s 15 a 20 jour s pour voire la nouvelle politque de trump .Est son assoçier les etats unis cx que les etats unis impose sourtout a son allier comment l arabie saoudite va reagire . Un grand expert americaine a critiquee la nouvelle politiqe petroliére sourtout avec la chute des prix attendon s pour voire .
a écrit le 08/07/2018 à 21:15 :
Attendon s 15 a 20 jour s pour voire la nouvelle politque de trump .Est son assoçier les etats unis cx que les etats unis impose sourtout a son allier comment l arabie saoudite va reagire . Un grand expert americaine a critiquee la nouvelle politiqe petroliére sourtout avec la chute des prix attendon s pour voire .
a écrit le 03/07/2018 à 1:53 :
... Encore une occasion de détruire la stabilité du moyen orient par les USa ...
ils vont finir par l'avoir leur guerre les américains pour faire tourné les complexe militaro industriels -de chômage + de bénef + de morts la bas... mais ce sont les méchants!!! ...
a écrit le 02/07/2018 à 14:13 :
L'inflation est désespérément basse chez nous en Europe et l'objectif de Bruxelles de 2 pour cent ne peut être atteint que par une augmentation des matières premières ,ce qui n'est pas sain; pas de quoi se réjouir avec une croissance en encéphalogramme plat.
a écrit le 02/07/2018 à 8:48 :
Votre article traite deux sujets différents en un seul, du coup cela manque de clarté.

Deux phénomènes qui ne peuvent être amalgamés: la flambée des prix du pétrole qui impose une augmentation de la production et donc la fin de cette manipulation permanente des cours du marché par les pays producteurs et l'Iran qui lui est campé sur sa rancune contre les américains.

Alors oui le pétrole est le sujet en commun mais c'est tout.
a écrit le 02/07/2018 à 7:25 :
Les deux grand producteur de pétrole sont la Russie et l'Arabie saoudite ... L'Iran viens loins derrière et surtout elle vends au chinois....
Mais bon peut importe la fin dû dieux pétrole est proche , car chaque jours nous tâchons de diminuer notre dépendance à l'or noire.... Car plus s'est chere et plus nous devons faire des economie.....
a écrit le 01/07/2018 à 18:42 :
Étrange affaire, est-ce que les USA ont réellement intérêt à un cours du pétrole bas? Est-ce que les russes ne peuvent pas aider l'Iran à écouler leur pétrole juste pour embêter les USA, prélever sa dîme dessus et accroître leur influence dans la region ? Quand l'Arabie saoudite a fait baisser les cours il y a quelques années, c'était pour faire couler le pétrole américain. Bref rien de logique dans cette affaire, sauf que Poutine doit se réjouir de voir Trump donner des ordres à une de ses principaux alliés.
Réponse de le 02/07/2018 à 7:28 :
Exacte tres surprenant , mais le pétrole saoudien est vends par des multinationales américain, ce qui explique sûrement çette démanche....
Les caisses de l'oncle Sam doivent être vide ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :