Pétrole : réunion cruciale de l'Opep en vue d'une hausse de la production

L'organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés (Opep+) se réunissent mardi pour décider de poursuivre la hausse de la production de pétrole entamée début mai. L'Arabie Saoudite et la Russie défendront des positions différentes. Le premier craint les conséquences de la crise sanitaire indienne, tandis que le second veut profiter de la hausse des cours.

2 mn

(Crédits : Reuters)

Les pays producteurs de pétrole (OPEP) vont-ils décider d'une hausse de leur production ? Les membres de ce cartel se réunissent mardi en présence de leurs alliés (Opep+) pour décider des modalités d'accompagnement d'une reprise de la demande.

L'organisation, élargie depuis 2016, avait décidé, début mai, de rouvrir les vannes prévoyant un rebond de la demande d'environ 6 millions de barils par jour. L'optimisme de l'Opep+ pourrait néanmoins s'opposer à la prudence de l'Arabie Saoudite qui craint un regain de tensions sur le front de la crise sanitaire.

L'inconnue indienne

D'après le plus puissant des membres de l'Opep, la vague pandémique qui sévit en Inde, accélérée par un nouveau variant, pourrait remettre en cause les perspectives de reprise. L'Inde est le troisième plus gros consommateur de pétrole au monde.

Lire aussi 5 mnLa dernière goutte de pétrole fait « Pschitt »...

D'après d'autres analystes, la demande de pétrole devrait néanmoins augmenter dans les prochains mois avec l'amplification de la vaccination notamment en Europe et aux Etats-Unis qui va soutenir la reprise des voyages. Cités par l'AFP, les analystes de JBC tablent sur un manque de 3 millions de barils par jour entre juillet et août.

Cette situation a favorisé le retour des cours du pétrole sur leur niveau d'avant-crise sanitaire. Le baril européen de Brent a terminé proche des 70 dollars vendredi quand son homologue d'outre-Atlantique, le WTI, cotait autour de 66 dollars, relève l'AFP. La Russie, chef de file des ralliés à l'Opep, va probablement peser de tout son poids pour augmenter la production de pétrole et profiter de la manne d'un cours en hausse.

L'Iran de retour dans le jeu ?

En outre, l'Opep+ suit comme le lait sur le feu, la progression des très discrètes discussions entre les Etats-Unis et l'Iran sur la levée des sanctions qui signifieraient le retour de la République islamique dans le jeu. Le monde est privé du pétrole iranien depuis la rupture unilatérale de l'accord sur le nucléaire par Donald Trump, alors président des Etats-Unis, en 2018. Soit un manque à gagner de 1,5 million de barils de brut par jour.

Lire aussi 3 mnLe pétrole tiraillé entre la reprise économique et la situation sanitaire catastrophique en Inde

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 31/05/2021 à 8:12
Signaler
La main visible du marché.

à écrit le 31/05/2021 à 7:09
Signaler
C'est là qu'on voit que les pays de l'OPEP font peu de considération de notre fameux Accord de Paris. La France se ridiculise encore une fois

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.