Poignée de mains entre Obama et Castro à Panama

 |   |  195  mots
Barack Obama et Raul Castro au sommet des Amériques.
Barack Obama et Raul Castro au sommet des Amériques. (Crédits : HANDOUT)
Hautement symbolique, cette nouvelle poignée de mains entre les présidents américain et cubain au sommet des Amériques pourrait être suivie d'annonces concrétisant le réchauffement diplomatique entre les deux pays.

Ce n'est pas une première mais cette nouvelle poignée de mains n'en est pas moins hautement symbolique : le président américain Barack Obama et son homologue cubain Raul Castro se sont serré la main lors de la cérémonie d'ouverture du sommet des Amériques, à Panama, moins de quatre mois après le début du processus de normalisation annoncé par les deux pays le 17 décembre dernier.

Les deux hommes avaient déjà échangé une poignée de mains historique lors des obsèques de Nelson Mandela, le 10 décembre 2013, à Johannesburg.

Après cet échange informel, une réunion entre les deux dirigeants est prévue ce samedi: il s'agira du premier tête-à-tête américano-cubain entre chefs d'Etat depuis la révolution castriste de 1959. Cuba espère être retiré de la liste américaine des Etats faisant la promotion du terrorisme. Barack Obama devrait suivre la recommandation de son département d'Etat mais il n'est pas certain qu'il l'annonce à ce sommet. En revanche, la levée de l'embargo contre Cuba ne peut être décidé que par le Congrès américain, qui est majoritairement républicain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2015 à 21:18 :
Tout ça c'est pour amuser la galerie, faire semblant de qu'il existe une "Amérique diplomatique" quand on sait qu'il n'y en est rien. Le lien étroit entre la Russie et Cuba n'est pas prêt de s'effacer du jour au lendemain, pas plus que les 50 années d'embargo total de la part des américains.
Un proverbe mexicain dit que même dans un sac, un crotale reste mortel. Les pauvres américains vont vite le comprendre...
Réponse de le 12/04/2015 à 15:35 :
Cher Jeandemi, dans ce faux-semblant de renouement de relations avec Cuba je vois encore une tentative de l'Amérique de vouloir diminuer la zone d'influence de Moscou en Amérique latine. Demain, si le terrain est acquis, les sanctions peuvent tomber d'après quelques "raisons" de circonstance, vraies ou carrément inventées de toutes pièces. D'ailleurs, certains dirigeants européens se sont déjà plaints que les sanctions états-uniennes contre la Russie leur avaient été littéralement imposées. Est-ce que l’Europe peut échapper à l’étreinte "amicale" des États-Unis, soit avec Obama ou n'importe quel autre Président ? merci pour votre réponse.
a écrit le 11/04/2015 à 21:14 :
Malgré plus de 50 ans de blocus économique et de nombreux essais de déstabilisation de la part des USA, Cuba est le pays le plus développé d'Amérique latine avec le Chili et l'Argentine, l’espérance de vie et le taux de scolarisation sont aussi hauts qu'en France, le taux de mortalité infantile est plus bas qu'aux USA. Cuba est l'épine dans le pied de l'impérialisme états-unien, l’exemple même qu'un pays peut se développer sans le système financier international.
Cuba reste un pays communiste, ainsi comme la Chine, ce sont les autres pays qui se auto-nommaient "monde libre" qui sont allés frapper à sa porte avec un sourire pour quémander que "les choses retrouvent sa normale" ! Cuba et la Chine ont donné la plus grande gifle historique au "monde libre" : la deuxième en devenant la plus grande économie de la planète; le deuxième en faisant plier l'ex-plus grande puissance mondial et sa drôle de moralité.
"Le temps des ingérences des Etats-Unis en Amérique latine est révolu"? forcément. M. Obama, forcément. Les grands partenaires de l'Amérique latine de demain seront la Chine et la Russie, les USA seront boudés, d'ailleurs il était grand-temps.
a écrit le 11/04/2015 à 20:09 :
Historique ? mais il y a déjà eu une poignée de mains entre les deux à l'occasion de l'enterrement de Nelson Mandela, il y a deux ans. Cependant d'après la photo Raoul Castro n'a pas l'air aussi emballé que celui de nos journalistes à Paris. Ou je me trompe ?
a écrit le 11/04/2015 à 15:18 :
Le 28 octobre 2014, les USA et Israël votaient seuls contre la résolution N°23 de l’ONU, vote dénoncé par l’UPR dans l’analyse : L’ONU condamne l’embargo américain à Cuba pour la 23e année consécutive.
Les 12 membres de l’Unasur, les 33 membres de la CELAC sont unis et condamnent l’ultralibéralisme des USA et ses méthodes de déstabilisation.
La méthode d’endiguement appliquée par les USA sur la Russie et décrite dans le livre Le Grand Echiquier de Zbigniew Brzezinski 1997 ne risque-t-elle pas de se retourner contre les Etats-Unis et les isoler?
Réponse de le 11/04/2015 à 20:13 :
En tout cas c'est assez révélateur ce que Barack Obama vient de déclarer aujourd'hui au Panama : "Le temps des ingérences des Etats-Unis en Amérique latine est révolu" (!!!) Est-ce qu'il est fait de la démagogie bon marché, ou alors la politique étrangère américaine dégringole pour de bon ?
a écrit le 11/04/2015 à 10:44 :
Obama le plus mauvais président US ! où était l'urgence ...? de serrer la main d'un criminel de la guerre froide , spécialiste avec le Che Guevara des crimes ,tortures et disparitions dans les prisons castristes...! de Cuba à l ' Angola en passant par Sao Tomé ...
Réponse de le 11/04/2015 à 12:26 :
J'adore ceux qui parlent sans preuves ... Il est pas responsable des conneries de son frère !!
Réponse de le 12/04/2015 à 13:58 :
@Ritchi3d , et moi je n'adore pas les prétentions de la sous-culture ...! d'abord ce n'est pas son frère renseignez vous..., ensuite, il fut pendant 30 ans responsables des services secrets castristes , au service des basses œuvres de Fidèle Castro et de Guevara. en Afrique ,ailleurs et a Cuba , .renseigner vous encore ...a force de vous renseignez ..., vous allez finir pas savoir un peu quelque chose de l'histoire contemporaine aux caraïbes ..Alors avant de poster des mièvreries...renseignez vous svp encore ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :